Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 13:45
À lire dans cette rubrique : plusieurs entretiens avec d'anciens étudiants du Master, réalisés en 2016 et 2017. 
 
 
Le Master Projets Culturels dans l'Espace Public distingué par le Nouvel Observateur

Le Nouvel Observateur a publié une liste de 450 "diplômes gagnants", “pépites de l’université”, parmi lesquels figure le Master Projets Culturels dans l'Espace Public.


"L'université, une voie sans issue ? Le cliché a la vie dure mais ne correspond en rien à la réalité. (...) Le Master Projets Culturels dans l'Espace Public > Atouts : La sélectivité du diplôme (350 dossiers pour 20 reçus), et l'accompagnement des élèves (préparation aux concours de la fonction publique territoriale, enseignement d'accompagnement à la création d'entreprise et d'association, atelier CV, rencontres de professionnels, etc...)" La suite, c'est ici. D'autres articles sur le Master : c'est .
 
La_Sc__ne_n___59_4d0a1da18362c-copie-3.jpgDans le magazine La Scène n°59 (hiver 2010-2011), une enquête est consacrée aux Masters "culture" : Comment en tirer profit. Deux anciennes étudiantes du Master Projets Culturels dans l'Espace Public témoignentExtraits : Amanda Abi Khalil : "J'ai très vite trouvé du travail, et je n'ai pas connu une journée de chômage depuis la fin de mes études." (p. 82) "Administratrice de production depuis un an, Alice Caze est titulaire du Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public Paris 1 Panthéon-Sorbonne, une formation qu'elle a suivi dans le but de "finir d'acquérir  les principaux réflexes en terme de montage de projets culturels et de multiplier les rencontres avec des professionnels pour fonder un véritable réseau de départ." (p. 81)
L'article de La Scène évoque les salaires des jeunes diplômés, souvent peu élevés. "J'ai fait et je fais toujours des concessions concernant mon salaire, même si je ne suis aucunement surprise sur le fait de ne pas avoir de bureau fixe, sans parler des heures supplémentaires, mais je ne vis pas ces dernières comme une concession, plutôt comme un investissement personnel incontournable. Cependant j'observe une évolution positive en partie grâce à mes propres efforts et là se situe la dimension passionnante de mon poste." explique Alice Caze. "Le salaire, c'est le bémol" reconnaît Amanda Abi Khalil. "Elle prône un activisme culturel fort qui permet dès l'université de rester en phase constante avec le milieu professionnel. "J'ai pour cela réalisé un maximum de stages, participé à beaucoup de rencontres, des conférences..."

Enquête sur l'insertion professionnelle des anciens étudiants du Master Projets Culturels dans l'Espace Public. Tous ont trouvé un emploi, soit à l'issue du stage, soit dans les mois suivants la fin du stage. 
 
