Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 19:14
art [espace] public est un cycle de rencontres-débats proposé par le Master professionnel Projets Culturels dans l'Espace Public de l’université Paris 1, en partenariat avec Stradda, magazine de la création hors les murs. Il rassemble chaque année à la Sorbonne trente intervenants – artistes œuvrant dans l’espace public, acteurs et penseurs de l’urbain, opérateurs culturels, géographes, philosophes... – et plusieurs centaines de participants, membres du genre urbain attentifs à ce que font les artistes dans (et de) l’espace public, curieux de la manière dont peuvent se nouer les liens entre création, cultures, populations et territoires.

Parce que les espaces publics sont de plus en plus normalisés, privatisés, surveillés, parce que les récits formatés du storytelling saturent les imaginaires de manières et de matières souvent insignifiantes, parce que la « misère symbolique » croît, il nous semble nécessaire de suivre ces tentatives d’invention d’autres récits, d’autres images, d’autres lieux de rencontre et de partage, ici et ailleurs, qui essaient d’activer ou de réactiver la dimension publique de l’espace public, son caractère poétique et/ou politique.

Une ligne de force traverse cette 3ème édition du cycle art [espace] public : la « fabrique de l’urbanité ». Trois rencontres montrent comment la ville peut s’inventer autrement (1, 6 et 7) et témoignent de l’essor de démarches conduisant les artistes à travailler hors des cadres de la production et de la diffusion culturelles traditionnelles, en association avec des architectes et des urbanistes. L’utopie est au cœur de la rencontre 5, proposée à l’occasion des trente ans d’ilotopie, une compagnie phare des arts de la rue, mais est aussi présente en filigrane dans d’autres débats, comme celui consacré à la production d’espaces publics partagés par les artistes et les acteurs culturels (3). Centré sur les nouvelles écritures du graffiti, le deuxième rendez-vous du cycle fait également écho à la question de la ville mobile et des esthétiques du déplacement (rencontre 4).

Parce que l’espace public n’est pas une notion universelle ni uniforme, en ouverture de chaque rencontre, nous passerons quelques minutes ailleurs (Marrakech, Kinshasa, Rio de Janeiro...), en images, pour rappeler la diversité des lieux publics et celle des projets artistiques qui s’y déploient, et les déplacent.


Pascal Le Brun-Cordier

Professeur associé, directeur du Master Projets Culturels dans l'Espace Public
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

1. La fabrique de l’urbanité
Focus sur l’Île de Nantes

 

De plus en plus d’opérations de renouvellement urbain s'inscrivent dans une approche globale, intègrent des volets artistiques et culturels, associent une expertise sensible portée par des artistes aux expertises techniques traditionnelles. Au-delà du strict cadre bâti, ces projets interrogent l’agir et l’être urbain contemporains, revisitent les formes et les usages, les représentations collectives et les imaginaires partagés. Pourquoi les artistes sont-ils invités à participer à ces projets ? Que peuvent-ils faire à la ville en construction ? Comment contribuent-ils à la création de nouvelles urbanités ?

 

Trois rencontres du cycle art [espace] public seront consacrées à ces questions. La première rassemblera des acteurs du projet de l’Île de Nantes, dont Alexandre Chemetoff, architecte et paysagiste, grand prix de l’urbanisme (2000), et François Delarozière, concepteur et constructeur de machines de spectacle, notamment des Machines de l’Île. Ils nous raconteront comment s’invente la transformation de ce territoire, l’une des plus intéressantes engagée ces dernières années en Europe. Sur le même thème, rendez-vous également le 6 et le 13 mars.

 

Vendredi 30 janvier 2009, 19h-21h. La Sorbonne, amphi Richelieu

Inscrivez-vous après avoir consulté l'ensemble du programme.

Téléchargez le dossier-documentaire de cette rencontre. 


Alexandre Chemetoff

Francois Delarozière


 

2. Les nouvelles écritures du graffiti


À l’heure du tout numérique, alors que la ville est saturée d’images et de discours, que la lutte anti-graffiti se poursuit mais que les galeries et le marketing s’en sont emparé, que devient le graffiti ? Light painting, graffiti sonore, laser tag, graffiti invisible, reverse graffiti, vidéo graff… Comment les graffeurs ont-ils fait évoluer leurs pratiques ? Quel est le rôle du web et des nouvelles technologies ? Jusqu’où l’extension du terme graffiti peut-elle aller ? Avec des artistes et des observateurs du graffiti, nous interrogerons ces évolutions et ouvrirons le débat autour des notions de légalité, d’engagement, de visibilité et de diffusion.


