Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 10:29
La Villette : c'était le cadre de la pré-rentrée de la quatrième promotion du Master Projets Culturels dans l'Espace Public. Une semaine de spectacles, explorations du parc, cours, discussions, séminaire, rencontres avec les équipes de la Villette, des artistes, des intervenants du Master et d'anciens étudiants. 

Cette résidence a permis de découvrir in situ l'histoire et les évolutions du projet de l'Etablissement Public du Parc et de la Grande Halle de la Villette, "un laboratoire de la démocratisation culturelle où dialoguent art et société". La Villette, c'est d'abord un espace public : un parc urbain de 35 hectares ouvert jour et nuit, associant nature et architecture, dédié aux arts, aux sciences et aux loisirs, conçu par Bernard Tschumi au début des années 1980 sur l'ancien site des abattoirs, à partir d'un triple système de points, lignes et surfaces. Les points : les 26 folies, petits bâtiments rouges de formes variées, construits sur la base d'un cube de 10,80 mètres de côtés, qui ponctuent le parc tous les 120 mètres. Les lignes : l'axe nord-sud, sous la grande vague ondulée, et l'axe est-ouest, la galerie de l'Ourcq au bord du canal. Et la promenade cinématique, chemin sinueux de 3 kilomètres qui se déroule au travers des différents espaces. Les surfaces : 7 hectares de pelouse, le jardin des miroirs, les jardins passagers, le jardin des bambous, l'espace chapiteaux, le Cabaret Sauvage... Et aussi la Bicyclette ensevelie de Claes Oldenburg. Et les différents équipements situés sur le parc : Conservatoire, Cité de la Musique, Tarmac, Théâtre Paris-Villette, Géode, Zénith...

Cette semaine à La Villette, les Pop's, "festival pour des arts turbulents" centré sur "les nouvelles écritures des arts populaires". Pour Yveline Rapeau, programmatrice des Pop's rencontrée pendant la semaine, l'enjeu est de "témoigner de l'effervescence et de la maturité artistique des arts populaires contemporains". Au croisement de la création hors les murs, du cirque, du théâtre, de la marionnette, associant formes monumentales (le Groupe F a attiré plus de 5000 personnes chaque soir et la Symphonie Mécanique plusieurs centaines), spectacles en salle ou sous chapiteau et dispositifs originaux, comme pour les trois artistes hollandais : les Accompagnateurs de Jetse Batelaan, qui enferme le public dehors, entre quatre hautes palissades posées sur une pelouse ; Dries Verhoeven et sa troublante "boîte à rencontres" ; Lotte van den Berg et sa "boîte à voir", un grand cube en bois insonorisé dont l’une des parois, vitrée, est ouverte sur la rue (photo). Autre dispositif artistique inédit : le "luneur", une "cellule d'habitation" où l'on peut dormir en compagnie de 100 000 abeilles, imaginé par Olivier Darné, artiste éleveur d'abeilles urbaines (qui est aussi l'un des trente intervenants du Master). Ces différents projets expérimentent de nouvelles relations à la création, au spectacle, aux spectateurs, à l'espace public : précisément ce que le Master se propose d'étudier et de développer. 

Le dispositif imaginé par Lotte van den Berg : une boîte posée sur l'espace public. Le public est à l'intérieur. Les comédiens, munis de micros hf, entrent et sortent. La ville devient spectacle, les passants sont en scène à leur insue.

D'autres responsables de la Villette rencontrés pendant la semaine ont pu témoigner de ce qu'est le projet de l'Etablissement Public du Parc et de la Grande Halle de la Villette : Marc Gauchée, directeur de la communication et des publics, José Rubio, directeur technique, Frank Piquard, directeur de la production, intervenants dans le cadre du Master, et aussi Mehdi Idir, chargé de mission à la direction des spectacles et Jasmine Francq, responsable des visites et ateliers. Plusieurs autres intervenants du Master étaient aussi là : Gustave Galeote, administrateur de la compagnie Pierre Doussaint, Eve Plenel, chargée de l'insertion et de la prévention au CENTQUATRE, établissement artistique de la Ville de Paris, Jean-Dominique Secondi, directeur de Art Public Contemporain, Serge Saada, responsable du programme de formation national à la médiation culturelle de Cultures du cœur, Brice Gessler, chef de projet à l'agence Le Hub, Eric Baron, avocat, et Christophe Blandin-Estournet, directeur d'Excentrique, festival pluridisciplinaire en région Centre. 
  
"Quand on connaît les codes, on s'ennuie". François Delarozière, concepteur et metteur en scène de la Symphonie Mécanique (photo), a aussi pu dire sa fascination pour les machines et leurs mouvements, en évoquant, lors d'une discussion avec les étudiants, les machines musicales en action sous le péristyle de la Grande Halle, les animaux géants qu'il a conçus pour Royal de Luxe, les Girafes et l'Eléphant notamment, ou plus récemment le Manège Carré de Sénart, l'Ile de Nantes, et son araignée géante lâchée à Liverpool début septembre (voir l'interview video plus bas et le site de La Machine). Par ailleurs, François Delarozière sera l'un des invités du cycle art [espace] public 2009. Autre artiste rencontré : Laurent Chanel. "Le corps anonyme est un rapport de volumes et de poids évoluant dans l'espace temps." C'est le point de départ du projet en développement qu'il a présenté avec son équipe. Autour des maquettes du cube à exhibition et du cube à contemplation, il a expliqué les principes et les enjeux de cette "installation / monstration" en cours de production.