-Chargée de communication et de production du réseau CIRCOSTRADA et auparavant chargée de la coordination du réseau IN SITU, réseaux européens dédiés aux arts de l'espace public
-Directrice de production au sein de l'agence ARTEVIA
-Coordinateur de développement local pour un groupement associatif du 12ème Arr.
-Secrétaire général du CIPAC, Fédération des professionnels de l'art contemporain
-Directrice de l'Alliance Française de Belo Horizonte - Brésil 
-Curatrice indépendante au Liban, Temporary Art Platform
-Chargé de production dans une agence de production d'événements artistiques et culturels 
-Directrice adjointe et directrice culturelle de l'Alliance Française de Guatemala Ciudad (CDD de deux ans)
-Coordinatrice régionale de l'association Cultures du Coeur en région Centre (CDI)
-Chargé de mission culture pour un Pays regroupant 66 communes (CDI)
-Chargé d'administration et de production d’une structure de production de projets artistiques en espace public (CDD)
-Administrateur d’une structure culturelle en région parisienne (CDD de 2 ans).
-Chargée de développement, Pulsart, association nationale d'action artistique (CDI)
-Chargé de développement d’une association nationale d'action artistique (CDI)
-Chargée de diffusion et des relations avec les publics, Ensemble 2e2m (CDI)
-Chargé de développement d'une association spécialisée dans l’approche sociologique de la culture (CDI)
-Documentaliste, KM Prod (société travaillant pour Canal+, "Le Grand Journal"), (CDD de 10 mois), et formatrice occasionnelle, compagnie du Bredin.
-Chargée de mission à la Fédération Française des Ecoles de Cirque (CDD de 6 mois)
-Secrétaire général d’une collectivité territoriale, avec rang d'attaché territorial (CDD de deux ans)
-Chargé des relations publiques d'un théâtre de la région parisienne (CDD de 4 mois)
-Chargé de mission dans un espace culturel (CDD)
-Chargée de mission action artistique dans un centre culturel - scène conventionnée en la région parisienne (CDD 8 mois à mi-temps)
-Assistant de production d’un festival en région parisienne
-Vacations régulières pour une association de développement des arts du cirque.
-Attachée territoriale, directrice adjointe du service culturel d'une collectivité territoriale, chargée de la programmation d'un café-culture, du développement du jeune public et des relations aux associations (78)
-Chargée de mission service production du Pôle Culture & Manifestations de la Ville de Lille (interim).
-Chargée des publics au sein de l'association Emmetrop, friche L'antre-peaux, à Bourges (18).
-Attachée aux relations avec les publics, Théâtre de l'Odéon.
-Administratrice d'une compagnie de théâtre à La Rochelle (CDI), et enseignante en théâtre (CDI). 
-Attachée culturelle à l'Ambassade de France au Honduras.
-Chef de projet Le Hub, agence d'ingénierie culturelle ; chargée d'évaluation de projets pour la Fondation de France (prestataire)
-Chargé de communication et des relations aux publics dans un Centre national de création musicale en Ile-de-France (CDI).
-Chargée de mission dans un festival dédié aux arts de la rue en Ile-de-France (CDD 6 mois).
-Chargée de mission mécénat, Vocatif, Agence spécialisée dans le conseil en mécénat et la gestion de partenariat d’entreprises (CDD).
-Chargée des actions culturelles de la manifestation La Folle Histoire des Arts de la Rue qui aura lieu du 29 septembre au 9 novembre 2008 et assistante de direction artistique à Karwan, pôle de développement des arts de la rue et arts du cirque en PACA (CDD  de treize mois).
-Responsable de la communication terrain et médiation, association Comme Vous Emoi, Montreuil (93) (emploi tremplin).
-Chargée de l'administration, de la production et de la coordination des projets d'une compagnie installée à Paris (CDI, emploi tremplin).
-Coordinatrice de projets - chargée de communication à la Fédération Française des Ecoles de Cirque à Paris (CDD, contrat d'avenir) 
-Coordinatrice, Maîtrise de Radio-France - Site de Bondy (CDD, 11 mois). 
-Chargée de mission "Projets de décentralisation et projets socio-culturels dans l'espace public" au Centre Culturel Espagnol à Guatemala, missionnée par le Ministère des Affaires Etrangères.
-Enseignante à l'Institut Français de Valence (Espagne) (CDD, 9 mois) + missions pour le Festival International d’art de la scène Valencia Escena Oberta (CDD).
-Chargé de production au sein de l'agence Eva Albarran, agence de production d’art contemporain, producteur délégué de la Nuit Blanche 2008 avec le Troisième Pôle. 
-Responsable des actions "Education populaire" (éveil politique et citoyen) au sein de MACAQ (Mouvement d'Animation Culturelle et Artistique de Quartier) en volontariat associatif (SCV), sur 9 mois. 
-Chargé de communication / relations aux publics à La Muse en Circuit (CDI)
-Conseillère culturelle et coordinatrice du Réseau départemental de diffusion culturelle en milieu rural. Agence technique départementale. Lille. CDD 18 mois 
-Responsable du Centre de Ressources du VIP, Scène de musiques actuelles, Saint Nazaire (CDI)
-Chargée de développement à SEA EUROPE, Sociologues et Ethnologues Associés, centre de ressources pour la recherche en sciences humaines 
-Chargée de la communication d'un projet dans le domaine de la lecture publique à la direction "culture et politique de la ville" d'une communauté d'agglomération de la région parisienne (CDD). 
-Chargé d'étude au sein d'un cabinet d'étude et de conseil, travaillant notamment pour des associations culturelles (DLA) et des collectivités publiques (CDD). 
-Chargé de mission à la direction de l'action culturelle d'une grande entreprise nationale (CDD).
-Chargée de projet, l'Avant Rue, lieu de résidence, Paris (CDD). 
-Chargée de développement et de médiation culturelle pour la compagnie KMK (CDD 6 mois). 
-Coordinateur - programmateur de la salle de concert le Marché Gare - MJC Perrache à Lyon.
-Chargée de mission, POlau (Pôle des arts urbains) / Projet TRANS305 pour le développement d'une étude sur les démarches d'accompagnement artistique et culturel de projets urbains (indépendant)
-Chargée des relations avec le public, accompagnement de projets, Culture O Centre, Ateliers de développement culturel - Festival Excentrique (CDD 3 mois 1/2)
-Assistante de Production, CENTQUATRE, établissement artistique de la Ville de Paris (CDD 9 mois) 
Assistante de la directrice et du directeur adjoint, Centre National de Danse Contemporaine (CDD, 5 mois)
Association CirQ'ônflex-Dijon, Coordinateur (CDD) 
Le Hub, agence, SARL, chargée de projet/consultante (CDI)
Cie T.Public, association d'idées (asso loi 1901), Marseille, Coordinatrice de projet/assistante de production, CDD (12 mois)
Ramdam (association), lieu de résidence, administratrice et coordinatrice (CDD, 24 mois)
Les Souffleurs, commandos poétiques, association, Changement de Décor, coordinatrice (CDI) 
Conseil Régional Rhône-Alpes, Direction de la Culture, service Médiation et nouveaux publics, Médiatrice Carte M'ra, (CDD) 
Association Les Concerts de Poche, Seine et Marne (77), Assistante d'administration et coordinatrice du projet d'opéra itinérant Carmen (CDD 6 mois) 
LE CENTQUATRE, Etablissement artistique de la Ville de Paris, attachée de Production (CDD 18 mois) 
Derrière Le Hublot, chargée de mission administration, réseau, évaluation (CDI)
Culture O Centre, Ateliers de développement culturel - Festival Excentrique 
Le Nombril du Monde, chargée des relations avec le public, accompagnement de projet (CDD) 
- Suivi et coordination des évènements, festival et formations (CDD)  
Friches théâtre urbain / l'Avant Rue, Chargée de production (CDI) 
La Ferme du Buisson - scène nationale de Marne la Vallée, assistante au secrétariat général.