Avec Marko-93, artiste (light painting/kalligraffism), David Renault, plasticien et musicien (graffiti sonore/ NomadIC), Annick Rivoire, journaliste (Poptronics, média des cultures électroniques), et des acteurs de la scène graffiti française.

 

Vendredi 6 février 2009, 19h-21h. La Sorbonne, amphi Richelieu

Inscrivez-vous après avoir consulté l'ensemble du programme.

Téléchargez le dossier-documentaire de cette rencontre.

 

Sur le même sujet, lire le dossier publié dans le numéro de janvier 2009 de Stradda.

 

 


The Reverse Graffiti Project
Marko-93


 

 

3.Comment produire des espaces publics ?


Projets d’artistes et expériences culturelles 


Alors que l'espace public semble se normaliser, s'émietter, voire s'effacer, raréfiant les circonstances de sociabilité et d'échange qui permettent à l'individu de prendre part et d'agir sur son environnement, des démarches artistiques et culturelles tentent de produire de nouveaux espaces communs partagés. Éminemment politiques, souvent dans la mouvance des « nouveaux territoires de l’art », ces démarches dessinent de nouvelles formes de vivre ensemble. Comment ces espaces de la rencontre et de la confrontation se façonnent-ils ? Quels dialogues s’établissent avec le territoire ? Quelles places pour l’art ? Autour de quelques projets, éphémères ou durables, nous verrons comment les artistes et les opérateurs culturels peuvent contribuer à la fabrication d’espaces publics.
 

 

Avec Francis Peduzzi, directeur du Channel, scène nationale de Calais, un projet artistique et culturel écrit avec la ville et ses habitants ; Jean-Baptiste Haquette, directeur de la Maison Folie de Lille-Moulins, un lieu de diffusion et de rencontres, un espace de création ouvert aux habitants, aux acteurs associatifs et aux artistes, du local à l'international ; Gabi Farage, artiste et architecte, concepteur de projets nomades visant à fabriquer des espaces publics avec la population au sein du collectif Le Bruit du Frigo (Bordeaux).

 

Vendredi 13 février 2009, 19h-21h. A l'Avant-Rue, 134 rue de Tocqueville, Paris 17e www.avantrue.fr Métro Villiers ou Wagram. Bus 53 (arrêt Pereire-Tocqueville) ou 31 (arrêt Jouffroy d’Abbans–Tocqueville) ou PC 3 (arrêt Porte d’Asnières). Plan d'accès
 

Inscrivez-vous après avoir consulté l'ensemble du programme.

Téléchargez le dossier-documentaire de cette rencontre.

 


Le Bruit du Frigo


4. La ville mobile à l'œuvre 


Accélération des échanges, intensification des flux, multiplication des non-lieux : les villes semblent aujourd’hui moins façonnées par l’architecture que par la prolifération d’une culture basée sur la vitesse et le déplacement. Sensibles à ces évolutions qui transforment la structure des villes, le statut des communautés nationales et des individus, de nombreux artistes ont fait de la mobilité le thème de leur création, tentant de nous faire éprouver les nouveaux états de la condition urbaine. Expériences théâtrales et chorégraphiques interactives, déplacements physiques ou cheminements imaginaires, jeu sur la vitesse, la simultanéité ou le ralentissement : que recouvrent ces esthétiques du déplacement ? Vers quels imaginaires géographiques ouvrent-elles ? Quelles transformations des usages entraînent-elles ?


Avec Alix de Morant, journaliste et chercheur, auteur d’une thèse intitulée "Nomadismes artistiques, des esthétiques de la fluidité" ; Corinne Pontier, directrice artistique, Ici-Même (Grenoble) ; Ali Salmi, danseur et chorégraphe (compagnie Osmosis).

