Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2006 1 18 /12 /décembre /2006 16:37

Les 16 et 17 décembre 2006, 36 heures d’immersion au cœur d’un événement-saison atypique, « Lille 3000 », pour :
>découvrir des expositions, œuvres dans la ville, installations, spectacles, et des lieux...
>rencontrer plusieurs responsables du projet : coordination générale, programmation, production, technique
>comprendre les logiques (politique, artistique, culturelle, urbaine, économique...) qui ont présidé à la conception et à la mise en œuvre du projet
>engager une analyse critique du « système Lille 3000 »


Journée du samedi
16 décembre 2006


10h > dans les bureaux de Lille 3000, présentation de Lille 3000, par Charlotte Morel, diplômée du Master en 2006, actuellement salariée de l’association Lille 2006-2008 (qui met en œuvre Lille 3000), en tant qu’assistante chargée de production exposition, dans l’équipe de Caroline Naphégyi. Elle a travaillé sur les expos Bombay Maximum City, Troisième Œil, et sur les expositions dans l’espace public. Le site de Lille 3000. Film sur l'ouverture de Lille 3000.

De 10h45 à 13h00 > parcours dans la ville, découverte des œuvres exposées notamment dans l’espace public.

GOD HUNGRY, de Subodh Gupta, à l’église Sainte-Marie-Madeleine.

« Âge : 42 ans. Vit à Delhi. Particularité : travaille notam- ment avec des ustensiles de cuisine... Cet artiste contempo- rain assemble des matières et objets divers pour bousculer les modes de pensée. Son travail reflète son propre trajet, de la province à Delhi, et se fonde sur les contrastes entre la situation culturelle des régions rurales de l’Inde, aux prises avec la logique effrénée des phénomènes de globalisation. » S. Gupta sur le site de la galerie In Situ. Film.


HALF WIDOWS, de Shilpa Gupta, salle du conclave, Palais Rihour.
« La salle du Conclave est transformée par l’une des artistes contemporaines les plus prisées hors des frontières indiennes. A travers des projections et objets ramenés d’Inde, Shilpa Gupta met en scène la problématique des conflits frontaliers entre l’Inde et le Pakistan qui empruntent, le temps de guerres terribles, les maris des femmes indiennes, les demies veuves. » Film.

HOLOGRAMMES, de Mira Nair, rue du Sec Arembault.

« Mira Nair, la réalisatrice de Salaam Bombay et du Mariage des Moussons, a utilisé la technique des panneaux lenticulaires du studio d’architectes nord-américains, Diller & Scofidio, pour créer des illusions dans la ville. »
Partenariat avec la société JC Decaux.

Images animées sur le site de Laetitia Parent.

Autres images.


LA RAMBLA DES ELEPHANTS
, de Nitin Chamdrakant Desai, rue Faidherbe.


« Nitin Chamdrakant Desai, l’un des plus grands décorateurs de Bollywood, a imaginé une avenue de douze éléphants de huit mètres de haut et de chandeliers surdimensionnés. La gare Lille Flandres est également transformée en palais indien ; Sa façade est illuminée comme au palais de Mysore, son intérieur est habité par des « babys » éléphants nomade. » Film.




De 13h à 14h30 > déjeuner au Tri Postal, Restaurant Les Indes.

Echanges avec Emmanuel Vinchon, sherpa & conseiller artistique de Lille 3000, chargé de la programmation musiques et littérature, de la coordination des projets participatifs.

De 15h à 16h30 > Découverte de la Maison Folie de Moulins. Visite de l’exposition MODERNITES RECYCLEES.
« Aujourd’hui, l’Inde est gagnée par le développement des nouvelles technologies. Le succès des élites, la présence de firmes multinationales d’origine indienne dans le monde montrent l’évolution de ce pays. Au-delà, une autre modernité voit le jour : celle des économies parrallèles, entre légalité, illégalité, recyclage, échanges, partage, opensource (Linux), blogs… A travers des installations, expositions, performances artistiques et un restaurant multimédia & design, Les modernités recyclées évoque la technologie et son impact dans notre société, ainsi que les enjeux de la globalisation et des mondes futurs. »

À 16h30 > Découverte des œuvres, notamment de Subodh Gupta (photo), installées dans le parc Jean-Baptiste Lebas.

De 17h à 19h > au Tri Postal, visite des expositions...

BOMBAY, MAXIMUM CITY
« Avec ses dix-huit millions d’habitants, Bombay est le centre économique de l’Inde ; pourtant elle est constituée du plus grand bidonville d’Asie. Mégapole paradoxale et intense. Bombay, Maximum City, l’exposition, ou comment ressentir la ville, l’appréhender par expériences croisées d’artistes, d’architectes, d’économistes, de bombayites. Photographes, tels Ketaki Sheth, Raghubir Singh et Rajesh Vora, artistes indiens et internationaux – Subodh Gupta, Anita Dube, Jitish Kallat, Nalini Malani, Julian Rosefeldt, Mathias Delplanque, Shilpa Gupta, Hema Upadhyay, Sebastiao Salgado, Patrick Tuttofuoco, Shilpa Chavan - donnent à comprendre Bombay, et nous livrent autant de traces sensibles de la mégapole. La réalisatrice Mira Nair, l’industriel Ratan Tata, l’écrivain Suketu Mehta et l’actrice Aishwarya Rai en proposent également une interprétation.

Le titre de l’exposition est emprunté au best-seller du journaliste Suketu Mehta, dont la traduction française a été éditée à l’occasion de l’ouverture de Bombaysers de Lille (Éd. Buchet-Chastel). Ancré dans la réalité de la ville, il y décrit différentes figures de Bombay, dont certaines se retrouveront dans l’exposition. Sons et images pour une appréhension sensible de la ville, de son architecture et de sa réalité physique. Parallèlement, la vue des bidonvilles, des installations éphémères et informelles des vendeurs de rue, des festivals, en offrent un paysage organique et temporaire, en permanente métamorphose.

Les paradoxes de la ville sont analysés à travers des systèmes spécifiques à Bombay, dont les dabbawallahs (livreurs de nourriture) sont un bon exemple : une organisation complexe et efficace de livraison de repas chauds récoltés à domicile et livrés aux quatre coins de la ville à l’heure du déjeuner. Ils témoignent d’une ingéniosité adaptée à une ville tentaculaire qui sait répondre aux besoins quotidiens de ses habitants.

La scénographie réalisée par le designer indien Satyendra Pakhalé restitue la complexité de Bombay et met le visiteur en situation de la vivre physiquement. »

Co-commissaires : Caroline Naphegyi et Rahul Mehrotra. Scénographe: Satyendra Pakhal, cultural nomad-designer

Images de l'exposition. Film 1. Film 2.

EXPOSITION LE TROISIEME ŒIL
« L’Inde spirituelle, pays aux croyance multiples, terre chargée d’histoire, est devenue un lieu incontournable pour la médiation. Reconstitution à Lille d’un continent à part, hors norme, où astrologie, mythes, rituels, mariages arrangés (« love mariage ») et musique sont omniprésents. Le Troisième œil présente une double vision de cette Inde mystique à travers l’interprétation d’artistes indiens ou occidentaux passionnés par cette dimension sacrée de l’Inde : vidéo, arts plastiques, musiques, mode, cinéma… » Film.

LA FABRIQUE, TANIA MOURAUD. INSTALLATION VIDEO
« Tania Mouraud présente une installation multimédia créée à la suite de son reportage réalisé au sud de l’Inde, dans le village de Trivandrum. Les visages de 150 ouvriers et ouvrières sur une multitude de moniteurs dans le son assourdissant des métiers à tisser fixent le visiteur en accomplissant un travail mécanique. Les corps disloqués de ces travailleurs sont le moteur d’une étrange fabrique… » Film.

20h30 > Spectacles, notamment ENTRE CIEL ET TERRE, spectacle chorégraphique de Rukmini CHATERJEE, à la Maison Folie de Wazemmes.

À partir de 23h30 > Nuit électro du Tri Postal : Siestes Célestes - Pushkar Temple Drums, Riyaz Master Project, DJ 101.


Journée du dimanche
17 décembre 2006


À 10h30 > Maison Folie de Wazemmes

> en sortant de la station de métro Gambetta...

LES PEINTRES AFFICHISTES DE BOMBAY Limona Studio
DANS LES DIX QUARTIERS DE LILLE, À HELLEMMES ET LOMME

« Douze portraits personnalisés : quarante habitants choisis par les lillois pour les représenter, quartier par quartier, pris en photo par Anna Solé, peints par les affichistes de Bombay. Une projection de couleurs à la mode Bollywood, sur des panneaux publicitaires disposés dans la ville. »







RICH MIX - Brick Lane, quartier indo-londonien
« Brick Lane : quartier londonien symbole de la diaspora indienne, mélange de communautés venant à la fois d’Inde, du Bangladesh et du Pakistan. L’ambiance de ce quartier est recréée, offrant ainsi une expérience visuelle, auditive, olfactive, gustative et tactile propre à Brick Lane. Rich Mix, label bangladeshi de Londres, présente la mixité des esthétiques et des cultures de ce quartier londonien, riche d’une activité culturelle qui associe artistes, créateurs media, galeries (de la Whitecube à la White Chapel), marchands de bagels et boutiques vintage, marché du dimanche, clubs et restaurants indiens. » Site de Rich Mix.