Compagnie KMK, chargée de développement et de la médiation culturelle (CDI) 
POlau (Pôle des arts urbains) / Projet TRANS305 pour le développement d'une étude sur les démarches d'accompagnement artistique et culturel de projets urbains (indépendant) 
Centre Français de Culture et de Coopération en Egypte - Le Caire, Adjoint à l'attaché culturel (coordination, programmation, diffusion, communication)
CDD.  
Salle de concert le Marché Gare - MJC Perrache Lyon. Coordinateur - programmateur
Représentation de la Région Malopolska (Pologne) à Bruxelles, Policy Officer (culture, creative industries, tourism) (CDI) 
 
 

 

Une étude sur l'emploi des étudiants et leur conception de la réussite : ici.

À lire dans cette rubrique : plusieurs entretiens avec d'anciens étudiants du Master, réalisés en 2016 et 2017. 

Découvrir Objet(s) Public(s), l'association des étudiants du Master. 


Vous souhaitez faire parvenir une offre d'emploi aux étudiants ? Contactez-nous.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Les étudiants Parcours d'anciens étudiants
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 19:17

Les étudiants de la 12e promotion

(2016-2017)

 

Elvire Beugnot 
Basile Bretagne
Solène Champroy 
Alain Chaney 
Justine Pont 
Isabelle Dos Reis Pires 
Elodie Dubocage 
Marie Fayet  
Maud Grelier
Claire Guerineau 
Diane Lamand 
Aurélie Le Maître  
Clarisse Legoedec
Zhining Ma 
Ivanoé Masset 
Samantha Maurin 
Lena Ollivier 
Oranne Renaudie
Julie Rodriguez 
Jérémy Surmont 

 

Les étudiants de la 11ème promotion

(2015-2016)

Urielle Abelé 

Marie Awad
Camille Bodin 
Lucy Cuartero 
Sarah De Molliens 
Margot De Roquefeuil 
Fanny Duwez
Arnaud Idelon 
Betul Ilhan 
Clémence Jost 
Chrysovalantou Valia Kardi 
Nepheli Koskinas 
Marion Le Doaré 
Eva Lechartier 
Sarah Mandagaran 
Elisa Mandiola 
Margaux Naville 
Anh Nguyen 
Pauline Semo 

 

Les étudiants du Master

 

 

Les étudiants de la 10ème promotion 

(2014-2015)

 

Photo de la promotion 10 2014 2015

 

Stéphanie Braka

Charlotte Cheveau

Marie Delor

Coralie Duran

Astrid Durocher

Camille Fukas

Essia Jaibi

Samir Ketila

Ariane Leblanc

Pauline Lisowski

Marie Monclus

Agathae Montecinos Pinheiro

Colombine Noebes-Tourres

Morgane Noubel

Lou Paquet

Chloé Penha

Clémence Pierre

Marie Quelen

Ivana Rumanova

Robin Sepulcre 

 