 

Vendredi 20 février 2009, 19h-21h. La Sorbonne, amphi Richelieu

Inscrivez-vous après avoir consulté l'ensemble du programme.

Téléchargez le dossier-documentaire de cette rencontre.


Ali Salmi, Alhambra Container



5. L’espace public, espace des possibles ?


Alors que les utopies semblent avoir déserté l'époque, que les artistes de la rue et les architectes se sont assagis, l'espace public peut-il encore être l’espace des possibles ? Des philosophes, des artistes, des architectes le pensent et le prouvent. Ainsi la compagnie ilotopie qui, depuis trente ans, ambitionne de lutter contre l'effacement du sens que se voit imposer l'espace public, opérant aux frontières des enjeux individuels et sociaux, au travers de multiples « champs d’expériences », performances, actions de « Land Act »... Trois interrogations au cœur de cette rencontre : à quelles conditions les scénographies urbaines sont-elles créatrices d'utopies ? Comment « rendre le possible à nouveau disponible » ? « La perte de l'anticipation artistique et politique serait-elle fatale à l'art » (Bruno Schnebelin) ?


Autour de Bruno Schnebelin et Françoise Léger, directeurs artistiques d’ilotopie, cette rencontre réunira Jean-Jacques Delfour, philosophe, et Nicolas Henninger et Pier Schneider, du collectif d’architectes Exyzt, qui réalise des installations éphémères chargées d’utopies. 

 

Vendredi 27 février 2009, 19h-21h. La Sorbonne, amphi Richelieu

Inscrivez-vous après avoir consulté l'ensemble du programme.

Les utopies à l'épreuve de l'art (Editions L'Entretemps, collections Carnets de rue, 2008).

Télécharger le dossier-documentaire de cette rencontre-débat. 

PLM, ilotopie

Les Gens de couleur, ilotopie


6. La fabrique de l'urbanité

Focus sur Ville +


Ville + est un dispositif visant à enrichir la transformation d'un territoire urbain grâce à la commande artistique. Mis en œuvre par la Ville de Paris en 2009, ce programme pluriannuel accompagne la revalorisation de l'Est parisien dans le cadre d'un Grand Projet de Renouvellement Urbain. Par la création d'œuvres artistiques révélant des univers variés, ce laboratoire de projets expérimente de nouveaux outils dans le processus de fabrication de la ville en impliquant des architectes, artistes, graphistes, designers, paysagistes, mobilisés pour la singularité de leurs savoir penser et de leurs savoir faire. En compagnie des initiateurs de Ville +, nous explorerons et mettrons en débat les potentialités ouvertes par ces démarches innovantes.


Avec Jean-Christophe Aguas, chargé de mission Culture, DPVI-Délégation à la politique de la Ville et à l'Intégration (2007), Ville de Paris ; Emeline Bailly, urbaniste, chef de projet politique de la Ville, DPVI, Ville de Paris ; Steven Hearn, producteur délégué, Le Troisième Pôle ; Claire Petetin, architecte, commissaire artistique et scientifique de Ville + ; Nathalie Viot, conseiller artistique, Direction des Affaires Culturelles, Ville de Paris.

 

Vendredi 6 mars 2009, 19h-21h. ATTENTION : nous avons appris ce matin (6 mars 2009) que le site de La Sorbonne était fermé. La rencontre n'aura donc pas lieu à la Sorbonne mais au 47 rue des Bergers dans le 15e (métro Lourmel), à l'heure prévue. Accueil dès 18h30.


Inscrivez-vous après avoir consulté l'ensemble du programme.

Télécharger le dossier-documentaire de cette rencontre.


7. Le Grand Paris nous appartient

Ou la culture métropolitaine partagée


Paris doit passer à la dimension métropolitaine, s'élargir, partager. L'idée d'un Grand Paris agite le monde politique. Une « vision » a ainsi été demandée à des équipes d’architectes et de concepteurs. C'est une occasion d'ouverture, complexe et rare. C'est aussi une occasion d'aération des esprits, de mise en mouvement des initiatives, de libération de nouvelles énergies contributives. Pour l'équipe réunie autour de Jean Nouvel, un nouveau « savoir-ville » s'invente, la dimension culturelle au coeur. Cette dimension culturelle qui permet le retournement de situations par des renversements de regards ; celle qui invite le plus grand nombre, experts ou non, à être partie prenante ; celle qui suggère de nouvelles représentations ; celle qui se fonde sur les pratiques et les usages ; celle qui invente et mêle temps, rythmes et pulsations. Le Grand Paris se dessine (et se destine) à cette condition.


