Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 00:00

Le Master 2 professionnel Projets Culturels dans l’Espace Public est la première formation universitaire en Europe dédiée à la conception, la production et le développement de projets artistiques en espace public. Créé en 2005 au sein de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR Arts plastiques et sciences de l’art, le Master forme chaque année 20 étudiants. 

 

Présentation en 11 questions-réponses par son fondateur et responsable, Pascal Le Brun-Cordier, professeur associé et directeur artistique

 

 

1. QUEL EST L’OBJET DU MASTER ? 

 

L’art urbain ou dans la nature, souvent in situ ou contextuels, dans le domaine des arts vivants, des arts visuels, de la performance, de l'urbanisme tactique ou de l’architecture éphémère. Ce sont parfois des projets participatifs, collaboratifs, avec des perspectives d’«empowerment», ou dans un esprit «artiviste». Ils sont fréquemment articulés à des politiques de développement territorial, social ou touristique, et, de plus en plus, liés à des programmes d’aménagement urbain. Un fil rouge les relie : tous situés hors de la boite noire des théâtres ou du white cube des centres d’art, ils sont en relation avec leur environnement, humain ou paysager, qu’ils viennent révéler, décaler, perturber, transformer, discrètement ou de manière spectaculaire, fugitivement ou durablement. 

 

bodies-in-urban-spaces1.jpg

Bodies in urban spaces, Cie Willi Dorner (Autriche), un projet suivi par les étudiants du Master lors d'un voyage d'étude à la ZAT - Zone Artistique Temporaire de Montpellier en novembre 2010 (cette photo a été prise en Autriche). Voir aussi ce film sur la performance de Willi Dorner à Montpellier. 

 

 

2. QU’EST-CE QUE L’ESPACE PUBLIC ? 

 

C’est un espace physique constitué de lieux de passages, de rassemblement et d’interactions sociales diverses, théoriquement ouverts à l’usage de tous, travaillés, selon les époques, les pays, les heures du jour et de la nuit, par une multitude de phénomènes : ségrégation sociale, de genre, privatisation, terrorisme, contrôle policier, protestation sociale, réappropriation citoyenne, activités sportives, ludiques, érotiques, festives... Mais l’espace public n’est pas seulement une notion d’urbaniste ou de géographe, c’est aussi un concept en philosophie et dans les sciences sociales qui désigne un espace métaphorique, synonyme de sphère publique ou du débat public, où circulent des idées, des discours, constitué aussi de silences et d’absences. Nous réfléchissons avec les étudiants à ces différentes manières de voir et de penser l’espace public, théoriquement et pratiquement, avec des artistes, des activistes, des urbanistes. 

 

Appréhendé comme espace physique, ouvert ou couvert, mais également comme espace socio-politique, symbolique, lieu de visibilités et de débats publics, l'espace public est pour nous un lieu ou un espace-temps dont les artistes peuvent activer ou réactiver la dimension publique, sensible, poétique ou politique, contrecarrant peu ou prou des logiques d’aseptisation, de privatisation ou de dégradation symbolique dont il est souvent affecté, et touchant une population différente de celle habituellement concernée par l’offre artistique et culturelle institutionnelle. 

 

 

3. PROJETS ARTISTIQUES OU PROJETS CULTURELS ? 

 

Les deux : artistiques parce que créés par ou avec des artistes, mais nécessairement culturels, par ce que vus, écoutés, vécus et partagés par des passants, des habitants, des usagers, des spectateurs. Ces projets sont à la fois porteurs de singularités, du fait de leur processus de création et de leur forme, et vecteurs de commun, parce que mis en partage dans l’espace public. 

 

Si tout au long du XXe siècle, des artistes ont voulu créer hors les murs, explorer d’autres territoires, inventer d’autres relations aux publics, le domaine des arts de l’espace public et pour sites spécifiques — où se croisent plasticiens, performeurs, musiciens, chorégraphes, circassiens, street artistes, scénographes urbains… — connaît en France et en Europe un développement significatif depuis une trentaine d’années. 

 

Cet essor, dont témoigne de nombreuses initiatives (cf. les projets présentés et étudiés dans le cadre des rencontres organisées chaque année par le Master), stimulé en France par la relance de la politique de commande publique par l'État dans les années 1980, puis par des collectivités territoriales (à l’occasion notamment de la construction des tramways de Strasbourg, Montpellier, Paris, Nice, et bientôt par le Grand Paris Express) ou par la Fondation de France (programme Nouveaux Commanditaires, en France, en Belgique, Italie, Grande-Bretagne, Suède, Finlande), par le développement de réseaux européens (In SituCircostrada, ZEPA...), par le lancement de grands programmes d'art en espace public comme Estuaire (2006) puis le Voyage à Nantes (2011), et par l'essor des démarches artivistes, rencontre l’intérêt croissant d’un large public, constitué tout autant de passants de hasard que de spectateurs avertis et d’amateurs impliqués. En 2015, la création de la MNACEP - Mission Nationale pour l’Art et la Culture dans l’Espace Public, qui a formulé une série de propositions pour le Ministère de la Culture, conforte la structuration du secteur et renforce sa visibilité institutionnelle.  

 

Au-delà des projets artistiques dans l’espace public et pour sites spécifiques, un intérêt particulier est porté par l’équipe du Master aux démarches associant à des projets urbains artistes et collectifs d’architectes, de paysagistes, de makers (comme Coloco, Bruit du Frigo, Bellastock, YA+K, Yes We Camp…), sur lesquels nous avons organisé plusieurs rencontres-débats ces dernières années (en particulier le projet « Réinventons nos places » de la Ville de Paris), aux logiques de développement culturel territorial (cf. notamment Culture Commune, scène nationale du bassin minier du Pas-de-Calais, Les Pronomade(s), scène conventionnée pour les arts publics en Haute-Garonne, Derrière le Hublot à Capdenac et tous les signataires du manifeste On est un certain nombre...), par les lieux de débat et de réflexion sur de nouvelles articulations possibles entre art et société : le PEROU - Pôle d’Exploration des Ressources Urbaines, Cassandre / HorschampArtfactories « Plate-forme internationale de ressources pour les lieux de culture et d’art, nés de projets artistiques citoyens et fondés sur un engagement avec des populations », le réseau TransEuropeHalles... 

 

 

4. QUEL EST L’OBJECTIF DU MASTER ? 

 

Former des professionnels de la conception, de la production et du développement de projets culturels, ouverts à la diversité de la création contemporaine, engagés dans une réflexion sur les relations entre arts, cultures, populations et territoires, en France et en Europe. 

 

Nous voulons aiguiser leurs compétences réflexives (qu’ils soient capables de développer une analyse critique des relations entre les formes artistiques et leurs contextes, urbanistiques, sociaux, culturels), créatives (qu’ils soient à même d’imaginer et d’accompagner des projets pertinents et originaux, au sein d’équipes pluridisciplinaires, en dehors des schémas de production et de diffusion traditionnels) et techniques (qu’ils aient la maîtrise opérationnelle des principaux outils de l’ingénierie de projets artistiques et culturels, notamment dans l’espace public). 

 

 

5. QUEL EST LE PROGRAMME PÉDAGOGIQUE DU MASTER ? 

 

Il alterne cours, séminaires, projets réalisés avec des partenaires, rencontres avec d’anciens étudiants, voyages d’études (entre mi-septembre et début avril) et stages (3 mois minimum, entre avril et novembre). Les étudiants acquièrent des connaissances et des savoir-faire et complètent progressivement leur boite à outils dans le domaine de l’ingénierie de projets en étant en situation de création et de production avec des professionnels, impliqués dans des projets réels. 

 

Intitulé des cours : Philosophie et sociologie de l'espace public - Histoire et actualité de la création artistique en espace public Projets culturels, territoires et populations - Gestion de projets culturels, Administration de projets culturels Stratégies et technique de communicatio Action culturelle et médiation Suivi pédagogique, Analyse de projets artistiques en espace public Action artistique et développement urbain - Séminaire "art espace public » - Gestion financière et sociale appliquée aux projets culturels - Recherche de financements - Atelier de production - Droit des contrats - Suivi pédagogique du stage et du mémoire. 

 

 

PheuillusLourde.jpg

 

Les Pheuillus, un projet de la compagnie Le Phun, ici en 2009-2010 dans le village de Lourde (Haute-Garonne) programmé par les Pronomade(s), Centre national des arts de la rue et de l'espace public, dont le co-directeur, Philippe Saunier-Borrell, est un des intervenants du Master. 

 

 

 

6. QUEL EST LE PROFIL DES ÉTUDIANTS ? 

 

Le Master sélectionne chaque année vingt étudiants issus de formations en sciences politiques, architecture, urbanisme, géographie, médiation culturelle, paysage, arts plastiques, arts du spectacle, design d’espace, sociologie, mais aussi d’écoles d’art, de France et d’ailleurs : Grèce, Pologne, Espagne, Tunisie, Maroc, États-Unis, Brésil, Colombie, Chine, Corée, Japon... Lors du recrutement, nous cherchons cette pluridisciplinarité, alliée à une certaine diversité culturelle : c’est nécessaire pour imaginer et mettre en œuvre des projets toujours singuliers, avec des acteurs très différents, dans des environnements jamais évidents. 

 

 

7. QUELS MÉTIERS EXERCENT LES ANCIENS ÉTUDIANTS DU MASTER ET DANS QUELS CONTEXTES ? 

 

Au sein de structures qu’ils ont rejoints ou créées, associations, agences de production, établissements publics ou collectivités territoriales, en France et ailleurs (Liban, Tunisie, États-Unis, Mexique, Corée, Belgique, Pologne...), dans le domaine du street art, des arts visuels, du spectacle vivant, du développement local, de l’urbanisme, ils sont administrateurs, chargés de production, programmateurs, curateurs, chargés de mission, attachés culturels, conseillers d’élus, collaborateurs d’artistes... La liste des emplois exercés par les plus de 200 anciens étudiants est longue et diverse : pour en savoir plus, rendez-vous ici ! Lisez-aussi des témoignages d'anciens étudiants

 

 

women-are-heroes-de-jr.jpg

 

Intervention de JR à Morro da Providência, Rio de Janeiro, dans le cadre de son projet Women Are Heroes. JR a été invité à deux reprises lors de notre cycle de rencontres-débats art [espace] public. 

 

 

8. QUI SONT LES INTERVENANTS ET LES PARTENAIRES DU MASTER ? 

 

L’équipe pédagogique rassemble une vingtaine de professionnels et universitaires, tous impliqués dans la conception, la production, le développement ou l’analyse de projets artistiques et culturels dans l’espace public (voir plus loin la présentation de l'équipe pédagogique pour l'année 2016-2017). Par ailleurs, les étudiants rencontrent tout au long de l’année des artistes, des porteurs de projets, des responsables d’institutions, de collectivités territoriales… (voir plus loin) Le Master développe des projets avec de nombreuses structures : en 2017, avec Coloco&Co sur les places d'Italie et de la Nation (dans le cadre de Réinventons nos places), avec la Maison des Jonglages de la Courneuve, avec des collectivités territoriales, comme Plaine Commune, établissement public territorial regroupant neuf villes de Seine-Saint-Denis autour d’un projet innovant de « Territoire de la Culture et de la Création » impliquant notamment des artistes dans les projets urbains. Nous avons travaillé en 2016 avec la coopérative culturelle Cuesta et l’Agence des Espaces Verts d’Île-de-France, le DSSA Alternatives urbaines, HorsLesMurs, le centre national de ressources des arts de la rue et des arts du cirque (devenu en 2016 ARTCENA), et chaque année des artistes plasticiens, des compagnies de théâtre, des collectifs d’architectes... Il y a enfin l’association Objet(s) Public(s), un partenaire-clé regroupant tous les étudiants de la promotion en cours du Master et de nombreux anciens avec qui nous produisons chaque année plusieurs projets. 

 

 

10. LE MASTER FAIT-IL L’OBJET D’UNE ÉVALUATION ? 

 

Oui, notamment par l’AERES, Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (devenu Haut Conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur), qui nous a attribué en 2008 la note A+ : «formation excellente», «organisation pédagogique dynamique», «ouverture sur l’extérieur remarquable», «attractivité importante», «formation très complète», «ancrage professionnel fort». Dans un nouveau rapport en 2013, l’AERES confirme son évaluation : «originalité du positionnement de la spécialité issue d’une analyse de la situation professionnelle ; équilibre entre enseignants professionnels et mobilisation des acquis de la recherche ; pluridisciplinarité ; large ouverture des possibilités professionnelles ; stages et partenariats avec des institutions professionnelles…». Le Master a aussi été qualifié de «pépite de l’université» par le Nouvel Observateur.