 

Les étudiants de la 9ème promotion 

(2013-2014)

 

aller-retour

Romain Arditi

Grégoire Arpin-Bueria

Laura Athéa

Céline Bénétos

Claire Chaperon

Nina Cholet

Diaty Diallo

Laura Doucène

Justine Dumotier

Juliette Dubin

Marianne Frassati

Maira Hata

Barbara Petitjean

Alix Viala

Maryline Tagliabue

Aurore Stalin

Sofia Uguccioni

Alexandra Valet

Flora Vallauri

Marion Zankowicz

 

Les étudiants de la 8ème promotion 

(2012-2013)

photo de classe

Julia Ardiley
Victoire Bech (entretien réalisé en 2016 à lire ici)
Juliette Bibasse
Camille Blosse
Leonor Bolac
 Marion Bourguelat
 Carmen Camboulas
 Pauline Charrière
Adeline Debatisse
Antoine Esteve
Bianca Farrugia
Elodie Gaspard
Camille Grant
Loyce Hebert
Alexandre Lamothe
Nina Le Roux
Manel Pons
Diana Portilla
Hélène Toumanoff
Mathilde Wahl

 

 

Les étudiants de la 7ème promotion 

(2011-2012)

  Photo-de-groupe-Master-promotion-2011-2012.jpg

 

Laurie Castel

Renaud Cousin 

 Cécile Demessine
Samia El Ouazzani 
Sylvain Hardy 
Camille Lévêque 
Marion Marchand 
Arthur Mayadoux  
Emilie Metris 
Camille Michel 
Lisa Moneret 
Lucile Ribeaudeau 
Camille Rondeau 
Pauline Séjourné 
Camille Simon 
Valentin Szejnman 

 

 

Les étudiants de la 6ème promotion 

(2010-2011)

 coline-082.JPG

Alves Pereira Sylvie

Berlaud Coline

Bourgade Cécile

Clerc Marion

Cornec Pauline

de Saint Fraud Aurore

Delprat Etienne 

Gauthier Caroline

Jeong Eun-Yeob

Julhes Martin

Magaud Bérangère

Monblanc Frédérique

Omnès Clément

Pugin Marine

Stein Clara

Talva Camille

Tucker Alice

 

Les étudiant-e-s de la 5ème promotion

(2009-2010)


Lise Bénard
Marina Bourdais
Clémentine Cassard
Zoe Dehays
Cécile Di Filippo
Sandra Gicquel
Gaëlle Hermant
Emmanuelle Jolivet
Victor Leclère
Lucie Lemaître
Melissa Makni 
Anne Métrard
Elsa Ossart
Lucie Piard
Doriane Roche
Nancy Roquet
Charlotte Rougier

 

Les étudiant-e-s de la 4ème promotion

(2008-2009)

Claire Bataille
Armelle Bellenger
Marion Blanc
Laure Bonnefond
Alice Caze
Aude Chandoné
Fanny Courieult
Caroline Dubois
Adrienne Ferré
Marion Grange
Pauline Haué
Claire Huberson
Natan Jannaud
Younes Kanbouj
Alice Leborgne
Coralie Mainguy
Delphine Marcadet
Cécile Robin
Marie Tranchet
Catalina Trujillo

Les étudiant-e-s de la 3ème promotion

 

(2007-2008)


Amanda Abi Khalil 
Céline Auclair 
Aurélie Burger
Tiphanie Dragaut
Melody Dupuy
Clotilde Fayolle
Mélanie Fioleau 
Caroline Giovos 
Charlotte Girard
Elise Laperriere
Anne-Sophie Levet
Léa Marchand
Julien Paris
Chloé Perarnau 
Benjamin Petit 
Malgorzata Ratajska 
Inès Sanchez 
Alice Vallat
Nina Vandenberghe

 

 


Les étudiant-e-s de la 2ème promotion

(2006-2007)

Quatorze des dix-neuf étudiants du Master, en décembre 2006.

Céline AGUILLON
Ségolène ANGELE
Delhia AOULI
Marion BLET
Chloé BOURRET
Antoine COCHAIN
Véronique DUBARRY
Violaine GARROS
Dalila HABBAS
Kafui KPODEHOUN
Arthur LASSAIGNE
Julie LE GUILLANTON
Caroline MARCHAL
Kate MERRILL
Caroline MOYE
Julien NICOLAS
Deborah PORCHET
Marina QUIVOOIJ
Sébastien RADOUAN

Quelle insertion professionnelle pour les étudiants ?