À 11h30 > présentation de la maison Folie de Wazemmes, et visite du site
Avec Laurent Tricart, chargé de la communication, maison Folie de Wazemmes

Après-midi : à Lille, exposition au Palais des Beaux-arts... ; à Roubaix, la Piscine, La Condition Publique...


Comme Lille 2004, Lille 3000 est tout à la fois une saison artistique, un
projet culturel, un objet de marketing territorial, un dispositif touristique, un événementiel animatoire... Qui ne fait pas l'unanimité : dans une rue de Wazemmes, près de la maison Folie, une affiche dénonce "l'opération" (photo).








Lille 3000 :
une revue de presse

« Dans la métropole nordiste, les manifestations qui vont durer trois mois, autour de l’Inde et de Bombay, révèlent le monde d’aujourd’hui dans toutes ses violences et ses contradictions.

(...)
Comme on discutait à Byzance du sexe des anges quand les Turcs étaient aux portes de ce qui restait de l’empire romain d’Orient, discutera-t-on à Lille du sexe des éléphants ? Artiste indien, Nitin Desai, qui a installé rue Faidherbe, rebaptisée « Rambla » en souvenir des liens historiques avec l’Espagne de la capitale du Nord, douze éléphants de huit mètres de haut et dix chandeliers géants, a laissé la question en suspens. Ses éléphants n’ont pas de sexe, comme les baigneurs de jadis. Faut-il en conclure qu’il y aurait, après le très grand succès de Lille 2004, une version lisse de Lille 3000 ? Ce serait trahir une opération étalée sur trois mois, jusqu’au 14 janvier, avec au total 340 manifestations dans les domaines les plus divers autour de l’inde contemporaine et plus particulièrement de Bombay. Théâtre, littérature, cinéma, musique, expos, sports, danse, balades de 24 heures dans la ville de midi à minuit. Des centaines de milliers de personnes avaient participé à Lille 2004. Lille 3000 avec « Bombaysers » en attend tout autant, sinon plus, avant de s’ouvrir dans les deux années qui vont venir à la Finlande, puis à l’Europe orientale.

Bombay. Officiellement 12 millions d’habitants mais sans doute 18 millions, 23 millions en 2010 car il est impossible de compter les millions de pauvres qui s’entassent dans les slums, les taudis à étages, de bric et de broc, de tôles et de planches de la Reay Road dans la promiscuité des rats, la puanteur des caniveaux, le vacarme des camions... Bombay, ville monstrueuse de misère mais qui représente 14 % du capital productif de toute l’Inde pour moins de 2 % de son milliard d’habitants. 25 % des impôts fédéraux sur le revenu. Chimie, pétrochimie, automobile, électronique... Immenses richesses, multinationales omniprésentes et toute-puissance du rêve. Bollywood, première industrie cinématographique du monde, des milliers de films, quatre milliards d’entrées par an et des romances toujours recommencées...

Dans la rue du Sec-Arambaut, sur dix panneaux Decaux, la cinéaste Mira Nair joue avec des images holographiques, avec les métamorphoses qui sont les ruses des dieux et l’espoir peut-être des hommes dans la grande roue du temps. Les personnages que l’on voit sur les panneaux changent d’apparence, d’attitude dès que l’on se déplace. Où est la vérité de l’autre ? Qui peut dire la réalité mouvante de l’Inde d’aujourd’hui, immense pauvreté et puissance mondiale dans le tsunami de la mondialisation, ce même tsunami qu’évoque en l’église Sainte-Marie-Madeleine l’artiste indien Subodh Gupta avec son installation « Hungry God » (Dieu affamé), en dressant trois énormes cascades d’ustensiles de cuisine chromés, trois dégueuloirs charriant les repères du quotidien comme la hantise de la nourriture.

Tania Mouraud est française mais séjourne régulièrement au Kerala. Née en 1942, c’est une artiste confirmée de la scène contemporaine maniant aussi bien les graphismes minimalistes que la vidéo, recyclant les acquis de lde l’art dans la modernité. Avec son installation vidéo « la Fabrique », au Tri postal, vaste lieu jouxtant la gare de Lille Flandres et devenu un pôle d’expositions, elle donne à voir, dans un bruit assourdissant et sur une trentaine de téléviseurs et quatre ou cinq écrans muraux les visages de cent cinquante ouvriers et ouvrières, vieillards, enfants, comme enchaînés à leurs métiers à tisser, effectuant sans trêve les mêmes gestes à une cadence folle. En Inde sans doute, comme dans nombre de régions du monde, il n’est pas besoin de chercher l’enfer. L’oeuvre de Tania Mouraud est l’envers des éléphants. Témoignage, dénonciation, coup de poing. Mais les artistes contemporains indiens non plus ne cèlent rien et ne confondent pas l’art et le joli ou la décoration. Hema Upadhyay avec Dream a Wish, Wish a Dream (Rêver un désir, désirer un rêve), a construit en tôle, en résine, en boîtes de conserve un très vaste bidonville sur plusieurs mètres carrés. L’oeuvre est saisissante par ce qu’elle dit du chaos et de l’immense misère de Bombay. Les enfants ne s’y trompent pas qui visitent en groupes les expos du Tri postal. Ou encore, comme le dit un vigile en nouant la conversation, l’art contemporain frappe très fort quand il ne fuit pas la réalité. Manière de dire, comme Delacroix, que le réel est le recours de l’art quand il s’est enfermé dans le maniérisme.

C’est vrai pour Navjot Altaf quand il évoque avec des centaines de petits rubans de papier les tragiques émeutes raciales de Bombay, qui firent début 93 plus de 2 000 morts. Shilpa Gupta après ces émeutes a rempli et expose des centaines de flacons de sang avec des étiquettes dans toutes les langues. Bon sang, mais c’est bien sûr. La partie intitulée « Bombay Maximum City » au Tri postal, est un choc et bien un choc du réel. Les artistes contemporains indiens qui arrivent sur la scène internationale ne viennent pas y faire de la figuration. »

Extraits de l’article de Maurice Ulrich,
paru dans Le Monde le 14 novembre 2006



« Au Tri postal, " Bombay Maximum City " joue l'encombrement et le choc. (...) Un bombardement d'objets, de photos, de films, de mots, de chiffres et de bruits. De nombreuses oeuvres sont des commandes. Aux artistes, il a été demandé d'être des chroniqueurs, des sociologues, des guides. Ils se sont acquittés de leur mission avec sérieux : l'immense maquette de bidonville d'Hema Upadhyay et sa collection d'articles made in China, les installations d'ustensiles de cuisine de Subodh Gupta, les photos de Raghubir Singh, Jitish Kallat ou Ketaki Sheth ont des vertus documentaires. Un réalisme teinté de pop s'impose, accentué jusqu'au kitsch par les affiches et les séquences empruntées à Bollywood, baisers langoureux et mythes hindous tournés en costumes d'époque.

Les pièces les plus captivantes sont celles qui traitent des fanatismes religieux et de l'ultranationalisme : vidéos de Valay Shende et d'Anand Patwardhan, installations de Navjot Altaf et de Shilpa Gupta. Afin de mesurer la gravité de la situation auxquelles elles font référence, la lecture du catalogue est grandement conseillée. »

Extrait de l’article de Philippe Dagen,
paru dans Le Monde, le 26 novembre 2006

Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Actualité du Master
25 octobre 2006 3 25 /10 /octobre /2006 16:51

Les esthétiques des arts de la rue

Généalogie, formes, valeurs et significations

Séminaire restreint


Dans le cadre de la recherche sur les « Esthétiques des arts de la rue », menée par le réseau Arts de Ville (CNRS - UMR 5600) pour le compte du ministère de la Culture et de la Communication (DMDTS), un séminaire contributif restreint rassemblant les chercheurs impliqués dans cet ensemble d’études et les étudiants du Master Projets Culturels dans l'Espace Public se tiendra à la Sorbonne, les 30 et 31 octobre 2006.

Le séminaire recouvre un triple objectif :

-faire le point collectivement de l’avancée de la recherche,

-croiser les approches des chercheurs pour explorer les articulations entre les trois axes de la recherche (généalogie, formes, valeurs et significations),

-réfléchir aux objectifs de valorisation de la recherche et aux évolutions du réseau pour l’année 2007.

Le séminaire, en dehors des chercheurs du réseau, est ouvert à quelques « observateurs » en nombre limité ainsi qu’aux étudiants de la promotion 2006-2007 du Master 2 professionnel Projets Culturels dans l'Espace Public.

Le séminaire est co-organisé par le Master 2 professionnel Projets Culturels dans l'Espace Public. Cette organisation comprend notamment le recueil de l’ensemble des débats et leur synthèse qui permettra d’alimenter les travaux de l’équipe des chercheurs. Les étudiants associés participeront aux débats, notamment le deuxième jour.