Plusieurs anciens étudiants du Master sont venus témoigner de leur parcours professionnels et de leurs activités salariées actuelles : Kafui Kpodéhoun, qui a collaboré avec la Fondation de France et le Hub, et rejoint prochainement l'équipe de MACAQ, Mouvement d'Animation Culturelle et Artistique de Quartier (à l'origine notamment du Ministère de la Crise du Logement), en tant que responsable des actions "Education populaire" ; Antoine Cochain, venu parler de la préparation de la prochaine Nuit Blanche (il travaille aux côtés d'Eva Albarran et du Troisième Pôle, producteurs délégués de l'édition 2008) et de l'association des anciens étudiants du Master, Objet(s) Public(s), dont il est président ; Sébastien Radouan, chargé de projets dans un collectif de photographes, Caroline Giovos, en mission à la Villette pendant les Pop's, Amanda Abi Khalil, assistante de production sur les résidences d'artistes au CENTQUATRE, Clothilde Fayolle, chargée de projet à l'Avant Rue, lieu de résidence à Paris, Rachel Pinget, chargée du développement de SEA EUROPE, Sociologues et Ethnologues Associés, centre de ressources pour la recherche en sciences humaines, Benjamin Petit, chargé d'étude à NPE, et Alice Delacour, responsable de l'antenne de Cultures du Coeur en région Centre, qu'elle a créée il y a maintenant deux ans. Plus d'infos sur l'insertion professionnelle des étudiants du Master. Des témoignages d'anciens étudiants.

Au programme également : la participation au séminaire européen Fresh Circus, centré sur le développement du cirque contemporain. Organisé par Circostrada Network, plateforme européenne pilotée par HorsLesMurs, centre national de ressources des arts de la rue et des arts du cirque (et partenaire du Master pour le cycle art [espace] public depuis 2007), Fresh Circus a notamment été consacré à la créativité et à l'innovation du cirque contemporain en Europe, à la diversité et au dialogue interculturel. Autant d'enjeux qui croisent le projet pédagogique du Master.

Suite de la rentrée : lundi 29 septembre, rencontre avec l'équipe d'HorsLesMurs, Stéphane Simonin, directeur, Patricia Demé et Gentiane Guillot, et Jean Digne, président d'HorsLesMurs. Nombreux échanges sur les évolutions du secteur des arts de la rue, et en particulier avec Jean-Pierre Marcos, directeur du Cirque Jules Verne, pôle régional des arts du cirque à Amiens, sur l'évolution du projet urbain et le développement de projets artistiques dans l'espace public (photo).


Mardi 30 septembre : participation à la rencontre SMARTCITY organisée dans le cadre du festival Emergences avec CitéCulture / Cité internationale universitaire de Paris. Centrée sur les nouveaux enjeux urbains, les nouvelles formes artistiques, cette rencontre marque le lancement de SmartCity, un projet européen de réflexion et de création, qui tend à terme à essaimer en France en Europe. "A la pointe des nouveaux usages et des avancées technologiques, SmartCity propose de transformer l'espace urbain en lieu privilégié d'expérimentation. Artistes, chercheurs, architectes, penseurs, politiques, industriels, ingénieurs, militants sont conviés à imaginer des formes inédites d'appropriation de l'espace urbain et, ce faisant, à définir une vision alternative de la ville, durable, engagée et citoyenne." Mercredi 1er octobre : journée d'étude et d'exploration avec Stefan Shankland, artiste en résidence sur le site de la ZAC du Plateau à Ivry, et intervenant dans le cadre du Master, et Léa Marchand, ancienne étudiante du Master (photos). Jeudi 2 octobre : rencontre au pied de la Tour Montparnasse avec Steven Hearn, directeu
r-gérant du Troisième Pôle, producteur délégué de la Nuit Blanche 2008, à propos notamment du projet de Ryoji Ikeda, l'un des projets artistiques les plus spectaculaires de cette édition, hommage paradoxal, lumineux et musical, à cette tour peu aimée, à l'heure où la verticale fait un retour en force dans les débats sur l'urbanisme parisien.

Les étudiants en repérage sur la ZAC du Plateau à Ivry (projet TRANS305).

Au cours de l'année, plusieurs projets collectifs seront mis en œuvre par les étudiants, en lien avec les partenaires du Master, notamment la création de parcours et visites avec l'équipe du CENTQUATRE, établissement artistique de la ville de Paris (avec Agathe Bataille ; voir la vidéo de présentation du CENTQUATRE en travaux plus bas ; le CENTQUATRE ouvre le 11 octobre 2008) et la conception d'un programme de médiation dans le cadre du projet Atelier305 / Trans305 à Ivry-sur-Seine, mené par Stefan Shankland, avec Léa Marchand, dans le cadre de la démarche HQAC, Haute Qualité Artistique et Culturelle. Sont également en préparation : un projet avec l'Avant Rue (Clothilde Fayolle), un projet avec la ville de Champigny (Danielle Bellini et Pascal Le Brun-Cordier), un projet avec l'équipe de la Biennale Estuaire (Le Lieu Unique), un projet dans le cadre du "Grand Paris" (avec Maud Le Floc'h). Le troisième cycle de rencontres-débats art [espace] public se prépare également, en partenariat avec HorsLesMurs et Stradda, partenaires du Master.

Présentation du CENTQUATRE en travaux il y a quelques mois. 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Actualité du Master

'

merci.jpg

Recherche