 

 

11. COMMENT VOYEZ-VOUS ÉVOLUER LA CRÉATION EN ESPACE PUBLIC ? 

 

Le Master cherche à être un observatoire des pratiques artistiques et culturelles en espace public, un lieu de veille, attentifs à la création dans le champ de l’art contemporain, du spectacle vivant, notamment des arts de la rue, mais aussi des arts urbains, du land art... Parmi les tendances de la création que nous suivons et accompagnons, celles qui sont à l’interface de l’urbanisme alternatif, du tourisme culturel et du «social design» nous semblent particulièrement intéressantes. Elles amènent de nouvelles manières de voir, de penser et surtout de pratiquer l’espace public, en tant que citadin, voyageur ou citoyen, pour habiter la ville, faire l’expérience du monde ou contribuer à sa transformation, modestement mais tangiblement. Avec les étudiants de la 10e promotion, nous avons réalisé un travail d’identification de 10 lignes de force de la création en espace public pour les 10 prochaines années : il est présenté dans le 1er numéro du Journal du Master et en ligne sur le site d'ARTCENA dans une version augmentée. À l'occasion de nos 10 ans, nous avons aussi donné la parole à plusieurs anciens étudiants : découvrez-les

 

 

SUIVEZ-NOUS SUR FACEBOOK

 

Susannah Benjamin

 

 

Le premier numéro du Journal du Master présenté au Ministère de la Culture à l'occasion de la remise du rapport de la MNACEP en juin 2016, en présence d'Audrey Azoulay, Ministre de la Culture et de la Communication.

Le premier numéro du Journal du Master présenté au Ministère de la Culture à l'occasion de la remise du rapport de la MNACEP en juin 2016, en présence d'Audrey Azoulay, Ministre de la Culture et de la Communication.

L'ÉQUIPE PÉDAGOGIQUE DU MASTER 

 

L'équipe pédagogique du Master rassemble en 2016/2017 une quinzaine d'universitaires et de professionnels qui interviennent dans le cadre des différents EP (éléments pédagogiques) de la formation, sous la direction de Pascal Le Brun-Cordier, professeur associé, fondateur et responsable du Master. 

 

Eric Baron, avocat au barreau de Paris, spécialisé dans les régimes juridiques et fiscaux applicables aux acteurs et activités culturels. Intervention : Droit des contrats (introduction au droit de la culture)  

 

Christophe Blandin-Estournet, directeur du théâtre de l'Agora, Scène nationale d'Evry et de l'Essonne. Membre de la MNACEP. Site. Intervention : Projets culturels, territoires et populations. 

 

Antoine Cochain, fondateur de Playtime, société de direction technique de projets culturels et artistiques en espace public, et de l’association Point de Rassemblement qui vise à développer la capacité d’agir citoyenne dans la ville et l’espace public, ancien étudiant du Master (2ème promotion, 2006-2007). Cours : Gestion de projets culturels. Recherche de financements.  

 

Arnaud Idelon, co-fondateur du collectif BLBC, ancien étudiant du Master. Cours : Fundraising. Mécénat. Subventions. Crowdfunding ; Ethique, art et espace public Posture du curateur hors-les-murs. 

 

Pascal Nicolas-Le Strat, sociologue, professeur à l’université Paris 8, travaille sur les micropolitiques de création ou de résistance, les formes d'expérimentation politique, artistique ou sociale, les politiques du savoir, le Travail du commun. Cours : De l'espace public à l'espace commun (Philosophie et sociologie de l'espace public)

 

Gustave Galeote, maître de conférences associé à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, administrateur de compagnies. Cours : Administration de projets culturels. Gestion financière et sociale appliquée aux projets culturels. Création d'entreprises culturelles. 

 

Pascal Le Brun-Cordier, directeur artistique, consultant (Vertigo In Vivo), professeur associé à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, fondateur et directeur du Master. Membre de la MNACEPActivités et publications.  Cours : Histoire et actualité de la création artistique en espace public. Histoire et actualité des politiques culturelles. Suivi pédagogique. Projets collectifs. Suivi des mémoires de stage. 


Maud Le Floch, directrice du pOlau, urbaniste. Membre de la MNACEP. Site du pOlau. Cours : Action artistique et développement urbain. Projet partenarial concernant la plateforme collaborative ArtePlan Arts et aménagement des territoires. 

 

Stéphanie Lemoine, co-auteur de In situ : Un panorama de l'art urbain de 1975 à nos jours (Ed. Alternatives, 2005), Artivisme. Art, action politique et résistance culturelle, éditions Alternatives, 2010), L'art urbain : du graffiti au street art (Gallimard, 2012). Cours : Analyse de projets artistiques en espace public. L'art urbain. 

 

Manuel Pons (ancien étudiant du Master). Cours : innovation stratégique. 

 

Fabienne Quéméneur, co-pilote de l’ANPU - Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine, chargée de production et de communication dans le spectacle vivant. SiteCours : Introduction à la psychanalyse urbaine (Philosophie et sociologie de l'espace public)

 

Bénédicte Rochet, avocate. Intervention : droit des contrats (introduction au droit de la culture) 


Serge Saada, responsable du programme de formation national à la médiation culturelle de l’association Cultures du cœur, auteur de Essai sur la médiation culturelle et le potentiel du spectateur (L'Attribut, 2010). Site. Cours : Action culturelle et médiation. 


Philippe Saunier-Borrell, co-directeur de « Pronomade(s) en Haute-Garonne », Centre national des arts de la rue et de l’espace public. SiteIntervention : Projets culturels, territoires et populations (étude de cas : les Pronomade(s)). 


Jean-Dominique Secondi, directeur de l’agence ARTER, architecte. Site. Cours : Atelier de production. 

 

Elsa Vivant, maître de conférences en urbanisme à l’Institut français d’urbanisme, membre du LATTS (Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés), travaille sur la mobilisation de l’action artistique et culturelle dans les projets urbains, entre instrumentalisation et coopération. Site. Le concept d'espace public. Projets artistique et projets urbains (Philosophie et sociologie de l'espace public)

 

 

 

 

L’équipe pédagogique évolue chaque année. Parmi les professionnels qui sont intervenus dans le cadre du Master les années passées : Philippe Barthélemy, consultant, directeur de Mémoire et Patrimoine Expositions, initiateur de projets soutenus dans le cadre de programmes européens. Publications. Samira Ouardi, chercheuse en sciences de l'information et de la communication, co-auteur de Artivisme. Art, action politique et résistance culturelle, éditions Alternatives, 2010. Site. José Rubio, directeur technique de l’EPPGHV - Etablissement public du parc et de la grande halle de La Villette. Site. Marc Patard, professeur de philosophie, chercheur en sciences politiques. Laurent Petit, psychanalyse urbain, ANPU - Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine. Site. Michel Risse, compositeur, directeur de la compagnie Décor Sonore. Site. Olivier Comte, artiste, compagnie les Souffleurs, commandos poétiques. Site. Etienne Delprat, architecte, collectif YA+K. Mathieu Maisonneuve, directeur de L'Usine, lieu conventionné dédié aux arts de la rue (Tournefeuille). Site. Anne Gonon, auteure, anciennement chargée des études et de la recherche à HorsLesMurs. Charles Ambrosino, maître de conférences en urbanisme et aménagement du territoire (IUP Grenoble). Domaines de recherche : Villes créatives, quartiers artistiques et tournant culturel des sociétés urbaines. Fabrique de la ville contemporaine. Renouvellement urbain et planification stratégique. Site. Chantal Lamarre, fondatrice et ancienne directrice de Culture Commune, scène nationale du bassin minier du Pas-de-Calais. Site. Danielle Bellini, directrice des affaires culturelles et de l'Education populaire de Tremblay en France, présidente des Souffleurs, commandos poétiques.

 

* * *

 

Des rencontres sont organisées tout au long de l'année avec de nombreux professionnels qui accompagnement le développement du Master pour certains depuis sa création. Parmi eux : Laurent Bourdereau, ancien directeur du Domaine de Chamarande. Alain Thuleau, directeur de l'agence ARTEVIA. Chantal Latour, directrice du projet La Grande Clameur. Valentine Roy, chargée de mission culture à Plaine Commune. Marie-Pierre Bouchaudy, chargée de mission Nuages pour Plaine Commune. Ludovic Nobileau et Antonia Taddéi, compagnie X-TNT. Julien Rosemberg, ancien directeur d'HorsLesMurs. Bianca Farrugia, agence ARTEVIA. Agathe Ottavi et Alexandra Cohen, agence CUESTA. Lucie Piard, architecte-paysagiste, collaboratrice du collectif Observatorium, Loyce Hébert et Carmen Camboulas, projet "Renard Urbain", Antoine Cochain, association Point de Rassemblement, Laura Doucène, Goûte-moi ça (graphisme qui se mange !), Victor Leclère, La Magnagnerie, Alexandre Lamothe, association la Bobine (Grenoble). Gentiane Guillot, secrétaire générale d'HorsLesMurs, Françoise Léger, directrice du Citron Jaune, CNAR, et du festival d'art environnemental Les Envies Rhônements, Yann Toma, artiste (Ouest Lumière), maître de conférences à Paris 1. Fred Sancerre, directeur de Derrière le Hublot (Capdenac). Max Leguem, directeur de la MJC de Ris Orangis. Elena Dapporto, chargée de mission pour les arts de la rue, les arts du cirque et de la marionnette, Ministère de la Culture et de la Communication. Pedro Garcia, directeur artistique de Chalon dans la rue / L'Abattoir (Chalon sur Saône). Jean-Sébastien Steil, coordinateur du réseau européen In Situ / Lieux publics, centre national de création, Marseille (aujourd'hui directeur de la FAI-AR). Bruno Caillet, directeur de l'agence multimédia Watoo. Luc Gwiazdzinski, géographe, Maître de conférences en géographie urbaine à l'Université J. Fourier de Grenoble, Laboratoire Pacte territoire (UMR CNRS Pacte 5194), fondateur de l’agence Sherpaa, Président du Pôle des Ars urbains, auteur notamment de La ville 24h/24, 2003, L’Aube ; Si la ville m’était contée, 2005, Eyrolles ; La nuit dernière frontière de la ville, 2005, L’Aube ; Périphéries, voyage à pied autour de Paris, L’Harmattan, 2007 ; Nuits D’Europe, 2007, UTBM Editions ; Si la route m’était contée, 2007, Eyrolles. Guy Tortosa, inspecteur de la création artistique, direction générale de la création artistique, ministère de la culture et de la communication. Stefan Shankland, artiste plasticien, initiateur de la démarche HQAC, haute qualité artistique et culturelle. Fabrice Lextrait, chargé de mission, Architectures Jean Nouvel, auteur du rapportFriches, laboratoires, fabriques, squats, projets pluridisciplinaires... Une nouvelle époque de l’action culturelle, destiné au secrétaire d’Etat au Patrimoine et à la Décentralisation culturelle (2001). Marc Gauchée, directeur de la communication et des publics de l’EPPGHV - Etablissement public du parc et de la grande halle de La Villette, co-auteur de Culture rurale, cultures urbaines, Cherche-midi éditeur, 2006 ; Brice Gessler, chef de projet, agence Le Hub ; Fanny Georges, Centre de recherche Images, Cultures et cognition (CRICC), Paris I, Observatoire des ondes Numériques en Sciences Humaines (OMNSH) ; Floriane Gaber, chercheuse, consultante, spécialiste des arts de la rue à l'international ; Antoine Billaud, juriste, spécialisé dans le domaine des projets artistiques dans l’espace public, association Rouge, accompagnement de projets artistiques et culturels ; Yann Métayer, spécialiste des questions de prévention des risques dans le domaine des projets artistiques dans l’espace public, ancien directeur technique de la Maison de la Culture de Nantes, du Printemps de Bourges, du Festival Interceltique de Lorient ; Pierre Oudart, chargé de mission au CNAP, Centre National des Arts Plastiques (aujourd'hui directeur adjoint de la DGCA, Ministère de la culture et de la communication) ; Emmanuel Vinchon, sherpa et conseiller artistique, notamment au sein de Lille 2004 et Lille 3000 ; Julie Desprairies, chorégraphe, compagnie Des Prairies ; Frank Piquard, directeur délégué de la compagnie DCA (Philippe Decouflé), co-programmateur de Jazz à la Villette ; Eve Plenel, responsable de l'insertion et de la prévention au CENTQUATRE, établissement artistique de la ville de Paris ; Bénédicte Ramade, historienne de l'art, critique d'art, rédactrice pour les magazines L'œil et 01 Magazine, commissaire d'exposition ; Anne Gonon, titulaire d'un doctorat sur les publics des arts de la rue soutenu à l'Université de Bourgogne, auteure de livres et d'articles sur l'art en espace public ; Sandra Fiori, maître-assistante titulaire à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier (ENSAM), champ « urbanisme et projet urbain », chercheuse au laboratoire CRESSON (centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain – UMR CNRS 1563 / école d’architecture de Grenoble) ; Mark Etc, artiste, directeur artistique du groupe ICI-MEME ; Patrick Brenner, ancien secrétaire de la commisssion juridique du Conseil de l'Europe, administrateur de programmes FEDER de la Commission européenne et de services de ministères français, il dirige actuellement la mission du Grand Bassin parisien et enseigne dans les écoles de la fonction publique (CNFPT, ENA) ; Isabel Andreen, consultante en production et développement de projets culturels européens, coordinatrice de projets de coopération interculturelle.