Programme du séminaire :

Lundi 30 octobre
« Etat de la recherche – contributions des chercheurs »

10 h                   Accueil des participants

10 h 30 – 11 h     Présentation des journées
Philippe Chaudoir
Pascal Le Brun-Cordier
Isabelle Faure

11 h – 12 h 45    Thème 1 : Généalogie de l’intervention artistique et culturelle en espace public
Philippe Chaudoir
Serge Chaumier
Giada Petrone
Frédéric Lamantia
Michel Crespin
Sylvie Clidière
Bruno Suner
 
12 h 45 – 14 h 00 Pause repas

14 h – 15 h 30     Thème 2 : Formes et dispositifs

Introduction Isabelle Faure
Serge Chaumier
Anne Gonon
Marcel Freydefont
Catherine Aventin
Philippe Chaudoir

15 h 30 – 16 h      Pause

16 h – 17 h 45      Thème 3 : Sens, identités, représentations, valeurs

Introduction Isabelle Faure
Bernard Lamizet
Marie-Hélène Poggi
Jean-Michel Rampon – Violaine Lemaitre
Emmanuel Wallon
Michel Rautenberg
Bernard Bensoussan

17 h 45 – 18 h       Conclusion de la journée – Première synthèse
Philippe Chaudoir


Mardi 31 octobre
« Journée-débat : Articulations et perspectives »

9 h – 10 h 30       Les pistes pour une articulation

                          Débat et propositions

10 h 30 – 11 h     Pause

11 h – 12 h 30     Modalités opératoires pour un croisement des axes de la recherche

                          Questionnements des étudiants du Master Projets Culturels dans l'Espace Public

12 h 30 – 14 h    Pause repas

14 – 15 h 15        Les suites concrètes de la recherche

Introduction Isabelle Faure

15 h 15 – 15 h 30 Pause

15 h 30 – 16 h 45 Perspectives 2007 pour le réseau

16 h 45 – 17 h     Conclusion des journées


Partager cet article

Repost 0
Published by Pascal Le Brun-Cordier - dans Actualité du Master
9 octobre 2006 1 09 /10 /octobre /2006 19:44
Du lundi 2 octobre au samedi 7 octobre 2006, rentrée de la deuxième promotion du Master. Une semaine d'ouverture qui a plongé les étudiants dans le vif du sujet, au fil de nombreuses rencontres avec des artistes et des professionnels de la conception/production de projets culturels dans l'espace public.

Lundi 2 octobre. Journée à HorsLesMurs. Rencontre et échanges avec l'équipe du centre national de ressources pour les arts de la rue et les arts de la piste : Stéphane Simonin, directeur ; Jean Digne, président ; Patricia Demé, adjointe du directeur.

Présentation du secteur des arts de l'espace public, présentation du centre de ressources, échanges autour de divers projets, présentation de Stradda, et des publications de HorsLesMurs...

Mardi 3 octobre. Après-midi dans les locaux  d'Arcadi, établissement public de coopération culturelle pour les arts de la scène et de l'image créé par la région Ile-de-France et l'État. Rencontre avec Jean-Claude Pompougnac, directeur d'Arcadi, échanges sur le statut d'EPCC, les missions d'Arcadi et la situation des politiques culturelles ; rencontre avec Françoise Billot, directrice du service relais information et conseil, qui nous a présenté l'étude sur les compagnies de théâtre en Ile-de-France réalisée par Opale de septembre à décembre 2005 ; puis, rencontre avec Gilles Alvarez, directeur du service multimédia, qui nous a brossé un panorama des pratiques artistiques multimédia, on line et off line, en lien avec l'espace public.

Mardi soir, rendez-vous à Bagnolet, dans un gymnase, pour découvrir le Championnat du Monde de n'importe quoi, spectacle de la compagnie des 26 000 couverts. "Des épreuves, arbitrées par un jury et un système de points assez obscurs, qui vont du roulidindin au lancer de sapins de Noël en passant par la descente en Kayak sur mobilier, la natation synchronisée sans eau, le concours de « oh non » ou le gymkhana de flûtes à bec. Sur la ligne d'arrivée, une performance théâtrale qui érige l'absurde, le non-sens et le chaos en champions plausibles." Un univers burlesque, quelque part entre les Monty Python et Jacques Tati...

Mercredi 4 octobre à 10h30 : rencontre devant le centre Georges Pompidou avec Olivier Darné et ses abeilles. Dans le container installé par l'artiste "graphiculteur" sur la piazza, au côté des milliers d'abeilles qui entrent et sortent de la ruche hébergée dans le container, nous avons engagé une discussion avec lui, sur son projet Zones sensibles / pollinisation de la ville. Une autre manière de voir et vivre le territoire urbain, une réflexion vivante et stimulante sur et dans l'espace public, qui associe plasticiens, architectes, chercheurs, travailleurs sociaux, botanistes, éthologues, sociologues, cuisiniers, apiculteurs, écrivains... Pour en savoir plus, aller butiner ici ou . Déjà l'an dernier, plusieurs étudiants du Master ont travaillé aux côtés d'Olivier Darné ; cette collaboration se poursuivra cette année.
Mercredi après-midi, rendez-vous sur le site de la BNF... Rencontre avec Baptiste Monsaingeon, chargé de la médiation de la Nuit Blanche 2006 pour APC, Art Public Contemporain, producteur de l'événement. L'installation de Thierry Dreyfus, constituée notamment d'une échelle suspendue dans le vide entre les quatre tours de la BNF, venait d'être installée. "Jouant sur l?espace et les volumes de lumière, il trace des lignes de fuite lumineuses qui sont autant de géométries imaginaires." Présentation de ce projet, sous l'angle artistique et sous l'angle technique/production ; échanges et réflexions sur la médiation des projets dans le cadre de Nuit Blanche. Plusieurs étudiants du Master étaient d'ailleurs médiateurs pendant la Nuit Blanche.

Jeudi 5 octobre : rencontre avec à Confluences, Maison des Arts Urbains, avec son directeur, Frédéric Hocquard, qui est aussi président de Actes If, réseau solidaire de dix neuf lieux "intermédiaires" en Ile-de-France. Echanges nourris sur le projet porté par Confluences et sur les missions du réseau Actes If. Rencontre également avec Philippe Niorthe, plasticien, membre du Collectif 12 / Friche A Malraux de Mantes-la-Jolie. En soirée, spectacle : Le Frigo de Copi, mise en scène par Vincent Poirier, avec Carles Romero-Vidal.

Vendredi, journée à La Villette, en compagnie de plusieurs représentants de l'EPPGHV, établissement public du parc et de la grande halle de La Villette : Mehdi Idir, coordinateur du programme résidences d'artistes et Jasmine Francq, qui nous a présenté le projet imaginé et mis en œuvre par Bernard Tschumi, resitué dans le contexte historique et culturel des parcs et jardins. Cette présentation a été suivie d'un parcours dans le parc (photo : en lisière de la bambouseraie, une installation de Daniel Buren). En soirée : Les Marchands, spectacle écrit et mis en scène par Joël Pommerat, au théâtre Paris-Villette.

Et samedi 7 octobre, une longue Nuit Blanche, en spectateur, pour certains étudiants, en médiateur pour d'autres... Plusieurs articles sur la Nuit Blanche 2006 seront d'ailleurs prochainement en ligne.








Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Actualité du Master
9 octobre 2006 1 09 /10 /octobre /2006 14:42
Musiques de rues à Besançon.
Nouveau territoire des arts sonores
Du 5 au 8 octobre 2006

Du son plein les oreilles pendant trois jours et en plein air
   
Besançon est devenue pour quelques jours, le nouveau territoire pour les arts sonores. Si Belfort accueille depuis presque vingt ans les Eurockéennes, Besançon, en tant que capitale régionale se devait d’avoir également son rendez-vous culturel annuel ! Ce sera le festival Musiques de Rues. Après plusieurs réalisations de manifestations culturelles de la part de la municipalité en octobre de ces trois dernières années, la mairie de Besançon a choisi le projet de Pascal Esseau et de François-Xavier Ruan, tous les deux nantais et directeurs de l'équipe Musiques de rues. Un appel d'offre a été lancé en 2004 par la municipalité : huit projets ont été pré-sélectionnés. Plutôt que de s'investir sur le terrain du théâtre de rue, la municipalité a souhaité voir se développer le projet autour des musiques de rues.

Les musiques de rues

L'ambition du festival est claire aux dires de Pascal Esseau et François-Xavier Ruan : « Faire découvrir la musique au sens large et une nouvelle façon de découvrir la musique ». Les musiques de rues sont, selon eux, toutes les musiques : quelle musique ne pourrait-on pas faire dans la rue ? Aucune. Par ailleurs, la musique de rue ne se restreint pas seulement à la fanfare telle qu’on l’entend traditionnellement. Et c’est ce que les concepteurs ont montré lors de ce festival. En effet, les bruits et les sons de l’espace urbain font aussi partie des musiques de rues. Ainsi, avec Musiques de rues se dégage une proposition de festival singulier, pluriel, riche de sa proposition thématique et ouvert à tous car en plein air, à ciel ouvert.

Musiques de rues, c’est aussi une réflexion qui s’est élaborée sur la ville en tant que territoire : « Est-ce la ville qui choisit son festival ou le festival qui choisit sa ville ? ». Pour l’équipe de Musiques de rues, le premier travail a été de « vivre la ville » en cheminant sur les places, ruelles, trottoirs, cours et arrière-cours... Musiques de rues est l’aboutissement d’un questionnement sur l’identité, l’urbanité, le rapport entre art, culture, populations et territoires.