Avec Luc Gwiazdzinski, géographe, enseignant-chercheur (Laboratoire PACTE 5194), Université Joseph Fourier et agence Sherpaa, Maud Le Floc’h, Pôle des Arts Urbains, Fabrice Lextrait et Jean-Paul Robert, collaborateurs des Ateliers Jean Nouvel.

 

Vendredi 13 mars 2009, 19h-21h. A l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (centre Panthéon), amphi III. 

Inscrivez-vous après avoir consulté l'ensemble du programme.

Télécharger le dossier-documentaire de la rencontre. 

Cette dernière rencontre du cycle est organisée en collaboration avec pOlau, Pôle des arts urbains.

 





5 minutes ailleurs


En ouverture de chaque rencontre-débat, de 19h à 19h05, nous vous invitons à passer 5 minutes ailleurs, par la présentation en images d’un projet artistique mis en œuvre dans un espace public autre, sensiblement différent de ceux que nous connaissons ici.


Parmi les déplacements proposés :

-Kinshasa (République démocratique du Congo) pour une performance de Steven Cohen réalisée dans le cadre des Scénographies Urbaines ;

-la Place Jamaâ Lafna à Marrakech (Maroc), gigantesque plateau théâtral à 360° inscrit au patrimoine oral et immatériel de l'humanité par l’Unesco ;

-Rio de Janeiro (Brésil) pour un projet mené par l’artiviste JR avec des femmes de la favela de Morro da Providencia ;

-le quartier Saint-Blaise (Paris, 20e), pour Ici, je suis ailleurs, dispositif visuel et sonore de Malte Martin sur la poétique du déplacement, présenté lors de l’édition 2008 de Nuit Blanche, dans le cadre de Mots Publics à Saint-Blaise (cf. l’image au verso de ce programme).

 

 


JR expose (dans) une favela à Rio
Steven Cohen à Kinshasa


 

...

 

Les rencontres sont préparées et présentées par Claire Bataille, Armelle Bellenger, Marion Blanc, Laure Bonnefond, Alice Caze, Aude Chandoné, Fanny Courieult, Caroline Dubois, Adrienne Ferré, Marion Grange, Pauline Haué, Claire Huberson, Natan Jannaud, Younes Kanbouj, Alice Leborgne, Coralie Mainguy, Delphine Marcadet, Cécile Robin, Marie Tranchet, Catalina Trujillo, étudiants au sein du Master en 2008-2009.

 

Direction du cycle : Pascal Le Brun-Cordier, professeur associé à Paris 1, directeur du Master Projets Culturels dans l'Espace Public.



 

Stradda, le magazine de la création hors les murs, est partenaire du cycle art [espace] public. Abonnez-vous ! Gardez un œil sur l'actualité de l'art dans l'espace public : arts de la rue, arts du cirque, arts plastiques, danse, photographie, urbanisme... www.stradda.fr

 




Radio Grenouille, la radio culturelle marseillaise.
A écouter en ligne sur www.grenouille888.org
Poptronics, média des cultures électroniques



Retrouver les archives sonores du cycle art [espace] public 2008 en ligne : ici, sur le site de Radio Grenouille ou sur le blog Cité Sensible de Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture.

 

Télécharger le programme complet du cycle art [espace] public 2009 au format pdf.

 

Le Master Projets Culturels dans l'Espace Public est la première formation universitaire en Europe dédiée aux projets artistique et culturels dans l'espace public. Pour nous aider à développer notre action pédagogique, demandez l'affectation de la taxe d'apprentissage de votre entreprise ou association au Master. La taxe d'apprentissage est notre principale ressource. Mode d'emploi et formulaire.

 

Pour en savoir plus sur le Master : le projet et l'équipe pédagogique, le Master dans la presse professionnelle, le devenir professionnel des étudiants...

 


Partager cet article

Repost 0
Published by - dans art [espace] public

'

merci.jpg

Recherche