 


Les étudiants du Master et P. Le Brun-Cordier dans le contener / pollinisateur posé sur la piazza Beaubourg à l'automne 2006 par Olivier Darné (voir aussi ici). Image : O. Darné.


Les étudiant-e-s de la 1ère promotion
(2005-2006)

Téléchargez les CV des étudiants de la promotion 2005-2006 en cliquant sur les noms soulignés :

 

Cécile Cano Lire son témoignage

Elsa Chausse

Elise Coury

Alice Delacour

Guillaume Deschamps + annexes

Emilie Dubuc

Lucie Dufossé

Violaine Dupic

Camille Geoffroy

Soizic Gobron

Alice Hervé

Elise Laurent

Aurélie Marcillac

Xavier Montagnon

Charlotte Morel

Mathilde Ochs

Jeanne Pariente

Adrien Pasternak

Guillemette Pichon

Rachel Pinget

Camille Poiraud


Quelle insertion professionnelle pour les étudiants ?

Objet(s) Public(s), l'association des étudiants du Master.  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Les étudiants
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 16:08

Younes Kanbouj, ancien étudiant du Master

 

Article-Younes-Kanbouj.jpg



La Folle Histoire des Arts de la Rue
Rencontre(s) singulière(s) entre des populations et les Arts de la rue dans les Bouches-du-Rhône 


Témoignage de Marion Blet, chargée des actions culturelles au sein de Karwan, pôle de développement et de diffusion des arts de la rue et des arts du cirque (Marseille), étudiante au sein du Master Projets Culturels dans l'Espace Public en 2006-2007. Texte transmis en août 2008. 

La Folle Histoire des Arts de la Rue c’est l’histoire des Arts de la rue racontée à partir du répertoire des compagnies dans 6 villes des Bouches-du-Rhône. Ce projet est organisé par Karwan, pôle de développement des arts de la rue et des arts du cirque en région PACA, implanté à la Cité des Arts de la Rue, à Marseille. Anne Guiot en est l’auteur et la directrice artistique. La Folle Histoire s’inscrit dans la continuité de L’Année des 13 Lunes (saison des arts de la rue dans les villes et villages des Bouches-du-Rhône, chaque jour de pleine lune, co-produit avec Lieux publics) au sens où elle installe une relation privilégiée entre une commune et les Arts de la rue, et du Grand Répertoire des machines de spectacle (exposition vivante de machines de spectacles de rue) au sens où elle prolonge l’exposition par l’accès aux spectacles. Cette manifestation est réalisée avec le soutien du Conseil général des Bouches-du-Rhône.

 

La Folle Histoire des Arts de la Rue accueillera dans le cadre de cette 1ère édition des compagnies exclusivement issues du département : Artonik, No Tunes International, Ex nihilo (vidéo, plus bas : Trajets de Vie, Trajets de Ville), Générik Vapeur, Agence Tartar(e) et ilotopie (photo à droite : La Mousse en Cage). Entre le 29 septembre et le 2 novembre 2008, ces six compagnies s’implanteront, à tour de rôle, dans leur « ville associée ». La Folle Histoire des Arts de la Rue est rythmée par la formule : 1 ville, 1 compagnie, 1 semaine ! Le Temps fort aura lieu du 1er au 9 novembre : la ville de Salon-de-Provence accueillera le florilège de La Folle Histoire, semaine durant laquelle toutes les compagnies seront réunies et présenteront plusieurs de leurs spectacles. Au final, une quarantaine de spectacles seront programmés durant les 6 semaines… L’occasion de découvrir ou de re-découvrir le répertoire des compagnies.


La Folle Histoire des Arts de la Rue c’est aussi des outils de médiation qui invitent les publics  à entrer au plus près dans la démarche artistique des compagnies, à découvrir les processus de création et d’improvisation des artistes, à partager leurs perceptions de la ville et des lieux… Mis en œuvre spécifiquement pour la manifestation, le Bus-expo de La Folle Histoire (voir l'illustration) est un de ces dispositifs de médiation proposés en plus des spectacles. Il s’agit d’une exposition itinérante qui va au-devant des publics pour dérouler, de façon illustrée et interactive, l’Histoire des Arts de la Rue à laquelle les artistes donnent vie par leurs spectacles. Le Bus-expo entamera une tournée départementale dès la mi-septembre avant de s’implanter dans chacune des 6 villes, en suivant le rythme des compagnies, à partir du 29 septembre.