 

 

Quelques-unes des personnalités rencontrées depuis 2006 : Jean-Claude Pompougnac ; Françoise Billot et Gilles Alvarez, Arcadi ; Jean Digne, président de HorsLesMurs ; Stéphane Simonin, directeur de HorsLesMurs (aujourd'hui directeur de l'Académie Fratellini) ; Baptiste Monsaingeon, Art Public Contemporain ; Frédéric Hocquard, Actes-If et Confluences (aujourd'hui directeur d'Arcadi) ; Mehdi Idir et Jasmine Franck, La Villette ; Mathieu Maisonneuve, L'Usine ; Yann Toma, artiste ; Hervée de Lafond, comédienne et co-directrice du théâtre de l'Unité ; Malte Martin, plasticien et graphiste ; Joëlle Barbaresi, secrétaire générale de la Mission départementale de la culture de l'Aveyron ; Xavier Montagnon, Art public contemporain (aujourd'hui secrétaire général du CIPAC), ancien étudiant du Master ; Ricardo Esteban, projet Petit Bain ; Aurélie Haberey, artiste ; Julien Travaillé, directeur artistique de la compagnie Serial Théatre, à propos de son projet FACES ; Christine Spianti et Christophe D'Hallivillée, Studio de Sculpture sociale ; Jean-Marie Songy, co-directeur artistique de la Nuit Blanche 2007, directeur du festival international de théâtre de rue d’Aurillac, du festival Furies à Chalon en Champagne, du festival Sortie de Rue à Saint Jean de Védas, du festival d’Ax les Thermes ; Jean-Dominique Secondi, directeur de APC-Art Public Contemporain, société chargée de la production de Nuit Blanche notamment en 2007...

 

Entre octobre 2005 et mars 2006, les étudiants ont rencontré Olivier Darné, artiste "graphiculteur" ; Michel Verjux, plasticien ; Mari Linnman, médiatrice du programme "Nouveaux Commanditaires" (Fondation de France), présidente de l'association 3-CA ; Philippe Saunier-Borrell, directeur des Pronomades ; Catherine Contour, artiste chorégraphique ; Jean Digne, président de HorsLesMurs ; Stéphane Simonin, directeur de HorsLesMurs ; Rémy Bovis, Gérant de la coopérative De rue et de Cirque ; Séverine Dardel, Chargée de l’action culturelle de De rue et de Cirque ; Didier Le Corre, directeur de l'Espace Simone Signoret, scène conventionnée de Vitry-le-François ; Karine Delorme, maire-adjointe de Chalon sur Saône, membre de la FNCC - Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture ; Marie-Thérèse François-Poncet, conseillère municipale d'Agen, vice-présidente de la FNCC ; Florian Salazar-Martin, maire-adjoint de Martigues, président de la FNCC ; Marion Druart, directrice de l'action culturelle de la ville de Saint-Ouen ; Catherine Vaudour, conservateur en Chef du Patrimoine, directrice de la Culture et du Patrimoine du Conseil Général des Alpes-Maritimes ; Alexia Fabre, conservatrice du MAC/VAL, Musée d'art contemporain de Vitry-sur-Seine ; Mathieu Maisonneuve, directeur de l'Usine, Tournefeuille, lieu de fabrication, de création et de production de théâtre de rue et de spectacle vivant ; Thierry Pariente, conseiller technique du Ministre de la Culture et de la Communication, pour le Théâtre, le Cirque et les Arts de la Rue ; Nathalie Viot, conseiller artistique, Direction des affaires culturelles, Sous direction des nouveaux projets, Département de l'Art dans la Ville, Ville de Paris. Productrice d'événements artistiques pluridisciplinaires ; Virginie Buronfosse, responsable des relations avec le public aux Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis...

 

En février, mars et avril 2006, les étudiants du Master ont organisé huit rencontres-débats publiques sur des questions articulant arts, cultures, populations et territoires. Parmi les artistes, acteurs culturels et observateurs du monde de l’art invités : Grégory Chatonsky : artiste numérique, membre fondateur de la plateforme expérimentale incident.net ; Bernard Lubat, musicien, fondateur de la Compagnie Lubat de Gasconha et du Festival d’Uzeste Musical ; Mark Etc, directeur artistique du Groupe Ici Même ; Guy Benisty, cofondateur et directeur du Githec – Groupe d’Intervention Théâtral Et Cinématographique (Pantin - 93) ; Pedro Garcia, directeur artistique du festival Chalon dans la Rue et de l'Abattoir ; Catherine Boskowitz, metteur en scène, codirectrice du Collectif 12 / Friche A. Malraux à Mantes-la-Jolie ; Danièle Bellini, directrice des affaires culturelles de Champigny-sur-Marne (94) ; La Caution, groupe de rap ; Serge Chaumier, professeur à l’université de Bourgogne ; Philippe Henry, maître de conférences HDR à l’Université Paris 8 Saint-Denis, département théâtre ; Stephen Wright, enseignant en esthétique, critique d'art et commissaire d'exposition indépendant ; Hervé Lelardoux, scénographe et metteur en scène, Théâtre de l’Arpenteur ; Gabi Farage, urbaniste-inventeur, directeur de l’association Bruit du Frigo ; Palmira Picon-Archier, directrice de l’APSOAR ; Dominique Lemaître, comédienne, codirectrice artistique de la compagnie des Chercheurs d’Air ; Françoise Léger, codirectrice artistique de la compagnie Ilotopie ; L’Atlas, artiste ; Stéphanie Lemoine, auteure de In Situ, un panorama de l'art urbain de 1975 à nos jours ; Anne Vergneault, co-directrice artistique de la compagnie KMK ; Rémy Bovis, gérant de la coopérative De rue et de Cirque…

 

En janvier, février et mars 2007, les étudiants du Master ont organisé dix rencontres-débats : voir la liste des quarante invités du cycle 2007.

 

En janvier, février et mars 2008, les invités du cycle art [espace] public étaient Thierry Davila historien de l’art et commissaire d’expositions, Thierry Paquot philosophe, professeur à l’Institut d’Urbanisme de Paris (Paris XII), éditeur de la revue Urbanisme, Hendrik Sturm artiste promeneur, enseignant à l’École des Beaux-Arts de Toulon, Luc Gwiazdzinski géographe, université J. Fourier de Grenoble, Jean-François Augoyard directeur de recherche au CNRS, fondateur du CRESSON (Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain), Nicolas Frize compositeur, directeur des Musiques de la Boulangère, Michel Risse artiste sonore, directeur de la compagnie Décor Sonore et de la Fabrique Sonore, Constantin Petcou architecte et chercheur, cofondateur de l’Atelier d’architecture autogéré, Stefan Shankland plasticien, initiateur de la démarche HQAC, Haute Qualité Artistique et Culturelle (projet Trans305, Ivry sur Seine), Philippe Vasset écrivain, auteur de Un livre Blanc, Fayard, 2007, co-fondateur de l’Atelier de Géographie Parallèle, Jean-Christophe Aguas chargé des évènements métropolitains, délégation générale à la coopération territoriale, ville de Paris, Ami Barak commissaire d’expositions et critique d’art, co-directeur artistique de Nuit Blanche en 2003 et 2004, Hervé Breuil directeur du Lavoir Moderne Parisien, Christophe Girard adjoint au maire de Paris, chargé de la culture, André Rouillé maître de conférences à l’université Paris VIII, critique d’art et fondateur du site Paris-art.com, Jérôme Sans commissaire d’expositions, co-directeur artistique de Nuit Blanche 2006, Jean-Dominique Secondi directeur d’Art Public Contemporain, producteur de Nuit Blanche en 2004, 2006 et 2007, Jean-Marie Songy directeur artistique du festival d’Aurillac, co-directeur artistique de Nuit Blanche en 2007, Xavier Veilhan artiste plasticien ayant participé à Nuit Blanche en 2006 et 2007, Marc Blieux artiste multimédia, chercheur, dirige le projet AIRE et AIRE-Second Life (http://aire-europe.org), Agnès de Cayeux net artiste, chargée du projet x-réseau initié par le Théâtre Paris-Villette en faveur de la création artistique de spectacle vivant en réseau, Michel Lussault géographe, professeur à l’université François-Rabelais de Tours, Ernest Pignon-Ernest, artiste, Alberto Abruzzese université de Milan, Richard Conte université Paris 1, Filippo Fimiani université de Salerne, Camille Gendrault université Paris III, Carlo Grassi université de Venise, Rossana Rummo directrice de l’Institut Culturel Italien de Paris, Pappi Corsicato cinéaste, Stefano de Matteis université d’Urbino, Jean Mottet université Paris 1, Achille Pisanti scénariste, Jean-Noël Schifano écrivain et éditeur, Martine Segonds-Bauer Institut Français de Naples, Jean-Marc Barbieux rédacteurs en chef du magazine Tracks (Arte), Sonja Kellenberger directrice de recherches et d’études, SEA Europe, Pierre Sauvageot compositeur, directeur de Lieux publics, centre national de création des arts de la rue (Marseille), Jean Bojko directeur de Téatr’éprouvête (Corbigny, Nièvre), Proserpine clown, projet La Fabrique de Liens (L’Apprentie Compagnie), Marc Gauchée co-auteur de Culture rurale, cultures urbaines ?, Le Cherche Midi, 2006, André Gattolin essayiste, enseignant et doctorant, spécialisé dans les techniques de communication activistes, Brian Holmes critique d’art et essayiste, spécialisé dans les croisements entre art, économie politique et mouvements sociaux, Samuel Wahl journaliste revue Cassandre, Renaud Auguste-Dormeuil artiste plasticien, Eric Heilmann maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Louis Pasteur de Strasbourg, Manu Luksch artiste, réalisatrice du long-métrage FACELESS *, Nicolas Thély maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et auteur de Vu à la webcam. Essai sur la web-intimité, Les Presses du Réel, 2002. Voir le programme détaillé sur le site des rencontres art [espace] public.

 

Lors de la pré-rentrée du Master en septembre 2008, à la Villette, dans le cadre des Pop's, "festival pour des arts turbulents", les étudiants ont pu rencontrer : François Delarozière, La Machine, Laurent Chanel, artiste, Yveline Rapeau, programmatrice des Pop's, Mehdi Idir, chargé de mission à la direction des spectacles, Jasmine Francq, responsable des visites et ateliers. Ils ont aussi pu assister au séminaire Fresh Circus et à la conférence Smart City dans le cadre du festival Emergences 2008.

 

Directeur du Master : Pascal Le Brun-Cordier, professeur associé à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Tumblr.

 

 

Pour une présentation plus précise de la formation : versement de la taxe d'apprentissage, recrutement, VAE...

 

 

Map-Portraits-by-Ed-Fairburn-5.jpgEd Fairburn

Ed Fairburn

 

Ed Fairburn

 

Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Présentation du Master
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 19:17

Les étudiants de la 12e promotion

(2016-2017)

 

Elvire Beugnot 
Basile Bretagne
Solène Champroy 
Alain Chaney 
Justine Pont 
Isabelle Dos Reis Pires 
Elodie Dubocage 
Marie Fayet  
Maud Grelier
Claire Guerineau 
Diane Lamand 
Aurélie Le Maître  
Clarisse Legoedec
Zhining Ma 
Ivanoé Masset 
Samantha Maurin 
Lena Ollivier 
Oranne Renaudie
Julie Rodriguez 
Jérémy Surmont 

 

Les étudiants de la 11ème promotion

(2015-2016)

Urielle Abelé 

Marie Awad
Camille Bodin 
Lucy Cuartero 
Sarah De Molliens 
Margot De Roquefeuil 
Fanny Duwez
Arnaud Idelon 
Betul Ilhan 
Clémence Jost 
Chrysovalantou Valia Kardi 
Nepheli Koskinas 
Marion Le Doaré 
Eva Lechartier 
Sarah Mandagaran 
Elisa Mandiola 
Margaux Naville 
Anh Nguyen 
Pauline Semo 

 

Les étudiants du Master

 

 

Les étudiants de la 10ème promotion 

(2014-2015)

 

Photo de la promotion 10 2014 2015

 

Stéphanie Braka

Charlotte Cheveau

Marie Delor

Coralie Duran

Astrid Durocher

Camille Fukas

Essia Jaibi

Samir Ketila

Ariane Leblanc

Pauline Lisowski

Marie Monclus

Agathae Montecinos Pinheiro

Colombine Noebes-Tourres

Morgane Noubel

Lou Paquet

Chloé Penha

Clémence Pierre

Marie Quelen

Ivana Rumanova

Robin Sepulcre 

 

 

Les étudiants de la 9ème promotion 

(2013-2014)

 

aller-retour

Romain Arditi

Grégoire Arpin-Bueria

Laura Athéa

Céline Bénétos

Claire Chaperon

Nina Cholet

Diaty Diallo

Laura Doucène

Justine Dumotier

Juliette Dubin

Marianne Frassati

Maira Hata

Barbara Petitjean

Alix Viala

Maryline Tagliabue

Aurore Stalin

Sofia Uguccioni

Alexandra Valet

Flora Vallauri

Marion Zankowicz

 