La programmation     

La programmation du festival se décompose en cinq sections comme nous pouvions le découvrir dans la plaquette de présentation du festival :
-Les créations 2006
-Les nouvelles fanfares
-Les rues du monde
-Les performances, machineries et installations sonores
-Les petites formes instrumentales

Pour les créations 2006, on retiendra Xem Nun, résultat d’une résidence de Camel Zekri et des trompes Ongo Brotto de Bambari (Centrafique) ainsi que Le pendule (spectacle en salle) de Jéranium et Man’hu, Collectif Métalu / A Chahuter.

Les nouvelles fanfares s’inspirent de cultures disparates mêlant la musique populaire à l’écriture du jazz et plus largement à toutes les musiques contemporaines et actuelles : Musicabrass ; Quelques fiers mongols : Led Zeppelin en fanfare ; Fanfarnaüm et Le Fanfare Ballet, Association K et Cie Watt pour les nouvelles fanfares à mon avis les plus originales.

Les rues du monde regroupent les fanfares qui évoluent dans une autre géographie en se frottant à d’autres traditions, contextes et dimensions. On citera notamment Le Jaïpur Kawa Brass band du Rajasthan, le Bollywood Brass Band de Grande-Bretagne / Pakistan et Hot 8 Brass band de la Nouvelle Orléans, USA.

Les performances, machineries et installations sonores sont l’illustration de la recherche qu’a conduite Musiques de rues sur les formes contemporaines et inventives des machineries musicales. Ces installations sonores mêlent arts plastiques, scénographie, musique et nouvelle lutherie. De l’état des lieux des « bricophonistes », on retiendra l’exposition de Frederic Le Junter et la Symphonie mécanique de François Delarozière.

Pour les petites formes instrumentales, Michel Doneda propose un parcours insolite à plusieurs petits groupes de spectateurs, sous terre, aux pieds des remparts de la Citadelle, une traversée mystérieuse et aquatique.

Dans un autre genre, Riton la manivelle incarne le chanteur de rue accompagné de son orgue pneumatique, replongeant le spectateur dans la tradition de la chanson populaire de rue. Bouts de phrases, tranches de vies : la chanson populaire tente de renvoyer le spectateur à ses souvenirs.

L’équipe de Musiques de rues a également mené des actions culturelles dans l’année qui a précédé le festival. Plutôt que de s’attacher aux genres et aux esthétiques, l’équipe de ce nouveau festival souhaite surtout s’attacher à la manière de transmettre.

Ce Festival est co-organisé par la ville de Besançon, le Grand Besançon, Le Casino Barrière avec le soutien de la Région Franche-Comté, le Conseil général du Doubs, le groupe Kéolis, le réseau Ginko du Grand Besançon, la Caisse des dépôts et la DRAC de Franche-Comté. Le budget de cette première édition s’élève à 900 000 euros.

Le Festival Musiques de rues, c’est le premier festival de musiques de rues en France ; 48 compagnies invitées, soit 612 musiciens dans 31 lieux sur la ville de Besançon ; 103 spectacles organisés ; 3144 heures de bénévolat...

Analyse personnelle

J’ai vécu ce festival selon deux angles d’approche : d’une part, en tant que bénévole, et pour le reste du temps en tant que spectatrice.

Ma mission de bénévole consistait dans l’accueil et la médiation auprès du public pour des renseignements pratiques sur le déroulement et la programmation du festival. Cette expérience m’a permis de me rendre compte du public présent sur Musiques de rues. Celui-ci s’est révélé très diversifié : tous les âges, aussi bien des hommes que des femmes
et de tous les milieux sociaux. J’ai également remarqué une présence importante du public de famille. En fait, il m’a semblé que les publics de Musiques de rues n’étaient pas très différents de ceux que l’on peut croiser dans les festivals d’art de rue. Pour les quelques spectacles en jauge limitée (gratuits mais pour lesquels il fallait réserver), j’ai noté que le public était plus représentatif d’un public habitué à fréquenter les salles de spectacles ou encore les festivals. En effet, le nombre de places étant limité pour ces spectacles, cela nécessitait de réserver environ trois semaines avant le commencement du festival. Les spectateurs qui ont assisté à ces représentations sont par conséquent des personnes qui ont consulté le programme dès qu’il a été diffusé et qui se sont intéressées rapidement à la programmation du festival, qui ont opéré des choix parmi les différentes propositions : ce sont donc, que les personnes qui sont venues le dernier jour du festival pour la grande parade.

Ma participation en tant que bénévole m’a également permis d’être en relation avec des artistes, et notamment avec la Compagnie Musicabrass.

D’un point de vue général et par rapport à cette mission, j’ai trouvé l’organisation plutôt bonne sauf quand les bénévoles se désengagent au dernier moment !

Ayant participé à ce festival surtout en tant que bénévole « Accueil public », je n’ai pas pu voir autant de « spectacles-concerts-déambulations-installations » que je le souhaitais. Néanmoins, je pense avoir pu assister à un panel varié de propositions musicales et artistiques. J’ai apprécié la qualité de cette programmation dans le cadre de cette première édition de Musiques de rues. La qualité de cette programmation tient aussi au fait de sa diversité comme je l’ai détaillé précédemment. La rencontre entre musique classique, musique contemporaine et les sons des machines de François Delarozière et plus généralement la réappropriation des musiques actuelles dans la forme populaire de la « fanfare » m’ont fait prendre conscience de dimensions, de cheminements différents que la musique peut prendre et auxquels notre oreille n’est pas forcément habituée pour des mélanges sonores singuliers.

J’ai aimé également ce festival car certaines des compagnies (et deux en particulier) se sont vraiment adaptées aux endroits, places, ruelles, trottoirs, escaliers, arrière-cours. A la musique s’est greffé un jeu chorégraphique, théâtral avec le territoire, l’espace de la ville, de la rue. Ce jeu avec l’espace urbain a intégré les spectateurs en tant qu’éléments de ce
jeu urbain ; c’est en cela qu’intervient à mon avis la dimension participative de cet événement. Une relation de proximité a pu se tisser entre les artistes et le public les jours où ce dernier était le moins affluent. Ce processus participatif a été aussi à l’œuvre dans la constitution de la Fanfare de la touffe ; fanfare à laquelle tout le monde peut participer : « de la vraie non-musique faite par de véritables non-musiciens » ! Pascal Esseau et F-X Ruan ont insisté, dans plusieurs de leurs interviews, sur cette dimension de participation de la population au festival : ils souhaitent aller encore plus loin dès l’année prochaine pour impliquer les habitants à cet événement. Le festival n’en est encore qu’à ses débuts, mais en tant que bénévole, j’ai pu ressentir aussi l’atmosphère différente qu’a pu prendre la ville pendant ces trois jours : comme un temps d’arrêt où l’on vit la ville différemment.

Les limites : un festival à ses débuts

Accompagner la population dans son appropriation du festival
Clarifier le positionnement de la municipalité

J’ai trouvé que la population bisontine a été trop peu participative et réactive par rapport à ce nouveau festival. Nous en sommes certes qu’à la première édition mais les échos de plaintes de certains riverains du centre ville concernant des troubles sonores m’ont profondément énervée ! Que souhaite les bisontins ? Que leur centre ville meurt (comme c’est déjà le cas selon les commerçants du centre) ? Que le centre ville soit un espace réservé ? Autant dire que pour certains ce festival de musiques de rues est malvenu : même si les concerts en plein air se terminaient à des heures plus que raisonnables. En fait, il me semble que les habitants veulent bien d’une animation mais qui ne les dérange pas dans leurs habitudes. Et bien c’est justement le contraire qui semble intéressant : la perturbation ! Et en plus quand elle est de qualité, il n’y a vraiment pas de quoi se plaindre ! Heureusement, tous les spectateurs que j’ai rencontrés ne sont pas tous de cet avis. Ils ont aussi été nombreux à nous faire part de leur satisfaction dans les points accueil.

Néanmoins cette réception plutôt mitigée du festival pose la question de l’implication de la population en amont. Je pense qu’il serait bon (mais Pascal Esseau et F-X Ruan en sont conscients, et c’est au programme de la prochaine édition) de réaliser plus d’actions de sensibilisation, de médiation en amont du festival avec le tissu associatif de Besançon, les Maisons de quartiers, les écoles, collèges, lycées, universités. Je pense qu’il serait bon aussi d’élargir le territoire de jeu du festival à des quartiers moins « brillants » que le centre ville, pour mobiliser la totalité de la population et donner à ces quartiers plus sensibles une image différente et l’opportunité aux populations de ces quartiers de faire aussi « partie du jeu urbain » le temps du festival. J’ai regretté par contre que l’ambiance soit parfois d’un calme incroyable : à croire qu’il n’y avait pas de festival de musiques de rues dans cette ville ?! En effet, une fois que l’on quittait une déambulation, il y avait un vide. Deux rues plus loin, on n’était déjà très loin, plus rien, plus de sons, plus de musiques, sensation étrange du vide. Cette sensation m’a un peu dérangée : c’est comme si une fois les artistes et l’espace de jeu quittés, il n’y avait plus rien. Cela est à mon avis dû au côté « programmé » des spectacles-concerts à des horaires et lieux précis. Ce processus rompt avec la spontanéité du jeu des artistes et on aimerait que ce soit partout : se faire davantage surprendre au détour d’une rue qui ne serait plus exactement le centre. Le fait que tout soit programmé, et joué dans les rues principales du centre ville, casse l’effet de surprise que permettent des actions moins prévues voire improvisées.

