Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 décembre 2005 2 06 /12 /décembre /2005 17:48

Répondre par la création aux questions posées par les réalités humaines.

Table Ronde organisée à la MJC Club à Créteil le samedi 12 novembre 2005 à 10h. Animée par Pascal Le Brun-Cordier (Université Paris 1). Avec :

  • Guy Alloucherie (Cie HVDZ et Culture Commune)
  • Marie-Pierre Bésanger (Bottom Théâtre)
  • Guy Benisty (Association Le Githec)
  • Jean Bojko (Théâtre Eprouvette)
  • Gérard Gallego (Théâtre de l’Imprévu)

 

« Toute rencontre est une création »

 (Marie-Thérèse Héno, psychothérapeute et musicothérapeute à Fresnes)

Comment être dépaysé par un territoire où l’on habite ? Comment mettre en scène l’espace social comme un nouvel espace de jeu et de création ? Comment inventer une forme d’art avec les gens et non plus seulement pour les gens ? Finalement, comment l’art devient-il avec le monde ? Autant de questions posées par Pascal Le Brun-Cordier dont l’introduction à cette table ronde soulignait l’enjeu de la phrase de Deleuze. Trois distinctions s’opèrent alors dans la façon d’appréhender la création artistique :

  • l’art pour l’art : l’art crée un monde qui lui est propre et destiné ; il se situe dans une position d’exterritorialité,
  • l’art pour un public : dans ce cas l’art est défini en fonction de ce public ; il devient un territoire délimité,
  • l’art avec le monde : l’art est en lien avec le réel, avec un contexte ; il suggère un mouvement de déterritorialisation.

Ainsi, « devenir avec » implique l’idée d’une confrontation et d’une transformation. Cette tournure met en jeu la problématique de l’art en interaction avec notre réalité contemporaine, en rapport avec les populations et les territoires. Lors de ces deux heures d’échange nous avons pu écouter et comprendre les différentes positions des intervenants, tous engagés à leur manière dans une démarche active pour décloisonner le milieu de l’art, et saisir, par le biais de la création, le mouvement du monde qui s’exprime en tout lieu et en tout être.

Tandis que certains d’entre eux, comme Marie Pierre Bésanger (intervention en milieu rural) où Guy Alloucherie (Culture Commune), expliquent leur démarche comme une volonté de lier l’action culturelle et l’action sociale, en agissant dans des milieux et des territoires oubliés de l’art, d’autres s’opposent à cette distinction des actions. La démarche de Guy Benisty (Association Le Githec – Groupe d’Intervention Théâtre Et Cinéma) par exemple, est liée à son objet, le théâtre. Selon lui, la salle de théâtre doit être représentative de la société française : si le texte et la pièce ne sont vus que par une frange de la population, alors ils ne sont pas exploités dans tout leur potentiel et ni riches de la multitude des réactions qu’ils auraient pu susciter. Sa préoccupation n’est donc pas de savoir s’il fait où non du social, mais de donner le plus de chance à des moments d’art d’exister pour le plus grand nombre. Finalement, même si la justification de la démarche diffère, ces diverses façons de concevoir le rôle de l’art et le travail de l’artiste se rejoignent dans l’action : créer, encore et toujours, à travers les limites et au-delà des frontières, pour questionner, bouleverser, dénoncer, exister.

Cette table ronde a été particulièrement riche en confrontation de points de vue, en échange d’idées et de visions du monde. Un moment rare où la parole du public, largement sollicitée, s’est exprimée dans tout ce qu’elle a de plus constructif et de plus passionnant. Un moment précieux d’où l’on ressort motivé et convaincu qu’il reste encore beaucoup d’initiatives (culturelles, sociales, artistiques mais avant tout humaines), nécessaires et fondamentales, à entreprendre.

 

> Script de la table ronde.


Ressources externes:

Partager cet article

Repost 0
Published by Elise Laurent - dans Actualité du Master

'

merci.jpg

Recherche