Les étudiants de la 8ème promotion 

(2012-2013)

photo de classe

Julia Ardiley
Victoire Bech (entretien réalisé en 2016 à lire ici)
Juliette Bibasse
Camille Blosse
Leonor Bolac
 Marion Bourguelat
 Carmen Camboulas
 Pauline Charrière
Adeline Debatisse
Antoine Esteve
Bianca Farrugia
Elodie Gaspard
Camille Grant
Loyce Hebert
Alexandre Lamothe
Nina Le Roux
Manel Pons
Diana Portilla
Hélène Toumanoff
Mathilde Wahl

 

 

Les étudiants de la 7ème promotion 

(2011-2012)

  Photo-de-groupe-Master-promotion-2011-2012.jpg

 

Laurie Castel

Renaud Cousin 

 Cécile Demessine
Samia El Ouazzani 
Sylvain Hardy 
Camille Lévêque 
Marion Marchand 
Arthur Mayadoux  
Emilie Metris 
Camille Michel 
Lisa Moneret 
Lucile Ribeaudeau 
Camille Rondeau 
Pauline Séjourné 
Camille Simon 
Valentin Szejnman 

 

 

Les étudiants de la 6ème promotion 

(2010-2011)

 coline-082.JPG

Alves Pereira Sylvie

Berlaud Coline

Bourgade Cécile

Clerc Marion

Cornec Pauline

de Saint Fraud Aurore

Delprat Etienne 

Gauthier Caroline

Jeong Eun-Yeob

Julhes Martin

Magaud Bérangère

Monblanc Frédérique

Omnès Clément

Pugin Marine

Stein Clara

Talva Camille

Tucker Alice

 

Les étudiant-e-s de la 5ème promotion

(2009-2010)


Lise Bénard
Marina Bourdais
Clémentine Cassard
Zoe Dehays
Cécile Di Filippo
Sandra Gicquel
Gaëlle Hermant
Emmanuelle Jolivet
Victor Leclère
Lucie Lemaître
Melissa Makni 
Anne Métrard
Elsa Ossart
Lucie Piard
Doriane Roche
Nancy Roquet
Charlotte Rougier

 

Les étudiant-e-s de la 4ème promotion

(2008-2009)

Claire Bataille
Armelle Bellenger
Marion Blanc
Laure Bonnefond
Alice Caze
Aude Chandoné
Fanny Courieult
Caroline Dubois
Adrienne Ferré
Marion Grange
Pauline Haué
Claire Huberson
Natan Jannaud
Younes Kanbouj
Alice Leborgne
Coralie Mainguy
Delphine Marcadet
Cécile Robin
Marie Tranchet
Catalina Trujillo

Les étudiant-e-s de la 3ème promotion

 

(2007-2008)


Amanda Abi Khalil 
Céline Auclair 
Aurélie Burger
Tiphanie Dragaut
Melody Dupuy
Clotilde Fayolle
Mélanie Fioleau 
Caroline Giovos 
Charlotte Girard
Elise Laperriere
Anne-Sophie Levet
Léa Marchand
Julien Paris
Chloé Perarnau 
Benjamin Petit 
Malgorzata Ratajska 
Inès Sanchez 
Alice Vallat
Nina Vandenberghe

 

 


Les étudiant-e-s de la 2ème promotion

(2006-2007)

Quatorze des dix-neuf étudiants du Master, en décembre 2006.

Céline AGUILLON
Ségolène ANGELE
Delhia AOULI
Marion BLET
Chloé BOURRET
Antoine COCHAIN
Véronique DUBARRY
Violaine GARROS
Dalila HABBAS
Kafui KPODEHOUN
Arthur LASSAIGNE
Julie LE GUILLANTON
Caroline MARCHAL
Kate MERRILL
Caroline MOYE
Julien NICOLAS
Deborah PORCHET
Marina QUIVOOIJ
Sébastien RADOUAN

Quelle insertion professionnelle pour les étudiants ?

 


Les étudiants du Master et P. Le Brun-Cordier dans le contener / pollinisateur posé sur la piazza Beaubourg à l'automne 2006 par Olivier Darné (voir aussi ici). Image : O. Darné.


Les étudiant-e-s de la 1ère promotion
(2005-2006)

Téléchargez les CV des étudiants de la promotion 2005-2006 en cliquant sur les noms soulignés :

 

Cécile Cano Lire son témoignage

Elsa Chausse

Elise Coury

Alice Delacour

Guillaume Deschamps + annexes

Emilie Dubuc

Lucie Dufossé

Violaine Dupic

Camille Geoffroy

Soizic Gobron

Alice Hervé

Elise Laurent

Aurélie Marcillac

Xavier Montagnon

Charlotte Morel

Mathilde Ochs

Jeanne Pariente

Adrien Pasternak

Guillemette Pichon

Rachel Pinget

Camille Poiraud


Quelle insertion professionnelle pour les étudiants ?

Objet(s) Public(s), l'association des étudiants du Master.  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Les étudiants
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 18:30

Octobre 2013 : Participation à la Nuit Blanche, voyage d'étude à Marseille pour participer au forum "Invisible Walls" organisé par le réseau européen In Situ, aux festivals Métamorphoses (Lieux Publics) et Actoral.

Carnet de voyage à Marseille des étudiants :

 

 

Septembre 2013 : rentrée du Master alternant rencontres professionnelles à HorsLesMurs, centre national de ressources des arts de la rue et des arts du cirque, rencontre avec d'anciens étudiants, et réunion de l'association Objet(s) Public(s).

 

 

Eté 2013 : présence de nombreux étudiants du Master et de membres de l'association Objet(s) Public(s) aux festivals Viva Cité, Chalon dans la rue et Aurillac.

viva-cite-2013.jpgaffiche-aurillac-2013.jpgchalon-13.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Actualité du Master
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 23:30

La_Sc__ne_n___65_4fd9b88ff0fc3.jpgLe magazine des professionnels du spectacle, La Scène, publie dans son numéro 65 un article intitulé "Y a-t-il trop de masters "culture" ?". Le Master Projets culturels dans l'espace public y est largement cité,  positivement. "Des 120 étudiants qui ont fréquenté le master Projets culturels dans l'espace public de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, tous ont trouvé un emploi, profitant de leurs stages, des réseaux qu'ils ont su créer avec [les] trente intervenants. (...) Dès l'appel à candidature, les sélections sont "poussées" (350 dossiers pour 20 reçus) et durant la formation les étudiants sont invités à monter de véritables projets par petits groupes." 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Actualité du Master
1 mai 2013 3 01 /05 /mai /2013 21:46

5 avril 2013 : dernière des six rencontres du cycle de rencontres-débats art [espace] public ! Plus de 1000 personnes ont assisté à cette nouvelle édition du cycle organisé par les étudiants du Master et l'association Objet(s) Public(s), sous la direction de Pascal Le Brun-Cordier et Samira Ouardi. Programme complet : ici

TRANS-305

 

Février 2013 : les étudiants participent au workshop de la Ktha Compagnie sur les Petits Urbanités Libres. En savoir plus : http://pul.ktha.org 

Qu’est-ce qu’une petite urbanité ? "Un espace le plus souvent petit, délaissé par l’urbanisme, sacrifié, inutile la plupart du temps. Un espace auquel on peut accéder depuis l’espace public, un entre deux, un interstice." (Ktha compagnie) 


png.png

 

Novembre 2012 : participation à la 5ème édition de la ZAT - Zone Artistique Temporaire à Montpellier, et notamment au projet de Pierre de Mecquemem / La Machine ! 

 

 

Septembre 2012 : rentrée du Master alternant rencontres professionnelles à HorsLesMurs, centre national de ressources des arts de la rue et des arts du cirque, rencontre avec d'anciens étudiants, participation au PARK(ing) DAY, "manifestation réunissant citoyens, artistes et activistes pour transformer temporairement des places de parking en espaces végétalisés et conviviaux", découverte de l'intervention urbaine de Komplexkarphaum, Figures libres, entre Paris et Bagnolet, et réunion de l'association Objet(s) Public(s) !

 

 

 

Octobre 2012 : participation à la Nuit Blanche parisienne, rencontre avec les Frères Ripoulain, auteurs de Calderpillar, une des œuvres phares de la Nuit Blanche. 


nb-035.jpg

 

 

Eté 2012 : présence de nombreux étudiants du Master et de membres de l'association Objet(s) Public(s) aux festivals de Chalon sur Saône, Chalon dans la rue, et au festival d'Aurillac.  

 

festival-aurillac2012.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Actualité du Master
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 11:31

 

POUR ACCÉDER AU PROGRAMME DE L'EDITION 2014, C'EST ICI

 

visuel_photo_cycle_2013.jpeg

 

7ème cycle de rencontre-débats art [espace] public 

L'art, producteur d'urbanité ? 
Ce qui se joue à Paris et dans sa métropole

Ici et là, des artistes créent dans la ville et avec elle. Leurs projets contribuent à la rendre plus singulière et vivante, à en révéler des dimensions méconnues, à en proposer d'autres images et d'autres usages. Ils ont acquis une place certaine dans les projets de territoire à Paris et dans les villes de sa périphérie. À l'heure où s'invente la métropole parisienne, quels chemins de traverse proposent-ils pour enrichir les lieux et les liens qui composent l'espace oublic ? Comment sont-ils conçus, mis en œuvre et accompagnés ? Quelle urbanité créent-ils précisément ? Le 7ème cycle art [espace] public vous invite à penser collectivement ce qui se joue, à Paris et alentours, quand l'art est partie prenante de la fabrique de la Cité.

Rencontres ouvertes à toutes et à tous, chaque vendredi de 19h à 21h du 1er mars au 5 avril 2013. Cycle proposé par les étudiants du Master Projets culturels dans l'espace public de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l'association Objet(s) Public(s), sous la direction de Samira Ouardi et Pascal Le Brun-Cordier. 

Art et urbanisme : une rencontre en invention.
1er mars 2013

Quelle ville révèlent les arts urbains ? 
8 mars 2013

Interstices, lieux en attente, délaissés urbains : expérimenter la ville oubliée
15 mars 2013

Quelle place pour la fête dans la ville ? 
22 mars 2013

Création numérique en espace public : quelles transformations de l'urbanité ? 
29 mars 2013 

Cultivez la ville : vers une autre nature urbaine.
5 avril 2013 

 

Téléchargez le programme complet avec les noms des invités et les lieux. 

 


 

Art et urbanisme : une rencontre en invention
Vendredi 1er mars 2013 19h-21h à la Sorbonne, Amphi Richelieu 
17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris. Métro Cluny la Sorbonne

TRANS-305.jpg

Crédit photographique : Sylvain Duffard, Projet Trans305 - ZAC du Plateau à Ivry-sur-Seine.

 

Alors que l’art a longtemps fait figure de simple « animateur » de l’espace public, de nombreux artistes, en lien avec des urbanistes et des architectes, cherchent à en déployer toutes les potentialités dans le cadre de la fabrique concrète de la ville. Souvent liées à des opérations de requalification urbaine, ces démarches convoquent une multiplicité d’acteurs et interrogent par-là les possibles dialogues entre acteurs culturels et de l’aménagement. 

Quelle place trouve l’art dans ce dialogue ? Quelles sont les attentes à son égard ? Quelles formes concrètes prend ce travail interdisciplinaire ? Quel est le visage de l’urbain issu de ces expériences ? 


En présence de :

-Stefan Shankland, artiste plasticien, coordinateur du projet Trans305 à Ivry-sur-Seine, premier prototype de la démarche Haute Qualité Artistique et Culturelle. 
www.trans305.org

-Gaétane Lamarche-Vadel, a enseigné la philosophie et théorie des arts à l’ENSA Dijon.

-Loïc Julienne, architecte associé à l’agence Construire, est spécialisé dans la transformation de friches industrielles en lieux de vie et de culture.

 

Rencontre-débat organisé par Victoire Bech, Antoine Estève et Hélène Toumanoff. 



 

Quelle ville révèlent les arts urbains ?
Vendredi 8 mars 2013 19h-21h (accueil dès 18h) à l’espace bar du Cirque Électrique
La Dalle aux chapiteaux, Place du Maquis du Vercors, 75020 Paris. Métro Porte des Lilas

ART-URBAINS.jpg

 

Crédits photographiques : EVOL,  Image issue du site : www.suchablog.com/plus-belles-photos-street-art-best-of-2012/street-art-best-of-2012_012

 

La ville est par essence inconstante. Sans cesse elle croît, mute, socialement, politiquement, concrètement. Actrices de ces transformations, des formes de création plastiques se déploient dans ses rues. Progénitures du rapport entre un artiste et sa ville, les arts urbains habitent, vivent, éprouvent et dialoguent avec l’espace public selon des modalités de plus en plus diverses. Light painting, graffiti sonore, laser tag, seed-bombing, peintures/sculptures à la mousse, au tricot ou à la fourrure : des performances urbaines aux formes inédites viennent bouleverser et remotiver selon d’autres règles les codes des arts urbains. 

 

Ces jeux esthétiques sont éminemment politiques, on le sent. Mais jusqu’où ? Que nous disent les métamorphoses des arts urbains des transformations politiques de la Ville ? Qu’en est-il à Paris en particulier ?