Je voudrais revenir sur le positionnement de la municipalité dans l’organisation de ce festival. Apparemment, la mairie de Besançon, pour satisfaire l’ensemble de la population, ne souhaitait pas que des scènes ouvertes aient lieu tard le soir (après minuit). En effet, le maire craignait probablement les plaintes des riverains du centre ville et de ceux des Prés-de-Vaux là où avaient lieux les Nuits mécaniques (concerts après minuit) et là où le projet d’une SMAC est en cours pour 2007 (projet occasionnant apparemment déjà des plaintes). Ces concerts avaient donc lieux sous un barnum. Or le samedi soir, suite à deux très bons concerts place de la Révolution, l’ensemble du public s’est rué aux Prés-de-Vaux pour poursuivre la fête aux Nuits mécaniques. Et évidemment, pour des raisons de sécurité (jauge du barnum), des spectateurs ont été refoulés ; le concert en cours annulé ; le public agacé ; le maire, les organisateurs et la police sur le pied de guerre. Bref le flop ! Ainsi je m’interroge sur le positionnement de la municipalité dans ce projet : s’agit-il de faire un festival de musiques sans faire de bruit ? Ce qui reviendrait à donner raison aux riverains mécontents : le monde à l’envers ! Par conséquent, je m’interroge et je souhaiterais pouvoir avoir des informations de la part de la municipalité sur ces différents points : jusqu’à quel point la municipalité s’engage dans le soutien organisationnel et décisionnel de cette manifestation ? Les enjeux ne sont-ils que politiques et électoraux ?
 
Musicabrass, musiques et art de la rue

Musicabrass, fanfare délirante. A la fois musicale et théâtrale, cette fanfare incarne profondément le projet du festival : jouer avec l’espace urbain, réfléchir aux liens entre territoire et populations et jouer avec ces deux dimensions.
 
La fanfare bloque un bus en centre ville ; elle fait descendre tous les usagers du bus en les faisant tenir un fil de laine de couleur rouge. Tout le monde descend ! Et tout le monde tient le fil de laine. Cette fois-ci, « l’homme-action » dessine à la craie sur le sol un passage piéton. Et hop tout le monde circule ! Et tout le monde passe de manière bien disciplinée sur le passage piéton fraîchement dessinée et en tenant bien sûr le fil (de laine) rouge et en bloquant le bus qui patiente depuis un quart d’heure. Les voilà tous partis, artistes et spectateurs-usagers du bus, aux Galeries Lafayette. (Je les quitte, je dois retourner à mon point accueil). A l’intérieur des Galeries, ils rencontreront une autre fanfare et joueront avec l’espace et les objets du magasin.

Une autre fois, dans une arrière-cour, ils sont là dans les escaliers ; ils passent par dessus un mur l’ensemble des instruments. Certains des artistes passent quand même par la porte mais plupart escaladent le mur en retombant sur une poubelle, le décor est planté : piétinage d’espaces verts et la fanfare se lance. Et cette expérimentation in situ est complètement improvisée ! Ensuite, grand jeu avec le public et de la «rubalise», des liens se tissent plastiquement entre les spectateurs avec ce formidable ruban en plastique. Le public est de toute façon participatif : pas d’autre solution. C’est au tour des enfants de faire les chefs d’orchestre pour un moment. L’homme-action a beau leur souffler les gestes qu’ils doivent faire, c’est cacophonique : et si c’était aussi ça, la musique de rue ?

Marion Blet,
étudiante au sein du Master
Octobre 2006.

Musiques de rue

Partager cet article

Repost 0
Published by Marion Blet - dans Actualité du Master
8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 22:53
DES MONTS DE LA LUNE. COLLECTIF MU
NUIT BLANCHE 2006 – GOUTTE D’OR

LE PROJET DES MONTS DE LA LUNE

L’association M.U mène depuis 2004 des ateliers de création sonore dans le quartier de la Goutte d’or à Paris. Des explorations sonores réalisées dans le cadre d’ateliers impliquant artistes et habitent visent à collecter, enregistrer, et archiver, des fragments sonores de ce territoire. Bruits de la rue, ambiances urbaines, récits d’habitants constituent la trame de compositions sonores aux influences multiples. Ces fictions sonores, documentaires expérimentaux qui utilisent le medium sonore, visent à rendre perceptible un caractère inobservable des vécus urbains.

Des Monts de la Lune  est une performance collective live, à partir d’une palette de sons collectés dans plusieurs métropoles contemporaines. Le dispositif est mobile, voyageant d’une ville à l’autre (Paris, Zurich, Montréal), chacun des sites étant l’occasion de plusieurs jours d’explorations sonores suivies d’une performance live chaque fois inédite.

Dans le cadre de la Nuit Blanche 2006, Des Monts de la lune s’est installé dans une friche de la Goutte d’or. Ce terrain vague, à la fois lieu et non-lieu de la métropolisation, témoin des réhabilitations urbaines qui ont touché ce quartier depuis plusieurs années, devient le décor d’une composition continue toute au long de la nuit.

UN DISPOSITIF SCÉNOGRAPHIQUE
RELIANT LES ECHELLES TEMPORELLES ET TERRITORIALES

Attiré au loin par les résonances de cette composition radiophonique, le spectateur pénètre dans cet espace plongé dans une semi-obscurité.

Sur l’un des murs de la friche est projetée une carte du monde aux formes lunaires. On y repère des points qui pourraient être des villes. Cités rêvées, perdues ou utopiques, ces points deviennent des entrées potentielles dans un autre territoire, imaginaire et  musical. Les villes de la carte d’Al Idrissi font écho à des lieux du quartier dont s’inspirent les compositions sonores.

Le dispositif scénographique engendre des réminiscences des traumatismes (urbains et sociaux) subis par ce quartier. Tout le long de ce terrain d’une centaine de mètres carrés, une ligne de néons souligne les cicatrices dont sont porteurs les murs de cette architecture urbaine en continuelle déconstruction/reconstruction.

Au fond de la friche, assis en ligne derrière leur table de montage, les artistes recomposent en direct les fragments sonores en interagissant simultanément.

A gauche est disposé un container — symbole d’une mondialisation marquée par la mobilité —, sur lequel chacun peut brancher un casque pour écouter les capsules sonores brutes, extraits d’entretiens réalisés avec des habitants de plusieurs villes.

Autre élément de cette scénographie : des architectures éphémères constituées de bâches de camions recyclées qui jonchent ci et là la friche : ils évoquent une pratique de recyclage des matières qui caractérise non seulement la postmodernité, mais aussi la création radiophonique elle-même qui procède par réinterprétation de fragments.

LIEUX ET NON-LIEUX DE LA METROPOLISATION CONTEMPORAINE :
UNE APPROCHE SENSIBLE ET DELOCALISEE DES TERRITOIRES URBAINS

On est immergé dans le dispositif sans réelle introduction : la composition se déroulant tout au long de la nuit sans aucune interruption, le public est introduit dans une performance en cours.

Projeté dans cette friche de la Goutte d’Or qui demeure à la fois lieux et non-lieux de ce quartier, ce dispositif joue sur le va et vient entre le territoire réel du quartier et des territoires projetés, fantasmés. Il institue un dialogue entre la géographie réelle du quartier et l’évocation des cités invisibles de cette mappemonde, territoires télescopés qui décalent, délocalisent, transportent les fragments sonores. Ce dialogue entre deux modes de territorialisation de l’œuvre introduit une certaine forme de discontinuité qui paradoxalement tend à réintégrer dans une même unité les fragments épars de cette métropolisation contemporaine qui se lit à l’échelle internationale. La composition sonore, entre dissonances et résonances, constituant alors un élément de continuité entre ces temporalités et les spatialités fragmentées.

Par le son, le passager (puisqu’il ne s’agit finalement que d’un espace-temps de passage au sein de cette blanche nuit) n’est plus posé face à une œuvre, mais enveloppé dans une réalité sensible qui l’immerge totalement. Compositions qui emplissent les oreilles (et par moment le corps) en suscitant tour à tour rêverie, visions troublantes, fascination.

Ce vaste espace laissé ouvert aux différentes modes de réappropriation suscite le passage, la circulation et les traversées, proposant au public d’être tour à tour regardeur, écouteur, rêveur, utilisateur de ce décor éphémère avec ces différents sous-espaces. Ce paysage lunaire, halluciné, baigné de sonorités tantôt suggestives et poétiques, tantôt brisées et saturées produit un étrange sentiment à la fois de projection dans une autre réalité.