 

Le Printemps dans les collèges 

 

Dans la perspective de sensibilisation et d’accompagnement des publics aux Arts de la rue, axe fort du projet, nous avons mis en œuvre un programme d’actions culturelles dans 8 collèges du département. En tant que chargée des actions culturelles, ma mission a principalement consisté dans la conception et la mise en œuvre de ce programme. Conçu comme un dispositif à part entière, Le Printemps de La Folle Histoire des Arts de la Rue dans les collèges est une action de préfiguration de La Folle Histoire qui s’est déroulé de mars à juin 2008 : il en reprend les 3 axes principaux (spectacles, actions culturelles et connaissance des arts de la rue). Nous avons donc réalisé une mallette pédagogique sur les Arts de la rue, avec entre autres un Cd-rom interactif visant à sensibiliser les collégiens sur le patrimoine vivant des Arts de la rue dans le département des Bouches-du-Rhône, des ateliers de pratique artistique avec des artistes de 3 compagnies programmées à l’automne, et des spectacles dans les collèges concernés.

 

En dépit des délais très rapides  dans lesquels nous avons dû concevoir et mettre en œuvre ce programme avec les enseignants (3 mois environ), ces derniers ainsi que leurs élèves ont émis, de manière globale, des retours très positifs sur cette expérience. Pour la plupart des enseignants impliqués, il s’agissait d’une première rencontre approfondie avec les Arts de la rue. Des envies de pérenniser ou d’amplifier ce type de dispositif ont émergé dans plusieurs collèges… Les enseignants semblent, en effet, en recherche de nouvelles expériences artistiques et culturelles qui viendraient renouveler les pratiques culturelles habituellement proposées dans le circuit scolaire… En outre, l’aspect pluridisciplinaire des Arts de la Rue résonne positivement chez les enseignants qui voient dans ces arts « tout terrain » des liens potentiels avec plusieurs enseignements dispensés au collège… Et également une dynamique intéressante pour des projets pédagogiques réunissant plusieurs enseignants de disciplines différentes. L’optimisation de ce genre de dispositif doit donc, à mon avis, porter sur une mise en lien plus évidente entre les enseignements dispensés et les apports pédagogiques et culturels des pratiques artistiques proposées.  

 

A l’automne, dans le temps de la manifestation, les actions culturelles se destinent davantage aux publics de structures associatives, sociales et culturelles autour d’un outil : Le Bus-Expo de La Folle Histoire. Ainsi, la seconde partie de ma mission concerne à la fois la réalisation du Bus-Expo, dans la recherche de ressources iconographiques et vidéo, et également l’identification de publics pour la diffusion du Bus-Expo. Le travail en direction des publics consistera dans des visites décalées, réalisées par des comédiens des Arts de la rue, et des rendez-vous avec les compagnies autour du bus. Nous souhaitons également re-rencontrer les enseignants et collégiens ayant participé au Printemps de La Folle Histoire en les conviant à assister aux spectacles et à découvrir le Bus-expo.

 

 


Dans la perspective de développer et d’accroître le travail d’actions culturelles mené au printemps, nous mettons également en œuvre une formation sur les Arts de la Rue pour les enseignants de collèges et lycées en collaboration avec le Rectorat de l’académie d’Aix-Marseille. Ce projet de formation vise à sensibiliser les enseignants à ce champ artistique, d’une manière approfondie, en créant des allers-retours entre théories sur les Arts de la rue et pratique par le fait d’assister aux spectacles programmés dans le cadre de La Folle Histoire. Trois regards complémentaires, ceux de Michel Crespin, Pascal Le Brun-Cordier et Maud Le Floch’, guideront les enseignants dans cette exploration ; les spectacles, quant à eux, viendront nourrir et illustrer les thématiques abordées. Cette formation a pour objectif de donner des clés aux enseignants afin qu’ils s’approprient plus facilement les problématiques relatives aux arts de la rue, et par extension à la création en Espace public, et de susciter des envies pour la réalisation de projets pédagogiques au sein de leur établissement. Les professeurs impliqués au printemps et intéressés pour poursuivre des projets relatifs aux Arts de la rue dans leur collège sont donc prioritairement invités à suivre cette formation. Grâce à ce stage, nous souhaitons également établir un suivi dans la relation avec les enseignants déjà impliqués et en rencontrer de nouveaux.