 

En présence de :

-Gilbert Petit, artiste  
-Samantha Longhi, rédactrice en chef de Graffiti Art Magazine
www.graffitiartmagazine.com
-Levalet , jeune artiste de 24,  Depuis un an, il installe ses collages dans les rues de Paris.  
levalet.overblog.com 

 

Rencontre-débat organisé par Carmen Camboulas, Pauline Charrière et Camille Grant.



 

Interstices, lieux en attente, délaissés urbains : expérimenter la ville oubliée

Vendredi 15 mars 2013, 19h-21h À l'Académie Fratellini
rue des Cheminots, 93210 Saint-Denis La Plaine, RER D arrêt Stade de France

 

INTERSTICES.jpg

Crédit photographique : Juliette Bibasse, les Petites Urbanités Libres dans le 13ème arrondissement.

 

La ville fourmille de lieux oubliés des citadins. Espaces délaissés, interstices, lieux en attente qui échappent au planificateur. Ces creux inclassables deviennent parfois des lieux d’expérimentations où artistes, urbanistes et citoyens cherchent à réinventer les usages de la ville. 

Pratiques poétiques de l’espace urbain ou manières de rendre visible l’invisible, ces démarches imaginent la ville potentielle à partir du potentiel de la ville. C’est le cas notamment du projet des Petites Urbanités Libres (P.U.L.) mené par la ktha compagnie. En 2011, la ktha proposait à des artistes de cartographier puis d’investir le temps d’une journée ces accrocs dans le tissu urbain. En 2013, c’est avec le Master Projets culturels dans l’espace public et des étudiants d’architecture de la Villette que le projet s’est poursuivi. 

Jusqu’où les P.U.L. transforment-elles la lecture de la ville ? Comment le fait de désigner des interstices invite-t-il à leur réappropriation ? Pour y réfléchir, les P.U.L. seront présentées et mises en regard avec d’autres projets d’investissement des creux de l’espace public.

 

En présence de :

- des participants aux P.U.L. 2013.
www.pul.ktha.org

-Jean Attali, philosophe, enseignant-chercheur architecture et urbanisme.

 

Une balade urbaine précèdera la rencontre : RDV 17h30 Métro St-Denis-Porte de Paris - ligne 13
Départ avec les moutons de l'association Clinamen Direction l'Académie Fratellini (arrivée prévue 18h30-45)
Réservation en ligne : http://goo.gl/huv3K

 

Rencontre-débat organisé par Léonor Bolac, Nina Le Roux et Mathilde Wahl.

 


 

Quelle place pour la fête dans la ville ? 
Vendredi 22 mars 2013, 19h-21h à La Parole errante
9, rue François Debergue, 93100 Montreuil, Croix de Chavaux

 

la-fête

Crédit photographique : Laura Frangi

 

« J’imaginerai un art supérieur à l’art des œuvres d’art : celui de l’invention des fêtes » -Nietzsche.

Moment de réjouissance et parfois de résistance, la fête profite à chacun ou presque. Qu’elle soit à l’initiative des citoyens ou des pouvoirs publics, elle est une source potentielle d’urbanité.  

Mais qui a le pouvoir de l’inventer ? Comment surgit-elle ? À Paris, dont l’histoire est traversée de fêtes, quelle est sa place aujourd’hui ? 

À une époque où la « production » de la fête doit faire face à de nombreuses conditions (réglementation, respect des riverains...), à l’heure où le marketing territorial estompe la frontière entre fête et événementiel, quelle marge de manœuvre reste-t-il aux citoyens ?

 

En présence de :

-Basile Pachkoff, initiateur du Carnaval de Paris 

-Emmanuelle Lallement, anthropologue et maîtresse de conférences au Celsa.

  

Rencontre-débat organisée par Élodie Gaspard et Manel Pons

 


 

LE BAL À 2 BALLES
Vendredi 22 mars 2013, 21h-3h à La Parole errante

9, rue François Debergue, 93100 Montreuil, Croix de Chavaux

 

fond-facebook       

 

Suite à la conférence sur la fête, nous organisons un grand bal à 2 balles pleins de surprises et de folies!
(entrée 2 euros) Venez nombreux! Ça va guincher!

 

Foire aux crêpes, folies en tout genres, baloche masqué de l'extrême, ohé oh, train fantôme...
Resté branché ça va teaser: http://bala2balles.tumblr.com/Facebook: https://www.facebook.com/events/135252449979091/ 

 

Avec :  Les lapins superstars (fanfare déjantée), The Gribitch Brothers & Sisters (Gypsy Punk) DJ Soumnakai (balkan mix), DJ Out of jetlag (electro swing) 

 


 

Création numérique en espace public : quelles transformations de l’urbanité ?
Vendredi 29 mars 2013, 19h30-21h30 à la Gaîté Lyrique
3bis, rue Papin, 75003 Paris Métro Réaumur-Sébastopol

 

ART-NUMERIQUE

Crédit photographique : Olivier Ratsi, Terrasses de l’Agora et Pasha v1, projet WYSI*not*WYG - Anarchitecture à Evry par Olivier Ratsi - Théâtre de l’Agora - Scène nationale d’Evry et de l’Essonne.

 

« Ce qui définit la création numérique c’est qu’elle est un art polymorphe. On ne définit pas l’art par le
médium mais par les pratiques. »
-Dominique Roland,
directeur du Centre des Arts d’Enghien-les-Bains et du festival Bains Numériques.

À la croisée de l’art et des nouvelles technologies, la création numérique se confronte aujourd’hui à la ville. Elle dialogue avec le territoire et y propose de nouveaux modes de représentation, génère une relecture de l’espace, de nouvelles perceptions et des pratiques urbaines inédites. 

Via des outils devenus quotidiens (smartphones, capteurs, écrans tactiles…) les arts numériques en espace public font le lien entre la rue et les espaces publics virtuels, engendrant de nouveaux environnements, de nouveaux usages, de nouvelles relations artiste / spectateur, etc. 

Cette conférence-débat explorera les transformations de l’urbanité pouvant être générées par la création numérique.

 

En présence de :

- Nicolas Rosette, chargé de la programmation des spectacles et expositions arts numériques, Théâtre de l’Agora, scène nationale d’Evry et de l’Essonne et directeur artistique de la biennale « arts-technologies-société », Siana, l’imaginaire des technologies. Il évoquera également le travail de l’artiste Olivier Ratsi dans le cadre de sa résidence à Évry.
www.siana-festival.com / www.fabfest.fr / www.omnsh.org / www.wysi-not-wyg.com

 

-Stéfane Perraud, artiste plasticien, qui nous présentera son œuvre FLUX, commande de la SNCF produite par Digitalarti et présentée jusqu’au 31 mars 2013 à la Gare de l’Est.
www.stefane-perraud.fr

 

-Julien Taïb, conseiller arts numériques chez Arcadi, coordinateur du festival des arts numériques Némo.
www.arcadi.fr/nemo

 

En partenariat avec la Gaîté Lyrique
Rencontre-débat organisée par Juliette Bibasse, Camille Blosse et Bianca Farrugia.

 


 

Cultiver la ville : vers une autre nature urbaine 
Vendredi 5 avril 2013, de 19h à 21h, Salle des fêtes, Mairie de Montreuil

 

NATURE-EN-VILLE

Photo 1: Nina Le Roux, les moutons de l’association CLINAMEN à Saint Denis/ Photo 2: Sarah Harper, parcelle 343 des Murs à pêches à Montreuil.

 

La nature est au cœur des transformations contemporaines de la ville : friches industrielles, jardins partagés, parcs et pelouses interdites, viennent interroger les circulations et les partages qui tissent la vie de l’espace public. Cela n’a pas échappé à nombre d’artistes qui font de ces espaces leurs terrains d’expériences sensibles et politiques et leurs laboratoires du vivant et du social. À la Semeuse d’ Aubervilliers, et à la parcelle 343 des Murs à pêches, une conviction est partagée : plus que l’avenir esthétique de la ville, c’est le futur économique et social de cette dernière qui se joue dans la place qu’elle fera à la nature. 

Comment les artistes réinventent-ils les usages de ces espaces urbains en jachère ? Quelle utopie de la ville et du social travaille ces projets ? Comment, en regard, les pouvoirs publics pensent-ils la gestion de la biodiversité urbaine ? Bref, comment ces
réflexions fabriquent-elles une autre urbanité ? 

Au programme : reportages et créations sonores : une promenade avec un joyeux troupeau, un zapping vert musical et des pousses sonores ...


En présence de :

-Sarah Harper, coordinatrice du projet de la parcelle 343 à Montreuil
www.friches.fr

 

-Margaux Vigne et Guilain Roussel, coordinateur et ex coordinateur du projet la Semeuse aux laboratoires d’Aubervillers
www.leslaboratoires.org


-Joslene Reekers, Conseillère Municipale Déléguée à l’Environnement et la Nature en Ville à Montreuil

 

Au programme également, une visite de la Parcelle 343 à l'intérieur des Murs à pêches, menée par Sarah Harper à 16h30. Jauge limitée à 15 personnes. Réservation obligatoire auprès de Diana Portilla en précisant vos noms/ prénoms et nombre de participants à nana_portilla@hotmail.com ou au 06 47 78 95 36. Le lieu de rdv vous sera précisé par mail après réservation.


Rencontre-débat organisée par Adeline Debatisse, Loyce Hébert et Diana Portilla.

 


 

Le programme 2012 : 

AEP-2012-couv-2.jpg

 

Photo : © Kristian Cvecek / Barcroft.

art [espace] public est un un cycle de rencontres-débats proposé par le master projets culturels dans l’espace public, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, en partenariat avec stradda, magazine de la création hors les murs

 

6ème saison 

Les nouvelles géographies culturelles

Dix projets innovants liant art, culture et territoire

 

Ici et là, ils rebattent les cartes de l'action artistique, inventent d'autres « partages du sensible » et réoxygènent les politiques culturelles. La 6ème édition du cycle art [espace] public explore les nouvelles géographies culturelles en compagnie d’artistes et d’opérateurs culturels, en janvier, février et mars 2012. 

Avec Olivier Comte, les Souffleurs commandos poétiques (la Folle Tentative d’Aubervilliers), Cyril Jaubert, cie Opéra Pagaï (la Maison sur l’eau), Proserpine, l’Apprentie cie (7 clowns, 7 jours, 7 familles, 7 villages), Fred Sancère, Derrière Le Hublot, Danielle Bellini, Champigny sur Marne… Focus sur les théâtres de l’expérience, les fabriques de l’urbanité, les logiques d’infusion territoriale, les artivistes… Cycle dirigé par Pascal Le Brun-Cordier, organisé avec les étudiants du master projets culturels dans l’espace public. 

Première rencontre dans le cadre des Biennales Internationales du Spectacles à Nantes le 18 janvier 2012 de 14h30 à 17h : www.bis2012.com Puis, tous les vendredis à Paris à la Sorbonne, de 19h à 21h, jusqu’au 16 mars. Programme détaillé disponible mi-janvier sur ce site : www.art-espace-public.c.la

 

En écho à ces rencontres, à lire dans Stradda n°23 le dossier Nouvelles géographies culturelles : www.stradda.fr

 


1. LES NOUVELLES GÉOGRAPHIES CULTURELLES 

Rencontre introductive, à Nantes, Cité des Congrès, dans le cadre de la BIS - Biennale Internationale du Spectacle
Mercredi 18 janvier 2012, 14h30/17h. 

Au cours de cette rencontre, présentation et analyse de 4 démarches : 

1-UTOPIES DE PROXIMITÉ. Focus sur "La maison sur l'eau", projet de la compagnie Opéra Pagaï (Bordeaux), présenté sur la Garonne, à Bordeaux, en novembre 2011 dans le cadre d'Evento. Avec Cyril Jaubert, directeur artistique de la compagnie. 

En savoir plus :  www.icicestailleurs.blogspot.com
www.operapagai.com 

2-FABRIQUES DE LIENS. Focus sur le projet "7 jours, 7 clowns, 7 familles", de l'Apprentie Compagnie (Marseille), avec Caroline Obin (Proserpine, clown publique. 

En savoir plus : www.proserpine.fr

3-PERSPECTIVES GÉO-POÉTIQUES. Focus sur La folle tentative d'Aubervilliers : le conseil municipal extraordinaire, les tempêtes de printemps, les levers de rideaux, rue silencieuse... et Forêt sensible. Avec Olivier Comte, directeur artistique des Souffleurs, commando poétique. 

En savoir plus : www.les-souffleurs.fr 

4-INFUSIONS ARTISTIQUES. Focus sur La trilogie gastronome (Cie Ouï dire), avec Fred Sancère, directeur de Derrière Le Hublot (Capdenac). 

En savoir plus : www.derriere-le-hublot.fr

En présence de Danielle Bellini, directrice des affaires culturelles de Champigny-sur-Marne, doctorante en sociologie à Paris 7 Diderot. 

Rencontre présentée par Pascal Le Brun-Cordier, directeur du Master Projets culturels dans l'espace public. 

6ème cycle art [espace] public, "Les nouvelles géographies culturelles".  

 



2. FORÊT SENSIBLE 

En préalable à la rencontre organisée le 3 février 2012 avec les Souffleurs commandos poétiques, nous vous proposons de découvrir Forêt sensible. 