Kafui Kpodehoun,
étudiante au sein du Master


Plateforme artistique du collectif MU

Partager cet article

Repost 0
Published by Kafui Kpodehoun - dans Actualité du Master
9 septembre 2006 6 09 /09 /septembre /2006 16:10
Entre décembre 2005 et avril 2006, sept étudiants de la première promotion du Master, Emilie Dubuc, Camille Geoffroy, Soizic Gobron, Xavier Montagnon, Jeanne Pariente, Guillemette Pichon et Rachel Pinget, ont activement participé à la recherche-action engagée par la scène conventionnée de Vitry-le-François, l'Espace Simone Signoret, sous la direction de Pascal Le Brun-Cordier, directeur du Master, et Didier Le Corre, directeur de la scène conventionnée, avec une trentaine de personnes de l'équipe du théâtre, de la SMAC de Vitry-le-François, et de la compagnie conventionnée Alliage Théâtre notamment.

Pour en savoir plus, consultez le blog de la recherche-action, les articles publiés par la Lettre du Spectacle et La Scène, et le numéro 23 des Cahiers de l'ORCCA (page 13 à 23). Voir aussi le site de l'Espace Simone Signoret.


Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Actualité du Master
16 juillet 2006 7 16 /07 /juillet /2006 14:39
Initiée par Michel Crespin et dirigée par Dominique Trichet, la FAI AR - Formation Avancée et Itinérante des Arts de la Rue est basée à Marseille, à la Cité des Arts de la Rue. Avec le Master Projets Culturels dans l'Espace Public, cette formation est la seule en France à proposer un cursus orienté vers l'art en espace public — la FAI AR étant orientée vers la création artistique, le Master vers la conception / mise en œuvre, la production, l'administration, le développement. Des liens ont été tissés entre les deux formations : une rencontre pédagogique entre les étudiants du Master et les apprentis de la FAI AR a été organisée en avril 2008. D'autres sont prévues. Par ailleurs, des étudiants du Master ont travaillé avec Julien Travaillé, compagnie Sérial Théâtre, ancien apprenti de la FAI AR, sur son projet F.A.C.E.S. Pour en savoir plus la FAI AR.

Dans le domaine des arts de l'espace public, des formations courtes sont également proposées par divers organismes. Voir notamment les sites suivants :
- HorsLesMurs, centre de ressources pour les arts de la rue et les arts du cirque
- Le Fourneau, centre national des arts de la rue en Bretagne
- L’Atelier 231, centre national des arts de la rue, à Sotteville-les-Rouen
- Le CNFPT, centre national de la fonction publique territoriale

En Europe, diverses formations sont proposées —
le Master Projets Culturels dans l'Espace Public de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne étant la seule formation universitaire spécialisée dans ce champ. Un séminaire a été organisé à Barcelone en février 2007 avec les responsables de ces différents cursus.


Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Actualité du Master
15 juillet 2006 6 15 /07 /juillet /2006 13:50
La compagnie KMK présente le troisième « chantier-épisode » de son « Roman Fleuve » jusqu'au 4 juin 2006 sur le bassin de la Villette à Paris, dans le cadre de la programmation de la coopération 2R2C. Après Champigny-sur-Marne et Saint-Martory, Anne Vergneault et Véronique Pény, les deux directrices artistique de KMK, plasticiennes et performeuses, ont imaginé pour cette nouvelle installation évolutive une "projection architecturale décalée d’un appartement citadin, sur l’eau" où l’appartement devient "la métaphore de l’expansion de la ville, qui s’immisce dans tous les espaces libres". Un art du recyclage, du détournement, du décalage, pour transformer subtilement la perception que les riverains et les passants peuvent avoir de ces rives urbaines. Parallèlement, ateliers d’écriture, programmation aux cinémas MK2 sur le thème “Vivre de bric et de broc”, avec notamment “Les glaneurs et la glaneuse” d’Agnès Varda. Roman Fleuve, acte artistique in situ, charrie ainsi mille questions sur ce bout de ville qui a les pieds dans l’eau, ce bout d’eau qui traverse la ville. Une forme d’intervention articulant de manière convaincante art, culture, population et territoire. Episodes à voir et à lire.

Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Actualité du Master
28 avril 2006 5 28 /04 /avril /2006 18:16

 



LES NOUVEAUX TERRITOIRES DE L'ART
Politique publique en friche ?

 

 


Rencontre-débat
mardi 21 mars 2006 - 19h à 21h

 

Dossier Documentaire à télécharger 

A La Générale
10-14 rue du Général Lasalle
Paris 19ème. Métro Belleville ou Pyrénées.

Entrée sur réservation uniquement :
politikenfriche@yahoo.fr

 

 

 

 


 

« Les politiques se demandent de plus en plus où ils vont, parce qu’ils ne savent pas où ils sont. »
Marc AUGE, « Non-lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité »
Éditions du Seuil, 1992, p. 144.

 

 


En 2001, les friches, laboratoires, fabriques, squat, projets pluridisciplinaires, ont fait l’objet d’attentions multiples à l’occasion de la présentation du rapport commandé par Michel Duffour, alors secrétaire d’Etat au patrimoine et à la décentralisation culturelle, à Fabrice Lextrait. Aujourd’hui, où en est-on ?

Avec les Nouveaux Territoires de l’Art, de qui, de quoi parle t-on ? « Intermédiaires, alternatifs, nouveaux », ces espaces-projets semblent porter de nombreux espoirs. Pourtant, les débats sur le sens de l’engagement culturel défendu par les Nouveaux Territoires de l’Art se multiplient. Depuis 2001, la diversité de ces expériences singulières est-elle mieux comprise, mieux accompagnée par l’Etat et les collectivités territoriales ?

Le soutien de l’institution détermine de plus en plus le développement et la pérennité des projets. Parfois au centre des politiques culturelles des collectivités, les friches sont investies de nouvelles missions, au-delà même de l’art.  Mais une forte structuration ne risque-t-elle pas d’avoir raison des énergies déployées ? Quels sont les enjeux politiques, artistiques et culturels liés à ces lieux, ces formes, ces engagements ?

Récits d’expériences et analyses nous permettront de mieux comprendre l’importance de préserver de tels « espaces autres ».


Nos invités :

Cyril, membre du collectif de feu les 400 couverts. De novembre 2001 à août 2005, la traverse des 400 couverts, au coeur de Grenoble, a vu se développer une expérimentation collective aux formes et activités multiples qui de manière concrète et sensible mettait en question la notion d'espace qu'il soit public (à l'échelle de la ville comme du quartier ou d'une salle de spectacle) ou intime... Mais à force de questions, cette occupation semblait remettre en cause les choix de la mairie qui, après 4 ans de combat, aidée en cela par 200 CRS et un juge, finit par l'expulser... http://grenoble.squat.net

Pierre Gonzales (association ABI/ABO). Le Collectif Friche Artistique Autogéré RVI (CFA-RVI) est installé sur un ancien site de Renault Véhicules Industriels à Lyon. Il regroupe des artistes pluridisciplinaires et activités autres sur 34 000 m² qui s’organisent à 2 niveaux : un niveau de collectifs (5) qui se partagent ces 34 000 m2 ; un niveau global, le CFA-RVI, qui gère les lieux de manière collégiale, plus les groupes de travail annexes et les associations actives. Pierre Gonzales. Poète multi-supports, il est un des fondateurs du lieu et participe, avec les autres "frichards", à son développemen et à l’élaboration de ses usages. http://nomad.rvi.free.fr http://reso.friche.free.fr

Frédéric Hocquard. Chargé de la direction générale de l'association, du personnel et du projet culturel de Confluences à Paris dans le 20ème depuis 2000, président du réseau Actes-if (réseau solidaire de lieux culturels franciliens) qui regroupe 18 lieux artistiques de l'île de France depuis 2005. Ce réseau a pour mission de favoriser les échanges entre les structures partenaires, de permettre la mutualisation des expériences, mais aussi d’améliorer la visibilité des lieux et de leurs projets.

Eric Mariette. Metteur en scène de la Compagnie du Scaphandrier, directeur du Bathyscaphe à Pommerit le Vicomte (22) depuis 2000, et co-directeur du Hublot à Colombes qu’il a créé en 1991. Auteur et metteur en scène, il dirige régulièrement des ateliers d’expression théâtrale s’adressant à des publics tant professionnels qu’amateurs ou scolaires. Organise les rencontres « nouveaux lieux de culture en Bretagne » en juin 2005, en partenariat avec Artfactories.

Fabrice Raffin. Sociologue, directeur de recherches à S.E.A. Europe, spécialiste de l’analyse des pratiques artistiques et culturelles et de  la ville. Il mène depuis une quinzaine d’années des travaux sur la reconversion des friches industrielles et marchandes en espaces culturels. Il est co-auteur de l’ouvrage "Les fabriques lieux imprévus" (Editions de l’Imprimeur, 2000). Il est également l'auteu de l'ouvrage "Les Ritournelles de la culture - À travers 25 ans de culture en friches industrielles", à paraître aux éditions L'Harmattan au printemps 2006.

Claude Renard. Chargée de mission, depuis 2002, sur les “Nouveaux Territoires de l’Art”, à l’Institut des Villes. Cette mission interministérielle a été créée pour répondre aux préconisations du rapport "Une nouvelle étape de l'action culturelle" confié à Fabrice Lextrait en octobre 2000, par Michel Dufour, ancien secrétaire d'Etat  au patrimoine et à la décentralisation culturelle.