 

Depuis la fin du Master : ce qui a changé, ce qui demeure…

 

J’ai terminé la formation du Master 2 Projets Culturels dans l’Espace Public depuis 1 an et demi environ. J’ai choisi d’expérimenter La Folle Histoire et un nouveau territoire, d’abord en tant que stagiaire, puis en CDD. En un an et demi, mon regard sur les réalités professionnelles de notre secteur a beaucoup évolué : surprises, déceptions, agacements, interrogations… La formation favorise la capacité d’analyse sur de nombreux projets culturels et la distanciation critique par rapport à nos propres travaux, projets d’étudiants… Je pense qu’il est important de garder ce « regard neuf » face à chaque nouveau projet, une distance critique par rapport aux actions mises en œuvre et des clés pour l’optimisation… Même si on vous fait remarquer que « vous êtes encore jeunes » pour savoir… !  Nourrir les réflexions apportées, les expérimenter, les critiquer, les formaliser…


Malheureusement,  souvent dans les projets réalisés il n’y a pas de budget dévolu à l’évaluation… Certes, les budgets sont dans la plupart des cas déjà très restreints et on les concentre, de manière justifiée, sur les actions et le fonctionnement… Mais il me paraît très frustrant, et quelque part gênant, de produire sans avoir de retours directs des publics, de ne pouvoir mesurer l’impact des actions mises en œuvre et encore davantage lorsque les multiples dispositifs déployés visant à accompagner les publics participent de la dynamique intrinsèque du projet. Cette « foi » dans l’évaluation provient certainement de mes expériences professionnelles précédentes relatives au domaine des études de publics : j’ai réalisé plusieurs études en lien avec  la réception de dispositifs de médiation. Ces travaux d’analyse, de réflexion sur les publics m’ont permis d’avoir des repères, une capacité d’expertise pour la conception et la mise en œuvre de projets. Aujourd’hui ce qui me paraît important réside dans ce savoir, toujours instable, visant à articuler le plus justement possible la réflexion sur des publics identifiés et une action à développer… afin de formuler des propositions de qualité. L’évaluation n’est qu’un moyen pour optimiser l’action… arrêtons de la diaboliser et servons nous en intelligemment !

Marion Blet (août 2008)


Marion Blet est chargée des actions culturelles au sein de Karwan, pôle de développement et de diffusion des arts de la rue et des arts du cirque (Marseille). Elle était étudiante au sein du Master Projets Culturels dans l'Espace Public en 2006-2007. 

http://www.karwan.info

http://www.follehistoire.fr

Pour plus de renseignements sur La Folle Histoire des Arts de la Rue : Karwan : 04 96 15 76 30



Témoignage de Cécile Cano, chargée de mission Culture, au Pays de Cocagne, en Midi-Pyrénées. Type de contrat : CDD d'un an renouvelable (convention territoriale de 3 ans). Témoignage transmis en décembre 2007.

"Je suis chargée de mission culture pour le Pays de Cocagne (voir aussi) en Midi-Pyrénées : 6 intercommunalités et 69 communes sur les départements du Tarn et de la Haute Garonne. Les Pays sont des formes territoriales relativement récentes (3 ans d’existence pour les plus anciennes sur cette région), mises en place et conduites avec l’accompagnent du Conseil Régional.

Intervention artistique dans un champ, à Fiac

Mon travail consiste en la coordination et la mise en place d’une ligne directive de politique culturelle, appliquée au développement du territoire, et ce, pendant 3 ans. Je travaille donc avec l’ensemble des associations et des élus, afin de proposer et mettre e
n place des propositions artistiques structurantes pour le Pays : création d’équipements culturels, travail artistique autour du patrimoine matériel et immatériel, valorisation des manifestations majeurs, émergences de nouvelles formes d’expression, etc. Au côté d’un comité de pilotage et de groupes thématiques, je tente d’ « ouvrir le territoire » par le biais des dispositifs des Conseils Généraux et du Conseil Régional, avec qui nous travaillons en étroite collaboration. Tout cela est possible grâce à la réalisation préalable par un cabinet d’étude, d’un schéma de développement culturel (diagnostic et préconisations) et qui a été à l’origine de mon recrutement.

A la sortie du Master, mon profil était clairement orienté vers la création de projet et l’art contemporain. L’emploi « idéal » que je visualisais a finalement été très différent de l’emploi que j’occupe actuellement. L’attente a été un peu longue pour trouver ce dernier, mais il a en finalité permis de réunir l’ensemble des profils d’intérêt que je menais en parallèle depuis le début de mes études : la conduite de projet, l’ingénierie couleur, ainsi que la création contemporaine et ses formes d’expression nouvelles. Mon territoire est en effet emprunt d’un passif autour du pastel, et de la réflexion couleur ; c’est un territoire dit rural très ouvert aux créations nouvelles.