"Forêt sensible est un dispositif onirique tirant de l'imaginaire occidental de la forêt sa puissance hypnotique. L'ambition de ce projet est de plonger chaque promeneur dans sa propre forêt intérieure, comme à l'intérieur d'un rêve, du déroulement de son rêve." 

Forêt sensible à Coulommiers / Intérieur nuit. Vendredi 27 janvier 2012, promenade libre entre 20h30 et 23h00 à la Sucrerie, 77 Rue du Général Leclerc, 77120 Coulommiers. Entrée libre et gratuite. Un échange sur cette expérience sera proposé lors de la rencontre du 3 février à La Sorbonne. 

Départ de Paris : 18h59 GARE DE L'EST. Prendre le train CITU en Direction de COULOMMIERS 
Arrivée : 20h à la GARE DE COULOMMIERS. Marche à pied : 13 min jusqu'à la sucrerie, arrivé à 20h13. 

1. Prendre la direction ouest sur Rue de la Gare vers Rue Davene 
2. Tourner légèrement à droite pour continuer sur Rue de la Gare 
3. Au rond-point, prendre la 1ère sortie sur Av. Léon Blum/D934 
4. Prendre à gauche sur Rue du Général Leclerc/D934
Votre destination se trouvera sur la droite

Pendant le trajet Paris > Coulommiers, une expérience de mise en condition vous sera proposée. Rendez-vous dans le premier wagon du train avec un livre de poésie et des boules Quiès. Le protocole poétique vous sera expliqué sur place ! Projet "En tendre" réalisé par Camille Simon, Lisa Moneret, Camille Michel, Sylvain Hardy, Laurie Castel, Arthur Mayadoux. 

Retours possibles > Départ : 21h36 GARE DE COULOMMIERS. Prendre le train PITU, direction PARIS EST. Arrivée : 22h42 GARE DE L'EST. 

Dernier train > Départ : 22h36 De l'arrêt GARE DE COULOMMIERS. Prendre le train PITU, direction PARIS EST. Arrivée : 23h42 GARE DE L'EST. 

En savoir plus : www.les-souffleurs.fr 

6ème cycle art [espace] public, "Les nouvelles géographies culturelles".  


3. PERSPECTIVES GÉO-POÉTIQUES. 

Focus sur la folle tentative d'Aubervilliers : le conseil municipal extraordinaire, les tempêtes de printemps, les levers de rideaux, rue silencieuse... et Forêt sensible. Présentation et analyse avec Olivier Comte, directeur artistique des Souffleurs, commando poétique. 

Rencontre préparée par Marion Marchand, Lisa Moneret, Camille Michel et Laurie Castel. 

En savoir plus : www.les-souffleurs.fr 

6ème cycle art [espace] public, "Les nouvelles géographies culturelles", vendredi 3 février 2012, 19h/21h, à la Sorbonne, 1 rue Victor Cousin (place de la Sorbonne), amphi de gestion. Accueil dès 18h30. Entrée libre dans la limite des places disponibles. 

 
Foret-sensible.jpg



4. UTOPIES DE PROXIMITÉ. 

Focus sur "La maison sur l'eau", projet de la compagnie Opéra Pagaï (Bordeaux), présenté sur la Garonne, à Bordeaux, en novembre 2011 dans le cadre d'Evento et sur plusieurs "Entreprises de détournement" d'Opéra Pagaï. Présentation et analyse avec Cyril Jaubert, directeur artistique de la compagnie. 

Rencontre préparée par Renaud Cousin, Camille Simon, Sylvain Hardy, Emilie Métris, Lisa Monneret. 

En savoir plus :  www.icicestailleurs.blogspot.com
www.operapagai.com 

6ème cycle art [espace] public, "Les nouvelles géographies culturelles", vendredi 10 février 2012, 19h/21h, à la Sorbonne, 1 rue Victor Cousin (place de la Sorbonne), amphi de gestion. Accueil dès 18h30. Entrée libre dans la limite des places disponibles. 

 



5. LES THÉÂTRES DOCUMENTAIRES  
 
Comment et pourquoi le témoignage rencontre-t-il le théâtre ? Comment et en quoi la place du spectateur est mise en question et réinventée ? Quels sont les enjeux de telles représentations pour la cité ? Exploration illustrée et commentée des formes contemporaines du théâtre documentaire, avec : 
-Jack Souvant (collectif Bonheur Intérieur Brut), créateur de Ticket, expérience immersive dans la clandestinité, documentaire-fiction sur l'immigration clandestine, "un théâtre d'urgence qui nous confronte à l'expérience physique du voyage, du noir, de la peur, et de l'espoir d'une vie meilleure". http://vimeo.com/14673620 
-Philippe Mourrat, directeur de la Maison des Métallos, un lieu « qui valorise des questions de fond traversant la société contemporaine », et notamment des créations partagées et des spectacles de théâtre documentaire.  

Au cours de cette rencontre-débat, il sera aussi question des créations de Stefan Kaegi et Rimini Protokoll, du GdRA, du Groupe Berlin, de la compagnie HVDZ, de Lina Saneh et Rabih Mroué... 

Rencontre-débat préparée par Sylvain Hardy et Arthur Mayadoux, avec la participation de Danielle Bellini, directrice des affaires culturelles de Champigny-sur-Marne, dans le cadre du 6ème cycle art [espace] public, "Les nouvelles géographies culturelles", dirigé par Pascal Le Brun-Cordier. Organisé par le Master professionnel Projets culturels dans l'espace public (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR 04 Arts plastiques et sciences de l'art), en partenariat avec Stradda, magazine de la création hors les murs. 

Vendredi 17 février 2012 à la Sorbonne, amphi de gestion, 1 rue Victor Cousin (place de la Sorbonne), de 19h à 21h, accueil dès 18h30). Précisions : http://www.art-espace-public.c.la 

 

6. ESPACES PUBLICS POST-RÉVOLUTIONNAIRES. FOCUS SUR TUNIS. 


Comment l'espace public tunisien s'est-il transformé depuis la Révolution ? Comment les artistes y interviennent-ils ? Avec Tahar Chikhaoui, critique de cinéma, universitaire (Université de Tunis, La Manouba), Moufida Fedhila, artiste, Selma Ouissi, chorégraphe, Dream City (manifestation artistique dans l'espace public, Tunis), Jean-Sébastien Steil, accompagnateur de projets artistiques. 

Rencontre préparée par Pauline Séjourné, Marion Marchand, Camille Levêque, Lucile Ribeaudeau. Dans le cadre du 6ème cycle art [espace] public, "Les nouvelles géographies culturelles", dirigé par Pascal Le Brun-Cordier. Organisé par le Master professionnel Projets culturels dans l'espace public (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR 04 Arts plastiques et sciences de l'art), en partenariat avec Stradda, magazine de la création hors les murs. 

Vendredi 24 février 2012 à la Sorbonne, amphi de gestion, 1 rue Victor Cousin (place de la Sorbonne), de 19h à 21h, accueil dès 18h30). Précisions : http://www.art-espace-public.c.la 

 
1-1.jpg


7. INFUSIONS ARTISTIQUES (1ère partie). Définitions, enjeux et effets. 

Aux antipodes de la diffusion artistique conventionnelle, certains artistes et acteurs culturels font le choix de "l'infusion”. Comment leurs projets sont-ils développés ? Que provoquent-ils ? Quelles nouvelles géographies artistiques et culturelles dessinent-ils ? Exploration illustrée et commentée avec Christophe Blandin-Estournet, directeur de CultureOCentre / festival Excentriques, Sarah Harper, Friche Théâtre Urbain, et Caroline Obin, Proserpine clown publique (Cie l'Apprentie Compagnie). Avec la participation de Danielle Bellini, directrice des affaires culturelles de Champigny-sur-Marne. 

Rencontre préparée par Camille Rondeau, Samia El Ouazzani, Cécile Demessine, Camille Levêque, Camille Simon. Dans le cadre du 6ème cycle art [espace] public, "Les nouvelles géographies culturelles", dirigé par Pascal Le Brun-Cordier. Organisé par le Master professionnel Projets culturels dans l'espace public (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR 04 Arts plastiques et sciences de l'art), en partenariat avec Stradda, magazine de la création hors les murs. 

Vendredi 2 mars 2012, de 19h à 21h, à L’Avant Rue, 134 rue de Tocqueville, Paris 17ème, Métro Villiers ou Wagram. Boissons et restauration légère proposés sur place. Accueil dès 18h30. 
 

http://www.courrier-picard.fr/var/plain_site/storage/images/actualites/info-locale/compiegne-noyon-creil/les-artistes-du-cirque-actuel-entrent-en-piste/2787468-1-fre-FR/Les-artistes-du-cirque-actuel-entrent-en-piste_reference.jpg
 


8. INFUSIONS ARTISTIQUES (2ème partie) : Comment questionner le devenir urbain dans le temps long du chantier de la ville

Focus sur les projets du groupe Ici-Même Paris. Avec Mark Etc, directeur artistique. 

Depuis 2009, ICI-MEME [Paris] est à l’initiative de LIENS PUBLICS, programme d'actions et de créations hors les murs consacrées à la compréhension de faits urbains et LIENS PUBLICS s’adresse aux riverains dans les quartiers et propose des usages exploratoires et des protocoles d’exploration artistiques de la ville, pour se situer, comprendre et investir le cadre de vie. Les formes artistiques sont spécialement définies en fonction des lieux. Initiative hors norme, toutes les étapes de conception et de mise en oeuvre des projets s'échelonnent sur plusieurs années en résidence de quartier de façon à investir le temps du développement urbain. L’objectif est de questionner le devenir urbain. 

Focus sur 3 résidences de quartier en cours :
- quartier Saint-Blaise, Paris XXè (11 900 habitants) avec la création "AIRPOST, feuilleton fantastique"
- quartier de la Redoute, Fontenay-sous-Bois (3400 habitants), avec la création "POURQUOI QUELQUE CHOSE PLUTOT QUE RIEN ?, chronique graphique"
- quartier Masséna-Bruneseau dans la Zac Paris rive gauche au contact d’Ivry Port 20000 habitants, salariés, étudiants) avec les interventions de "EXPLORER LA FACE B".

Rencontre préparée par Sylvain Hardy, Valentin Szejnman, Cécile Demessine, Emilie Métris. Dans le cadre du 6ème cycle art [espace] public, "Les nouvelles géographies culturelles", dirigé par Pascal Le Brun-Cordier. Organisé par le Master professionnel Projets culturels dans l'espace public (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR 04 Arts plastiques et sciences de l'art), en partenariat avec Stradda, magazine de la création hors les murs. 

Vendredi 9 mars 2012 à la Sorbonne, amphi de gestion, 1 rue Victor Cousin (place de la Sorbonne), de 19h à 21h, accueil dès 18h30). Précisions : http://www.art-espace-public.c.la

http://icimeme.info/files/gimgs/5_icimgravite26.jpg


9. LA FABRIQUE DE L'URBANITÉ. 

Expertise sensible, action artistique dans l'espace public, co-invention de projets urbains : comment les artistes contribuent-ils à la fabrique de l'urbanité ? Focus sur des projets développés par Maud Le Floch, urbaniste-scénariste, directrice du pOlau, pôle des arts urbains (Tours), et sur LIEU d'ÊTRE, projet artistique d'Annick Charlot, chorégraphe, compagnie Acte (Lyon), avec la participation de Farid Ayelem Rahmouni, danseur de la compagnie Acte. 

Rencontre préparée par Lucile Ribeaudeau, Cécile Demessine, Samia El Ouazzani, Camille Rondeau. Dans le cadre du 6ème cycle art [espace] public, "Les nouvelles géographies culturelles", dirigé par Pascal Le Brun-Cordier. Organisé par le Master professionnel Projets culturels dans l'espace public (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR 04 Arts plastiques et sciences de l'art), en partenariat avec Stradda, magazine de la création hors les murs. 

Vendredi 16 mars 2012 à la Sorbonne, amphi de gestion, 1 rue Victor Cousin (place de la Sorbonne), de 19h à 21h, accueil dès 18h30). Précisions : http://www.art-espace-public.c.la

  

Archives des cycles 20072008200920102011. 17 entretiens vidéos réalisés en 2010.  

Programme complet (et inscription à la newsletter du Master, pour recevoir les prochaines alertes) : http://art-espace-public.c.la 

 

Cycle organisé en partenariat avec Stradda, magazine de la création hors les murs. 

En écho à ces rencontres, à lire dans Stradda n°23 un dossier sur les nouvelles géographies culturelles. www.stradda.fr

LOGO STRADDA 2

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans art [espace] public
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 23:11

cdlrlogochalonrue__054847300_2015_29122010-copie-1.pngRetrouvez le Master Projets Culturels dans l’Espace Public et l'association Objet(s) Public(s) avec la FAI AR - Formation Avancée et Itinérante des Arts de la Rue, l’association Regards et Mouvement, l'Hostellerie de l’Ance Pontempeyrat, l’AFDAS, Pôle emploi (sous réserve) et d’autres structuresau festival Chalon dans la rue à Chalon sur Saône vendredi 20 juillet 2012 de 12h30 à 14h30 au Verger. Entrée libre !