Une rencontre-débat préparée par : Violaine Dupic, Aurélie Marcillac,  Mathilde Ochs, Guillemette Pichon et Rachel Pinget, étudiantes au sein du Master Projets Culturels dans l'Espace Public, Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Sous l’impulsion de Pascal Le Brun-Cordier, professeur associé, responsable du Master.

Dans le cadre des « Mardis de la Culture », cycle de rencontres organisé par le Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public et le Master 2 Sciences et Techniques de l’Exposition de l’Université Paris  I Panthéon-Sorbonne. Et dans le cadre du cycle IN SITU,  programme de  rencontres-débats sur les relations entre arts, cultures, populations et territoires, proposé par le Master 2  Projets Culturels dans  l'Espace Public.

Sur le journal de bord du master : un dossier documentaire sur le sujet de la rencontre-débat, ainsi qu’une présentation de la formation.

L'ouvrage "Nouveaux Territoires de l'Art", de Fabrice Lextrait et Frédéric Kahn (Editions Sujet/Objet, 2006), sera proposé à la vente à l'issue de la rencontre-débat.

 




Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Actualité du Master
27 avril 2006 4 27 /04 /avril /2006 18:20


L'ART A L'ECOLE :
CAUSE LOCALE OU NATIONALE ?


Rencontre-débat, mercredi 3 mai 2006, de 19h à 21h à La Sorbonne - Amphi Lefebvre. Entrée : Place de la Sorbonne - 1 rue Victor Cousin - Paris 5e Métro Saint-Michel, Cluny La Sorbonne – RER : Luxembourg - Inscription obligatoire : artalecole@hotmail.fr

Un an après l'annonce d'un plan de relance de l'éducation artistique et culturelle, par les ministres de la Culture et de l'Education Nationale, et quelques mois après l'installation d'un Haut Conseil de l'éducation artistique et culturelle, où en est aujourd'hui l'art à l'école ? Comment les enseignants et les artistes parviennent-ils à développer leurs projets ? Qui les finance ? Face à la modestie de la politique de l'Etat, il semblerait que les collectivités territoriales soient amenées à jouer un rôle de plus en plus important. L'art à l'école deviendrait-il une cause locale, à la merci des inégalités territoriales ?

Nos invités :

LAURENT BAZIN, chef du bureau des actions éducatives, culturelles et sportives à la Direction de l'enseignement scolaire, Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche.

JEAN-GABRIEL CARASSO. Il a été comédien, metteur en scène, auteur et réalisateur de télévision, directeur de l'association nationale théâtre et éducation (ANRAT). Il dirige L'OiZeau rare, association d'études et de recherches culturelles, et a publié en 2005 Nos enfants ont-ils droit à l’art et à la culture ? aux Editions de l'Attribut.

MURIEL MARLAND-MILITELLO. Députée des Alpes-Maritimes, membre de la commission des affaires culturelles de l'Assemblée Nationale, auteur du rapport d'information sur La politique des pouvoirs publics dans le domaine de l'éducation et de la formation artistiques (juin 2005).

Rencontre-débat préparée par Lucie Dufossé, Soizic Gobron, Adrien Pasternak, étudiants au sein du Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public, et Siham Dris, étudiante au sein du Master 2 Sciences et Techniques de l’Exposition, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Dans le cadre des « Mardis de la Culture  », cycle de rencontres organisé par le Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public et le Master 2 Sciences et Techniques de l’Exposition de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, et dans le cadre du cycle de rencontres-débats sur les relations entre arts, cultures, populations et territoires, proposé par le Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public. Sous l’impulsion de Pascal Le Brun-Cordier, professeur associé, resp. du Master.

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Inscription obligatoire : artalecole@hotmail.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Actualité du Master
26 avril 2006 3 26 /04 /avril /2006 09:12

LA LOLF :
QUEL IMPACT POUR LE CHAMP CULTUREL ?



Rencontre-débat, vendredi 28 avril 2006 – 19h/21h – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Centre St Charles – Amphithéâtre – 47 rue des Bergers - Paris 15e. Métro Lourmel (ligne 8).
Entrée libre ; inscription obligatoire : lolfstory@yahoo.fr

Avec la LOLF, Loi Organique relative aux Lois de Finances, votée en 2001 et entrée en application en 2006, l’Etat invente une sorte de « budget réalité » : 34 « missions », 133 « programmes » et des centaines d’« actions »… Quel sera l’impact de cette LOLF STORY pour les acteurs culturels ? Quels sont les programmes et les actions de la « mission culture » ? Quels indicateurs ont été retenus ? Les DRAC sont-elles seules concernées ? La LOLF introduit-elle une logique néolibérale dans les rouages de l’administration ou permet-elle une meilleure rationalité de l’action publique ? En présence de deux responsables du ministère de la culture et d'un élu local, cette rencontre proposera un décryptage de la LOLF suivi d’un débat sur son application dans le monde de la culture.

Avec :

Jean-François Burgos. Elu socialiste de la municipalité de Gennevilliers depuis 1995, Jean-François Burgos, chargé lors de son premier mandat de la délégation informatique, s’occupe aujourd’hui des affaires culturelles. Il est également administrateur de la Maison de la Solidarité de Gennevilliers, maison d’accueil de jour. Il a travaillé comme prestataire de services informatiques dans le secteur bancaire et en particulier dans celui de la haute finance. Vice-président de la FNCC,  Fédération Nationale des Collectivités Territoriales pour la Culture, dont il préside la commission « Formation ».

Pierre Deprost. Chargé de mission LOLF au ministère de la culture et de la communication, au sein de la direction de l’administration générale.

Pierre Oudart. Après avoir travaillé dans le réseau linguistique et culturel étranger, Pierre Oudart a été conseiller multimédia au ministère de la culture auprès de Catherine Tasca, avant de rejoindre la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile-de-France en tant que chef du service développement et action territoriale.

Rencontre-débat préparée par Guillaume Deschamps et Emilie Dubuc, étudiants au sein du Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public de l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Dans le cadre du cycle de rencontres-débats sur les relations entre arts, cultures, populations et territoires, proposé par le Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public. Sous l’impulsion de Pascal Le Brun-Cordier, professeur associé, resp. du Master.

Entrée libre ; inscription obligatoire : lolfstory@yahoo.fr

Dossier documentaire à télécharger.

Premiers repères sur la LOLF

Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Actualité du Master
5 avril 2006 3 05 /04 /avril /2006 21:18

Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Actualité du Master
27 mars 2006 1 27 /03 /mars /2006 15:26

Rencontre avec Emeric Lhuisset, artiste étudiant des beaux-arts de Paris

Photographies, poésies, installations, dessins... Emeric Lhuisset traque les zones de conflit. Comment les gens se remettent-ils des conflits, quelles traces en reste t’il ? 

 La photographie « go to see the swimming pool » a été prise à Kaboul en Afghanistan en 2004. Que voyez-vous ? Une piscine, les montagnes, une douce lumière et pourtant... Et pourtant que dire de ces traces de balles, pourquoi la piscine est-elle vide ?

 Les Afghans qu’il rencontre sur sa route lui disent : « go to see the swimming pool ! ». Il s’y rend et trouve ce lieu où les opposants au régime taliban ont été égorgés et ceux qui ont tenté de s’enfuir abattus (d’où les traces de balles). Le lieu détourné devient source d’inspiration et d’interrogation.

 

 

Lors de ses longs voyages qu’il effectue seul, Emeric récolte des témoignages, des impressions et des sensations (souvent fortes). La durée des périples lui permet de se débarrasser de ses préjugés et de mieux vivre et ressentir le lieu et ses habitants. La solitude choisie le rend disponible et l’aide à mieux s’ouvrir aux autres, à ces lieux mal connus empreints d’appréhensions. Il se fond dans le paysage et devient un habitant parmi les autres, vêtu des habits traditionnels. Il n’hésite pas à aller là où il n’est pas le bienvenu, notamment dans les zones tribales où les occidentaux n’ont pas le droit de pénétrer. Emeric se livre corps et âme dans son projet et choisit de se mettre lui-même en danger pour parler du danger.

Ne vous laissez pas endormir par des images et des faits banalisés, restez attentif au monde et aux hommes. Emeric est un artiste engagé, un réveilleur de nos consciences endormies par des images barbares de tragédies humaines, devenues banales dans la presse. Il s’appuie sur des photographies, des dessins et des textes épurés où la violence et l’horreur sont sous-jacentes. Il ne triche pas et livre son travail avec la pudeur et la discrétion qui sont les siennes.