C’est un emploi que j’occuperai pour au maximum trois années. Il s’agit donc d’une mise en place territoriale du sujet culturel quelque peu expérimentale. Et c’est cette vision « in progress » qui motive mon investissement aujourd’hui. L’ensemble des enseignements reçus durant le Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public prend désormais sens et application pour moi.

Si je devais donc vous prodiguer quelques conseils : prendre chaque emploi, avec curiosité et désir, comme une nouvelle manière d’envisager ses méthodologies et savoir faire. Vous ne trouverez peut être pas immédiatement l’emploi idéal à vos yeux, mais nourrissez-vous au maximum de ces emplois intermédiaires, qui sont finalement de nouvelles occasions d’apprendre et de faire vos marques sur le territoire d’action culturelle. Et ne vous découragez pas durant votre période de recherche. Pour moi, elle aura durée plus de six mois : six mois d’auto courage, d’auto conviction, d’auto énergie ! Mais si on a envie de s’investir dans le monde culturel, ça se finit toujours bien.

Plein de courage pour vous tous et n’hésitez pas à me contacter au besoin."

Cécile Cano, étudiante au sein du Master Projets Culturels dans l'Espace Public en 2005-2006. Témoignage transmis en décembre 2007.



Un projet développé par Kafui Kpodéhoun, étudiante au sein du Master Projets Culturels dans l'Espace  Public en 2006-2007 : Comme un été.

Quelle urbanité pour les non-lieux de la ville contemporaine ? La triple médiation des nouveaux médias, un article de Kafui Kpodéhoun, dans le cadre du projet Ludigo.



Consulter le site des anciens Etudiants de la Sorbonne



Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Les étudiants
1 septembre 2008 1 01 /09 /septembre /2008 21:18

Objet(s) Public(s) est l’association des étudiants actuels et des anciens, diplômés du Master 2 professionnel « Projets Culturels dans l’Espace Public » de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. 

 

Elle souhaite contribuer à la valorisation et au rayonnement du Master 2. L’association a pour ambition de créer et d’encourager les liens entre les étudiants et les diplômés, désireux d’échanger leurs expériences. Objet(s) Public(s) se veut être un outil dynamique et efficient, facilitant l’insertion professionnelle des étudiants actuels. L’association a mis en place un annuaire structurant un réseau d’anciens, essentiel pour l’insertion des nouveaux étudiants dans le secteur culturel (facilitation de l’accès aux stages).

 

Fort du réseau créé, l’association cherchera à  développer des échanges entre le Master 2 « Projets culturels dans l’espace public » de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et les formations universitaires et artistiques européennes et internationales ainsi que les institutions et structures culturelles poursuivant le même objectif. 
 
Objet(s) public(s) envisage de participer, de soutenir, ou d’être à l’origine d’actions impliquant les étudiants actuels de la formation. Ces actions relèveront du domaine de compétence de l’association : organisation de rencontres professionnelles autour des questions de l’art dans l’espace public, soutien à des manifestations culturelles et artistiques dans l’espace public, etc.


Novateur et jeune (créé en 2005), ce Master est le premier à proposer à l’échelle européenne une formation spécifique autour des enjeux de l’art dans l’espace public, jeune champ d’expérimentation et de recherche au croisement du symbolique, du scientifique, du social, du politique, de l'artistique et du culturel.

 

"Le Master forme chaque année une vingtaine de futurs professionnels de la conception et de la production de projets culturels, engagés dans une réflexion sur les relations entre arts, cultures, populations et territoires, en France et en Europe. Cette formation est assurée par une équipe d’universitaires et de professionnels reconnus dans le domaine des arts de la rue et du spectacle vivant, qui leur transmettent une expertise aiguisant leurs compétences créatives, techniques et réflexives". (voir présentation du Master


Ainsi, cette association cherche, à son échelle, et grâce à la mise en relation d’anciens et actuels étudiants dans un réseau de professionnels maillant le territoire, à faire exister cette réflexion autour de l’art dans l’espace public.

L'association est ouverte à toute nouvelle collaboration pour son fonctionnement et son développement et/ou pour toutes actions qui pourraient être mise en oeuvre et recevoir son aide (organisation de rencontres professionnelles, soutien à des manifestations culturelles et artistiques, etc. ). Pour participer à son développement, adhérez, en nous contactant :  


Objet(s) Public(s) / Association Loi 1901

Bureau : Marion Zankovitch, Présidente / Romain Arditi, Secrétaire / Céline Benetos, Trésorière

Contact: objets.publics@gmail.com C/o MIE, 50 rue des Tournelles, 75003 Paris

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Les étudiants

'

merci.jpg

Recherche