 


Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Actualité du Master
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 22:32

Dans le cadre du festival Printemps des Rues

Colleurs.jpg


/////  LeGroupeDesColleursDeSignalétiques /////

  
Collage urbain et collectif

  
10 000 photographies à coller dans l’espace public 

  
 les 27 & 28 avril 2012 / Paris 10ème.  

   
  

 
Collage dansant - Vendredi  27 avril 2012, à partir de 22h, Pointe Poulmarch, Paris Xème.
   
Collage général - Samedi 28 avril, à partir de 15h, autour de Pointe Poulmarch, Paris Xème.

 
Colleurs.jpg
  
///// Infos pratiques 

> Date & Horaires : vendredi 27  à partir de 22h / samedi 28 avril 2012 de 15h à 18h.

> Lieu : la pointe Poulmarch (croisement rue Jean Poulmarch et quai de Valmy) et ses environs, 10ème arrondissement de Paris.

> Accès : Métro Château d’eau (Ligne 4), Jacques Bonsergent (Ligne 5), République (Lignes 3, 5, 8, 9, 11) et Goncourt (Ligne 11), Bus.

> Tarif : gratuit.

> Avant le 27 avril, retrouvez la collection sur 
 LeGroupeDesCollectionneursDeSignalétique2
Retrouvez la page de l’évènement 
 LeGroupeDesColleursDeSignalétiques.

> Pour en parler 
 #LGCS
///// Contacts

Camille Lévêque / Arthur Mayadoux
@ : colleursdesignalétiques@yahoo.com
Tel : 06 77 49 17 73 / 06 87 43 02 82

 
Un projet proposé par Camille Lévêque, Arthur Mayadoux, Lucile Ribeaudeau, Pauline Séjourné et la ktha compagnie.
Réalisé avec les photographies du GroupeDesCollectionneursDeSignalétiques
 
Une coproduction Objet(s) Public(s) / ktha compagnie accueillie par le festival Printemps des Rues
Avec le soutien du FSDIE (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), du CROUS et du Master 2 Projets culturels dans l’espace public.

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Actualité du Master
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 00:11

xProgramme art espace public 2011 - copie

CYCLE DE RENCONTRES-DÉBATS ET D'EXPÉRIENCES SINGULIÈRES PROPOSÉ PAR LE MASTER PROJETS CULTURELS DANS L’ESPACE PUBLIC - UNIVERSITÉ PARIS 1 PANTHÉON-SORBONNE - EN PARTENARIAT AVEC STRADDA, MAGAZINE DE LA CRÉATION HORS LES MURS - 5ÈME SAISON - TOUS LES VENDREDIS DU 18 FÉVRIER AU 1ER AVRIL 2011, 19H-21H À LA SORBONNE (AMPHI DE GESTION), 1 RUE VICTOR COUSIN, PARIS 5ÈME - ENTRÉE LIBRE APRÈS INSCRIPTION (VOIR PLUS LOIN). TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME EN PDF


Artiviste, que fais-tu ? 

En quoi l'art en espace public est-il politique ? En 2010, les treize rencontres que nous avons organisées, et les propositions artistiques qui les accompagnaient, nous ont permis de valider une hypothèse : le caractère politique de l'art en espace public tient souvent moins aux contenus portés dans l'espace public par les artistes qu'aux dispositifs d'espace public qu'ils inventent, et notamment à leur capacité à susciter de nouveaux "partages du sensible", bousculant l'ordre des évidences et les configurations constitutives de notre monde commun. 

La 5ème saison du cycle art [espace] public sera l'occasion de poursuivre et de préciser cette analyse. Les artivistes (artistes-activistes) invités cette année inventent ici et là, dans l'espace public, des formes d'action souvent étonnantes et détonnantes, toujours vivement politiques. En compagnie de Stéphanie Lemoine et Samira Ouardi, avec qui nous avons conçu ces rencontres, nous leur demanderons quelles sont leurs pratiques et quels sont leurs effets.  

Pascal Le Brun-Cordier 
Professeur associé, directeur du Master 
Projets Culturels dans l'Espace Public


« L’artivisme est l’art d’artistes activistes. Il est parfois l’art sans artiste mais avec des militants. Art engagé et engageant, il cherche à nous mobiliser, à faire prendre position, il propose des outils d’action et de transformation. De même que le queer pose l'existence d'un troisième genre par delà féminin et masculin, de même l'artivisme suggère qu'il existe un troisième terme entre esthétique et politique. » 

 
Stéphanie Lemoine et Samira Ouardi, 
Artivisme. Art, action politique et résistances culturelles, Éditions Alternatives, 2010. 

 

Les rencontres-débats sont préparées par Sylvie Alves Pereira, Coline Berlaud, Cécile Bourgade, Marion Clerc, Pauline Cornec, Aurore de Saint Fraud, Etienne Delprat, Caroline Gauthier, Eun-Yeob Jeong, Martin Julhès, Bérangère Magaud, Frédérique Monblanc, Clément Omnes, Marine Pugin, Clara Stein, Camille Talva, Alice Tucker, étudiant.e.s au sein du Master Projets Culturels dans l’Espace Public en 2010/2011. Direction du cycle : Pascal Le Brun-Cordier, avec Samira Ouardi et Stéphanie Lemoine

 
GG Fist

1. QUAND L'ART RENCONTRE L'ACTIVISME : 
GÉNÉALOGIE ET CARTOGRAPHIE DE L'ARTIVISME 

18/2/2011 

À l’opposé d’un art de propagande ou de dénonciation, l’artivisme invente et expérimente des formes de résistance et d’action qui parient sur le pouvoir de la créativité, de l’imagination, de l’humour,  du détournement ou du jeu. Enfant des avant-gardes, il hérite aussi de la contre-culture, des cultures populaires et des répertoires protestataires festifs qui nourrissent la contestation depuis des siècles. Au cœur des sociétés occidentales contemporaines, l’artivisme se déploie en une galaxie où se croisent l’insurrection poétique de John Jordan et du Laboratoire d’Imagination Insurrectionnelle, les performances de Révérend Billy ou Steven Cohen, les canulars médiatiques de Yes Men, les collages planétaires de JR et les flibustiers de la guérilla pâtissière, les détournements de Banksy et du Billboard Liberation Front, les Zones d’Autonomie Temporaire des Space hijackers et de Burning Man et les charges des « hacktivistes » contre les industries culturelles... Une exploration proposée par Stéphanie Lemoine et Samira Ouardi, auteures d’Artivisme. Art, action politique et résistances culturelles (éditions Alternatives, 2010), en présence notamment d’Emmanuelle Dreyfus, journaliste (Stradda). 

http://www.artivisme.tv


Inscrivez-vous ! 

 

 


2. LABORATOIRE D’IMAGINATION INSURRECTIONNELLE 
Expérimenter le pouvoir politique de la créativité. 

25/2/2011
 
pvb6.jpg

Il n’y a pas de limite entre art et activisme mais des jonctions, des interstices. Entre art et politique, créativité et résistance, il s’agit d’investir ces territoires d’expériences partagées au profit d’une synergie créative, engagée et audacieuse. « Avec l’art, il s’agit de changer le monde, pas simplement de montrer ce qui ne va pas. » A l’opposé d’un art politique purement représentatif, John Jordan, artiste activiste, a dédié son travail de création à l’invention de formes poétiques d’insurrection inspirées de l’« action directe non violente » : « En fusionnant art et activisme, on ouvre des espaces pour l’inattendu, l’inimaginable». Instigateur de nombreux soulèvements artivistes à l’instar de Reclaim the Streets, la CIRCA – armée de clowns rebelles – ou encore les machines de désobéissance civile ayant envahi Copenhague lors du sommet climatique de 2009 (Bike Block), il anime aujourd’hui le Labofii – Laboratory for Imaginative Insurrection – explorant  de nouvelles alternatives de résistance et vient de co-créer avec Isabelle Frémeaux, les Sentiers de l’Utopie (Ed. Zones), livre-film explorant des univers post-capitalistes rêvés en Europe. Lors de cette rencontre, il partagera avec nous certains de ses outils et tactiques.

http://labofii.net
http://utopias.eu/what

 

Inscrivez-vous ! 

 


3. RÊVE GÉNÉRALE 
4/3/2011

Reve_generale.jpg« UTOPISTE DEBOUT », « RÊVE GÉNÉRALE », « JE LUTTE DES CLASSES »... Qui n’a pas déjà été confronté-e à ces signifiants papillons autocollants ? Arborés au cours d’une manifestation, placardés sur un mur ou sur le mobilier urbain, ces messages interpellent le regard et marquent les esprits. Là où d’autres graphistes mettent la force du signe au service du marketing et de la consommation, Gérard Paris-Clavel affirme que le graphisme peut et doit contribuer aux luttes pour la transformation sociale. Avec l’association Ne Pas Plier, ce graphiste lutte pour qu’« aux signes de la misère ne vienne pas s’ajouter la misère des signes ». Comment les images s’inscrivent-elles dans l’espace public ? Quel est leur sens politique ? Les images peuvent-elles effectivement transformer notre rapport au monde ? 

www.nepasplier.fr


Inscrivez-vous ! 

 



4. ARCHÉOLOGIE POLITIQUE

DE L’ATTENTAT PÂTISSIER 

11/3/2011 

billgates6.jpgLa guérilla pâtissière sévit. Vous êtes une « célébrité arrogante et m’as-tu-vu courtisée par les racloirs à parquets ? » Restez vigilant-e. Georges Le Gloupier, alias Noël Godin, vous ou moi, n’est pas loin. Avec ses nombreux complices, il livre une bataille symbolique et médiatique contre les figures arrogantes du pouvoir. Enfant terrible du burlesque, marxiste tendance Groucho, praticien d’un théâtre guérilla onctueux, Noël Godin et les troupes pataphysiques de l’Internationale pâtissière partagent avec les yippies méthodes et buts : tout foutre en l’air, saboter joyeusement le système, répandre l’anarchie. La tarte à la crème, une arme politique ? Le lancer de tarte, un geste artiviste ? Dans quelle mesure ? Avec quelle portée ? Georges Le Gloupier viendra en débattre et nous faire découvrir ce qui se cache ou se révèle sous la chantilly. 

http://www.gloupgloup.be

 

Inscrivez-vous ! 

 


5. CARTOGRAPHIES ARTIVISTES :  
SE RÉAPPROPRIER UNE TECHNOLOGIE DU POUVOIR 

18/3/2011

clearchannel.gifOutil de toutes les guerres, la carte est une technologie de l’autorité dont l’horizon est le contrôle : par elle, il s’agit de localiser et visualiser mais aussi de définir, délimiter, rendre visible ou invisible. En ces temps de surveillance informationnelle généralisée, ils sont nombreux, artistes-activistes et activistes-artistes, à y voir le lieu d’une lutte stratégique et l’occasion d’une production tactique d’outils de résistance. De l’IAA - Institut of Applied Autonomy au Bureau d’études en passant par Trevor Paglen, ils sont des dizaines à faire de la cartographie radicale. Stany Cambot, architecte artiviste, initiateur du groupe Échelle Inconnue, présentera des projets visant à « combattre, avec la ville que l’on voudrait et qui ne figure pas au cadastre, la ville qui y figure ». 

www.echelleinconnue.net
http://bureaudetudes.org
www.appliedautonomy.com
www.radicalcartography.net
www.an-atlas.com
www.paglen.com
http://www.citymined.org

 

Inscrivez-vous ! 

 

 


6. ECO-TACTIQUES POUR REPENSER L’ESPACE PUBLIC 
25/3/2011

guerilla_gardeners-1049ffc.jpg

La question de la richesse, de sa nature et de son partage, est devenue une problématique écologique. Suivant cette redéfinition du commun et du juste, certains artistes font de l’écologie leur terrain d’intervention. Olivier Darné, fondateur du Parti Poétique, contribue avec son projet de Banque du miel à repenser la question de la valeur : « le temps ce n’est pas que de l’argent / time is honey ! ». La revalorisation du patrimoine territorial en trésor environnemental est aussi la voie explorée par les artivistes du « guerilla gardening » : en disséminant des graines, ils proposent une réappropriation des espaces publics urbains. Cette confrontation entre l’« happyculteur » et les éco-guérilleros permettra de mieux comprendre les enjeux artistiques et politiques de cet artivisme environnemental. 

www.parti-poetique.org
www.guerrillagardening.org
http://www.guerilla-gardening-france.fr

 

Inscrivez-vous ! 


 


7. JR : WOMEN ARE HEROES ? 
1/4/2011

 

Des banlieues parisiennes aux favelas brésiliennes, des bidonvilles du Kenya aux rues de Delhi, JR colle dans l’espace public des portraits géants d’anonymes. En quelques mois, il s’est imposé dans les média comme la figure de l’artiste « engagé et engageant ». Son travail a récemment été récompensé par le prestigieux Ted Prize. Fruits de projets collaboratifs, ses collages spectaculaires et poétiques ré-enchantent les murs, élargissent l’imaginaire collectif, produisent une critique en acte des images médiatiques. Le film Women are heroes, sorti en janvier 2011, transporte ces images des murs à l'écran. Comment ce changement de support et de contexte transforme-t-il son projet ? Quel sens donner à l’héroïsation des femmes qu’il nous fait découvrir ? JR est-il féministe ? Autant de questions autour desquelles il est invité à échanger, après nous avoir ouvert les portes de sa fabrique d’images.

http://jr-art.net 

 

Inscrivez-vous ! 