« Au loin les montagnes de l’Hindu Kush,
dans les rues des Humers surmontés de mitrailleuses croisent des "oiseaux bleus".
Ces oiseaux bleus sans avenir.
Ce pays où l’idée retrouve le rêve, tout simplement par ce que la liberté de penser n’a de place que dans l’inconscient ou dans l’irréel.
Réalité, religion, rêve, aberration, anarchie, alarmante, Afghanistan.
Moralité, mortalité, matérialité, miracle, modèle, marche ou crève,
fidèle à ton destin,
fidèle à ton dieu…
Mais n’est-ce pas toi-même qui le crées ton destin ? »

 

 

extrait de son poème « Les oiseaux bleus »

Il prépare actuellement plusieurs expositions, travaille sur une série de dessins de silhouettes de guerriers, et s’apprête à un voyage en Amazonie à bord d’un « bateau-atelier » laboratoire d’expérimentation artistique. Il souhaite y observer la confrontation entre les différentes cultures. Pour ses prochains longs voyages, il pense notamment à la Colombie, à la Tchéchénie et à l’Afghanistan pour réfléchir cette fois-ci sur les mercenaires. Artiste du mouvement et en mouvement, Emeric Lhuisset nous invite au voyage. Son travail est subtil et poétique. Il est un témoin silencieux de ces lieux où beaucoup n’osent plus aller. Il pose sans que l’on s’en aperçoive au premier regard, les jalons d’une réflexion, d’un questionnement pour celui qui croise son travail.

Un artiste discret et talentueux à suivre de très près...

www.emericlhuisset.com

NB : Emeric Lhuisset participe au Projet ArtskoolGozSouth qui est encadré par des élèves du Master 2 Projets Culturels dans l’Espace Public.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jeanne pariente - dans Actualité du Master
16 mars 2006 4 16 /03 /mars /2006 19:18

LA LOLF :
QUEL IMPACT POUR LE CHAMP CULTUREL ?


Rencontre-débat, vendredi 24 mars 2006 [ compte tenu du mouvement anti-CPE, la rencontre est reportée au vendredi 28 avril, même heure même lieu ] – 19h/21h – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Centre St Charles – Amphithéâtre – 47 rue des Bergers - Paris 15e. Métro Lourmel (ligne 8).
Entrée libre ; inscription obligatoire : lolfstory@yahoo.fr

Avec la LOLF, Loi Organique relative aux Lois de Finances, votée en 2001 et entrée en application en 2006, l’Etat invente une sorte de « budget réalité » : 34 « missions », 133 « programmes » et des centaines d’« actions »… Quel sera l’impact de cette LOLF STORY pour les acteurs culturels ? Quels sont les programmes et les actions de la « mission culture » ? Quels indicateurs ont été retenus ? Les DRAC sont-elles seules concernées ? La LOLF introduit-elle une logique néolibérale dans les rouages de l’administration ou permet-elle une meilleure rationalité de l’action publique ? En présence de deux responsables du ministère de la culture et d'un élu local, cette rencontre proposera un décryptage de la LOLF suivi d’un débat sur son application dans le monde de la culture.

Avec :

Jean-François Burgos. Elu socialiste de la municipalité de Gennevilliers depuis 1995, Jean-François Burgos, chargé lors de son premier mandat de la délégation informatique, s’occupe aujourd’hui des affaires culturelles. Il est également administrateur de la Maison de la Solidarité de Gennevilliers, maison d’accueil de jour. Il a travaillé comme prestataire de services informatiques dans le secteur bancaire et en particulier dans celui de la haute finance. Vice-président de la FNCC,  Fédération Nationale des Collectivités Territoriales pour la Culture, dont il préside la commission « Formation ».

Pierre Deprost. Chargé de mission LOLF au ministère de la culture et de la communication, au sein de la direction de l’administration générale.

Pierre Oudart. Après avoir travaillé dans le réseau linguistique et culturel étranger, Pierre Oudart a été conseiller multimédia au ministère de la culture auprès de Catherine Tasca, avant de rejoindre la Direction Régionale des Affaires Culturelles d’Ile-de-France en tant que chef du service développement et action territoriale.

Rencontre-débat préparée par Guillaume Deschamps et Emilie Dubuc, étudiants au sein du Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public de l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Dans le cadre du cycle de rencontres-débats sur les relations entre arts, cultures, populations et territoires, proposé par le Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public. Sous l’impulsion de Pascal Le Brun-Cordier, professeur associé, resp. du Master.

Entrée libre ; inscription obligatoire : lolfstory@yahoo.fr

Dans quelques jours, un dossier documentaire sera mis en ligne.

Premiers repères sur la LOLF

Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Actualité du Master
8 mars 2006 3 08 /03 /mars /2006 10:22

INFILTRATIONS ARTISTIQUES 
Détournements / Contournements
Quelles créations pour quelles réceptions ?

 

Dossier documentaire à télécharger



« L'art ne vient pas coucher dans les lits qu'on a faits pour lui ; il se sauve aussitôt qu'on prononce son nom : ce qu'il aime c'est l'incognito. Ses meilleurs moments sont quand il oublie comment il s'appelle. »
Jean Dubuffet

L’art dans l’espace public peut être immédiatement identifiable ou s’insérer dans la trame urbaine de manière ambivalente, sur le mode discret de l’infiltration, du parasitage, de la furtivité... Pourquoi certains artistes refusent-ils le cadre sémiotique de l’exposition ou déjouent-ils le dispositif spectatoriel classique ? Comment opèrent-ils ? Qu'en est-il de la réception de ces oeuvres ? A partir d’exemples précis, les participants de cette table ronde tenteront d’approcher ces démarches singulières et d’en analyser les enjeux esthétiques et culturels.

Avec :

L'ATLAS. C'est en taguant son nom dans les rues de Paris, Toulouse Marseille, Barcelone, Madrid, Lisbonne que L'Atlas début son chemin… Puis il part au Maroc et en Egypte étudier la calligraphie arabe classique et moderne. Il nourrit son travail de ces influences orientales qu’il adapte à ses techniques de création que sont principalement le scotch et la bombe aérosol. L'Atlas réalise aujourd’hui des boussoles géométriques et labyrinthiques, appliquées discrètement dans l’espace urbain, ainsi que des affiches en noir et blanc de 4x3m qu’il colle sur les panneaux publicitaires. Ses différents travaux oscillent entre écriture et représentation, entre l’Orient et l’Occident. En parallèle de son travail dans la rue, L’Atlas « peint des séries de toiles auxquelles il a promis de faire traverser le monde avant de les exposer » www.latlas.net

MAUD LE FLOCH (sous réserve). Urbaniste de formation, Maud Le Floch développe en actes une réflexion sur les arts de la rue et l'intervention dans l'espace public. Elle co-dirige la Compagnie Off/pOlau(Pôle des arts urbains) à Tours. Elle est également à l'initiative des “Missions Repérage(s), un élu - un  artiste" menées avec Lieux publics. Maud Le Floch développe une activité de conseil artistique (coopérative 2Rue2Cirque) et participe à la conception de projets urbains. Elle est membre du comité de suivi pédagogique de la Faiar (formation avancée et itinérante des Arts de la rue) et est administratrice de la Fédération des Arts de la rue.

STEPHANIE LEMOINE a suivi des études de lettres modernes puis a enseigné le français pendant cinq ans dans des établissements en banlieue parisienne. Elle a récemment abandonné cette activité pour se consacrer à l'écriture et au journalisme. Elle découvre l'art urbain en déambulant dans les rues de Toulouse et Paris, et se passionne pour  ce type d'infiltration artistique dans l'espace public. Elle a cherché à rendre compte de ces pratiques variées qui continuent à façonner l'image d'une ville. "In Situ, un panorama de l'art urbain de 1975 à nos jours", publié aux Editions Alternatives et coécrit avec Julien Terral, est son premier ouvrage. Une table-librairie proposée par les Editions Alternatives sera ouverte à l'issue de la rencontre.

MARK ETC. est directeur artistique du groupe Ici Même. "Le groupe Ici Même s’immisce dans la réalité quotidienne et contrefait la sémantique de l’espace urbain pour introduire le trouble, déréguler les automatismes, interroger les formes de domination symbolique sous-jacentes. Chronoloc, dernière création du collectif, propose un nouveau concept d’habitat : des maisons taillées sur une place de parking, louables à l’heure pour ne payer que le temps occupé. Installés rue Trudaine en novembre 2004, ces trafiquants de réel invitaient les passants à réfléchir sur la mobilité et la dépersonnalisation des modes de vie induite par l’idéologie de la flexibilité  généralisée." (Cahiers de l'ONDA n°36)

ANNE VERGNEAULT. Après une formation aux arts décoratifs, Anne Vergneault a co-fondé en 1989 la compagnie KMK avec Véronique Pény. Leur mot d’ordre pourrait être le "détournement" : d’un lieu, d’objets, de sons, d’images, d’une situation développant ainsi un univers décalé qui propose un autre regard sur une réalité quotidienne. Avec sa dernière création « Roman Fleuve »,  KMK poursuit son travail in situ et cherche à établir un dialogue étroit avec le paysage et le territoire.

Rencontre-débat, vendredi 17 mars 2006 de 18h30 à 20h30 à Glazart - 7/15 avenue de la Porte de la Villette Paris 19e - Métro : Porte de la Villette
Plan d'accès

Entrée libre dans la limite des places disponibles ; inscription obligatoire : infiltration@laposte.net

Rencontre-débat préparée par Elise Coury, Alice Delacour, Camille Geoffroy, Elise Laurent, Adrien Pasternak, Camille Poiraud, étudiants au sein du Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public, Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Dans le cadre du cycle IN SITU, programme de rencontres-débats sur les relations entre arts, cultures, populations et territoires, proposé par le Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public. Sous l’impulsion de Pascal Le Brun-Cordier, professeur associé, resp. du Master.

Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Actualité du Master

'

merci.jpg

Recherche