 

 

PROGRAMME COMPLET EN PDF

 

 

 

Les rencontres-débats sont préparées par Coline Berlaud, Cécile Bourgade, Sylvie Alves Pereira, Marion Clerc, Pauline Cornec, Aurore de Saint Fraud, Etienne Delprat, Caroline Gauthier, Eun-Yeob Jeong, Martin Julhès, Bérangère Magaud, Frédérique Monblanc, Clément Omnes, Marine Pugin, Clara Stein, Camille Talva, Alice Tucker, étudiant-e-s au sein du Master Projets Culturels dans l’Espace  Public en 2010/2011. Direction du cycle : Pascal Le Brun-Cordier,  avec Samira Ouardi et Stéphanie Lemoine.

 

Cycle organisé en partenariat avec Stradda, magazine de la création hors les murs. 

LOGO STRADDA 2

 

 

Archives des précédents cycles : 2007200820092010

Cycle organisé dans le cadre du programme Arts & espaces publics du CRICC (LETA). 

 

Revue de presse : 

liberation-logo

Le Monde - Bonnes Nouvelles  

L'art et la culture en ville 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans art [espace] public
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 07:46
Quelques-unes des structures avec lesquelles des projets ont été développés depuis 2005 :

siteoff0
     Logo ZAT Montpellier ^

 
  
                              


Partenariats avec des institutions et structures professionnelles :

Le Master développe depuis 2005 un partenariat avec HorsLesMurs, Centre national de ressources pour les arts de la rue et les arts du cirque, et la magazine Stradda, notamment pour l'organisation du cycle art [espace] public.

Le Master était partenaire du WIP Villette, laboratoire permanent du dialogue art/société, pour l'organisation de trois rencontres-débats dans le cadre du cycle art [espace] public 2010. 

Le Ministère de la culture et de la communication a soutenu le Master pour l'organisation du cycle art espace public, dans le cadre du Temps des Arts de la Rue en 2007 et 2008.

Le Master est soutenu par des associations, institutions publiques, entreprises, collectivités territoriales, via notamment la taxe d'apprentissage, l'accueil d'étudiants dans le cadre de stages, de missions ou de voyages d'étude, la participation aux rencontres-débats ou l'intervention de professionnels dans le cadre de la formation.

Partenariats sur le plan de la recherche :

Le Master est adossé au LETA, Laboratoire d'Esthétique Théorique et Appliquée, EA 2478 / CRICC, Centre de Recherche Images et Cognitions. 

Un projet a été développé avec le réseau Arts de Ville UMR CNRS 5600 "Environnement, Ville, Société" dirigé par Philippe Chaudoir, Maître de conférences, Institut d'Urbanisme de Lyon, enseignant au sein du Master Projets Culturels dans l'Espace Public. 
 
Partenariats avec les associations étudiantes : 

Les étudiants du Master, anciens et actuels, se sont regroupés au sein de l'association Objet(s) Public(s)
            
Structures ayant accueilli des étudiants du Master en stage : 

Lille 3000 Association InfiltraSons CITI, Centre International pour le Théâtre Itinérant La Villette - EPPGHV L'Usine, lieu conventionné dédié aux arts de la rue Le Prisme. Centre de développement artistique de Saint-Quentin-en-Yvelines Les Bohèmes, association de théâtre Melkior Théâtre - La Gare Mondiale Les Francofolies Théâtre Firmin Gémier Eva Albarran, Agence de production artistique Association Kosmopolite Festival de Biarritz, cinémas et cultures d'Amérique Latine Art Public Contemporain Association Lille 2006-2008 Scènes de cirque Académie Festivals des Arcs Association Artskool Association GITHEC Association Parti poétique Le Fourneau. Centre national des arts de la rue New Dance Alliance / Karen Bernard / Performance Space 122 Centre Culturel Espagnol de Montevideo (Uruguay) Festival Cergy, soit ! Ville de Cergy Karwan, pôle de développement et de diffusion des arts de la rue et des arts du cirque. FNAC - siège national Art Public Contemporain L'Usine, scène conventionnée des arts de la rue Cheptel Aleikoum Mission Départementale de la Culture de l’Aveyron Fondation de France La Muse en circuit, Centre national de création musicale Collectif 12 / Friche A Malraux Cultures du cœur National Le Lieu Unique dans le cadre de l'événement Estuaire 2007 Crear vale la pena Association Les Escales de Saint-Nazaire Market Place Association Le Parti Poétique Culture Commune, scène nationale du bassin minier du Pas-de-Calais Le CENTQUATRE établissement culturel de la ville de Paris Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis Association Le Nombril du Monde Asbl Zinneke Projet TRANS305 , programme d'accompagnement artistique et culturel du chantier de la ZAC du Plateau Centre Culturel d'Espagne à Mexico Agence Le Hub NPE Communauté d'Aggomération du Val d'Orge (EPCI) Culture Factory Polymer Direction des Affaires Culturelles, Département de l'Art dans la Ville (DAV) Ville de Paris Association le Parti Poétique - La "Banque du miel" Compagnie ilotopie - CNAR le Citron jaune - festival les Envies Rhônement Culturesfrance au pôle danse Le Séchoir, Scène conventionnée de Saint Leu Saint-Denis Commission européenne, Direction Générale Education et Culture, Direction de la Culture, de la Communication et du Multilinguisme, Unité Communication et Valorisation La Ferme du Buisson / Scène Nationale de Marne la Vallée Cie T.Public Le Hub Agence CirQ'ônflex et Cie Toron Blues Centre National de la Danse Contemporaine Arcane CENTQUATRE La Ferme du Buisson, Scène Nationale de Marne-La-Vallée pOlau, pôle des arts urbains Estuaire 2009 (Lieu Unique Nantes)  Centre International d'art et du paysage de l'île de Vasivière... 
 


Vous êtes : artiste, opérateur culturel, élu, cadre dans une collectivité territoriale, directeur artistique ou administrateur d'une compagnie, galeriste, programmateur... ; vous souhaiteriez développer un partenariat avec nous ? N'hésitez pas à nous contacter, notamment pour :

-proposer aux étudiants des stages / missions > conception, mise en œuvre et développement de projet, étude de faisabilité, recherche-action, production d'événement, audit, recherche de partenariat, accompagnement de programmation, conception et mise en œuvre d'actions de médiation... Les étudiants peuvent être libres une à deux journées par semaine entre octobre et mars, puis à temps plein à partir du mois d'avril, dans le cadre d'un stage ou d'un contrat salarié. Nous contacter.

-participer à nos rencontres-débats publiques > inscrivez-vous à notre lettre d'information (page d'accueil du site).

-nous aider à développer notre formation > en affectant au Master toute ou partie de votre Taxe d'Apprentissage > informations et marche à suivre.







Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Partenaires
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 14:24
 

Stradda, n°3, janvier 2007
Article paru à l'été 2015

La Gazette des Communes, 3 avril 2006

 


La Scène, n°41, juin 2006


La Scène, n°41, juin 2006

 


Le Nouvel Observateur, 31 mai 2007

 

Libération, 28 mars 2008

Victoire / Le Soir (Bruxelles) août 2008
              La Lettre du cadre territorial.fr (mai 2008)

La Sc ne n 65 4fd9b88ff0fc3

Article consacré au Master PCEP (juin 2012)

 

 

Par ailleurs :

-La Scène, été 2015, a publié un article consacré à l'engagement des jeune professionnels : le Master PCEP est largement cité dans l'article ! Lire l'article.  

-La Scène n°65 (été 2012) a publié un article consacré aux Masters culture. Le Master PCEP y est largement cité, positivement. 

-La Scène n°59 (hiver 2010-2011) a publié une enquête consacrée aux Masters culture. Deux anciennes étudiantes du Master PCEP sont citées. 

-Le Nouvel Observateur du 31 mai 2007 a publié une liste de 450 "diplômes gagnants", “pépites de l’université”, parmi lesquels figure le Master Projets Culturels dans l'Espace Public. C'est ici

-Le Master a été invité lors d'un séminaire européen consacré aux formations art et espace public, à Barcelone les 8 et 9 février 2007. Un article (en espagnol) sur ce séminaire a été publié.

-"Resserrer les liens entre création, populations et territoires", tribune parue dans le magazine La Scène n°45, juin 2007.

-Pour télécharger l'article paru dans Stradda (voir plus haut) en version texte, ou en version originale.

-Le site Territorial.fr (François Deschamps, Lettre d'information du réseau culture) cite le Master Projets Culturels dans l'Espace Public parmi les six principaux Masters culturels.

-Le Master sur la toile.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Actualité du Master
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 19:22
Le Nouvel Observateur du 31 mai 2007 a publié un palmarès de "diplômes gagnants", “pépites de l’université”, parmi lesquels figure le Master Projets Culturels dans l'Espace Public.

Extrait : "L'université, une voie sans issue ? Le cliché a la vie dure mais ne correspond en rien à la réalité. (...) Le Master Projets Culturels dans l'Espace Public > Atouts : La sélectivité du diplôme (350 dossiers pour 20 reçus), et l'accompagnement des élèves (préparation aux concours de la fonction publique territoriale, enseignement d'accompagnement à la création d'entreprise et d'association, atelier CV, rencontres de professionnels, etc...)" La suite, c'est ici. D'autres articles sur le Master Projets Culturels dans l'Espace Public : c'est . Pour des témoignages d'anciens étudiants.



L'AERES, Agence d'Evaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur (autorité administrative indépendante chargée de réaliser l’évaluation des établissements et des organismes, des unités de recherche, des formations et des diplômes de l’enseignement supérieur), a procédé en 2008 à une évaluation du Master Projets Culturels dans l'Espace Public, qui a obtenu l'évaluation positive la plus élevée (A+). Extraits des commentaires de l'AERES : "formation excellente", "organisation pédagogique dynamique", "ouverture sur l'extérieur remarquable", "attractivité importante", "formation très complète", "ancrage professionnel fort". Lire le rapport de l'AERES dans son intégralité. 

Partager cet article

Repost 0
Published by masterpcep - dans Actualité du Master
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 14:34

Le pOlau a été récompensé par le Palmarès des Jeunes Urbanistes 2010. Le pOlau est un Pôle de recherche sur les arts et la ville, un laboratoire de projet. Installé dans l’agglomération de Tours et œuvrant à l’échelle nationale, le pOlau - pôle des arts urbains développe sa position interface de plate-forme de recherche et d’expérimentations entre acteurs artistiques, culturels et urbains. Ses activités articulent trois registres : le soutien à la création artistique urbaine ; la conception de programmations d'interprétation sensible de la ville ; la prospective urbaine (sessions de recherche, conseil et expertise). Le pOlau est l’initiative de Maud Le Floc’h, urbaniste-scénariste (Mission-Repérage(s), Compagnie Off, Rayons Frais). Son Président est Luc Gwiazdzinski, géographe. Ils sont tous les deux intervenants au sein du Master Projets Culturels dans l'Espace Public. Lors de cette remise du prix, aux côtés de Maud Le Floc'h et Luc Gwiazdzinski : Julien Nicolas, coordinateur du pOlau, ancien étudiant du Master, tout comme Zoe Déhays, qui était stagiaire au pOlau en 2010 et en est aujourd'hui une collaboratrice régulière. 
 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 22:49

Logo-ZAT-Montpellier--.jpg

Les 17 étudiants du Master Projets Culturels dans l'Espace Public effectuent un voyage d'étude à Montpellier du 10 au 15 novembre 2010 et participent à la ZAT - Zone Artistique Temporaire Antigone, du 11 au 14 novembre. 

 

Retrouvez le ZATing réalisé par les étudiants à l'occasion de cette 1ère ZAT sur le site zat.montpellier.fr 

Partager cet article

Repost 0
Published by
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 11:41

Ces entretiens ont été réalisés à l'issue des rencontres du cycle art [espace] public 2010

Une performance réalisée le jeudi 25 mars 2010 par les étudiants du Master.

À l'occasion des 150 ans de l'annexion du 20ème arrondissement avec le 11ème, au carrefour de Belleville, véritable point frontière entre quatre arrondissements, il s'agissait de former un manège coloré et poétique, rappelant le carrousel présent à côté du carrefour et la circulation de la journée. Parler de cette foule et de cette rotation incessante, en convoquant Edith Piaf, née, selon la légende, dans la rue de Belleville. Une diffusion pirate par radio sur 107.9 en direct invitait les curieux à entrer dans la ronde. Un projet imaginé par Sandra Gicquel et Emmanuelle Jolivet, étudiantes, mené dans le cadre d'un workshop avec le collectif de performeurs Ornicart. En savoir plus.

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans art [espace] public

'

merci.jpg

Recherche