Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 11:56

1. Qu’avez-vous fait depuis votre année de formation au sein du Master, et quelle est votre activité actuelle ? 

 

J’ai travaillé pendant trois ans (depuis avril 2013) pour l’artiste plasticien Stefan Shankland qui initie des projets artistiques dans des situations de mutations urbaines. Je l’ai accompagné dans la coordination de projets réalisés dans le cadre de la démarche HQAC (Haute Qualité Artistique et Culturelle). Ces projets, de nature pérenne, temporaire ou événementielle ont été conduits en collaboration avec des acteurs de l’aménagement (Grand Paris aménagement, EPA Plaine de France), des collectivités (Ville d’Ivry-sur-Seine, Ville d’Aubervilliers, Plaine Commune notamment), ou encore des acteurs culturels (Marseille Provence 2013, COAL, Domaine de Chamarande).

 

 

J’ai eu beaucoup de plaisir à m’impliquer dans le projet Marbre d’ici qui consiste à revaloriser des gravats issus des démolitions d’immeuble pour en faire un nouveau matériau de construction. Ce projet nous a aussi permis de solliciter le monde de la recherche et de l’innovation (CERIB - Centre d’Etudes et de Recherche de l’Industrie du Béton ; Paris &Co). Nous avons fait évoluer ce matériau jusqu’à une intégration pérenne dans l’espace public à Ivry-sur-Seine en tenant compte des contraintes d’un projet urbain. Nous avons développé des relations de travail très étroites avec la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre, c’est-à-dire avec le commanditaire et toutes les instances qui ont permis d’aller jusqu’à la réalisation concrète d’une œuvre d’art dans l’espace public faite à partir de déchets du BTP issus des démolitions locales. 

 

 

Depuis avril 2016, je travaille au CENTQUATRE, établissement artistique de la Ville de Paris situé dans le 18e arrondissement. Cet espace de 39 000m2 anciennement dédié aux pompes funèbres, reconverti en un lieu de rencontre entre les sphères artistiques, économiques et sociales est pour moi un espace singulier qui fait évoluer les relations entre les disciplines artistiques. C’est un lieu d’innovation qui crée du lien entre l’art, la culture et les réalités de nos sociétés. C’est un espace ouvert à ce qui se passe sur son territoire de proximité pour créer de nouvelles relations entre l’art et le public. Pour favoriser les conditions de rencontre au sein de ce lieu culturel et artistique et en faire un quasi espace public, l’équipe du CENTQUATRE accorde un temps précieux à l’accompagnement des artistes et entrepreneurs en résidence ainsi qu’au développement de pratiques amateurs. Je suis aujourd’hui chargée de mission ingénierie rattachée à la direction déléguée au développement et à l’innovation. Mon rôle consiste ainsi à valoriser l’expertise du CENTQUATRE auprès d’acteurs publics et privés, français ou étrangers, intéressés par les spécificités et la flexibilité de ce lieu. Cette mission pourrait les aider à favoriser l’ouverture au territoire d’autres lieux culturels existants ou à venir. Parmi ses missions actuelles, le CENTQUATRE accompagne la Société du Grand Paris dans la définition d’une programmation artistique et culturelle innovante pendant les phases de chantier du GRAND PARIS EXPRESS. Sous la direction artistique de José-Manuel Gonçalves, directeur du CENTQUATRE, et Jérôme Sans, co-fondateur du Palais de Tokyo, et en partenariat avec les agences Eva Albarran, Manifesto et Smile & Co, le CENTQUATRE est en charge des enjeux d'innovation et de la production des grands évènements et des  spectacles.

 

INCUBATEUR 104 FACTORY http://www.104factory.fr/

GROUPE CREATIF http://www.groupecreatif-grandparisexpress.org/

 

 

2. Que défendez-vous, fondamentalement, en matière de création artistique en espace public ? 

 

 

Mon objectif est de favoriser les conditions de l’insertion urbaine et sociale de l’art dans l’espace public et de lieux culturels. Je souhaite sincèrement faire des lieux en mutation des espaces d’expérimentations pour les artistes ou entrepreneurs qui se situent eu croisement de l’art, de la recherche et de l’innovation. Pour cela, l’enjeu est de développer des compétences transversales pour apprendre à travailler avec une diversité d’acteurs : tant les acteurs locaux (publics, privés, associatifs, riverains, etc.) pour connaître leurs attentes, besoins, usages, que les acteurs de l’aménagement afin de comprendre leurs méthodes et leur langage. Pour créer ces innovations sociales, techniques et esthétiques, il nous faut très concrètement comprendre les contraintes de faisabilité, de champ de compétences des divers intervenants, de calendrier, etc.

 

Pratiques spontanées, Marion Quatrecasas, CENTQUATRE PARIS.

Pratiques spontanées, Marion Quatrecasas, CENTQUATRE PARIS.

3. Quels sont les enjeux culturels majeurs actuellement à vos yeux ?  

 

Pour développer ces nouvelles esthétiques dans l’espace public, il faut pouvoir revisiter les conditions de la commande et introduire des acteurs qui ne faisaient pas partie intégrante des projets urbains jusqu’alors. Pour construire de nouvelles formes de relations de travail, il faut développer des compétences pluridisciplinaires très opérationnelles. Pour ma part, j’ai une formation juridique et urbanistique (Paris X Nanterre et Institut d’Urbanisme de Paris), puis je me suis spécialisée dans la coordination de projets culturels transversaux grâce au Master Projets culturels dans l’espace public à la Sorbonne. Je puise aujourd’hui mes compétences tant dans l’ingénierie de projets culturels que de projets urbains.

 

 

4. Que voulez-vous faire dans les 10 prochaines années, quelles idées voulez-vous défendre ?

 

Je souhaite continuer à travailler pour des projets ou structures qui favorisent l’innovation publique et sociale, notamment dans le champ artistique et culturel. Tout cela est mouvant et une diversité d’acteurs y contribue : artistes, entrepreneurs, associations, collectivités, établissements publics, grands comptes, agences, consultants, etc. Je pense que tous aujourd’hui peuvent contribuer à faire évoluer les missions de service public. Dans dix ans, je ne sais donc pas dans quel type de structure je serai. Je pense que c’est plutôt mon instinct qui saura m’aiguiller vers des projets dans lesquels je pourrai déployer ces ambitions et compétences transversales.

 

 

Victoire Bech (8ème promotion du Master, 2012-2013) est chargée de mission ingénierie rattachée à la direction déléguée au développement et à l’innovation au CENT QUATRE, établissement artistique de la Ville de Paris.

Marbre d'ici, projet de Stefan Shankland, place du général de Gaulle, Ivry-sur-Seine

Marbre d'ici, projet de Stefan Shankland, place du général de Gaulle, Ivry-sur-Seine

Partager cet article

Repost 0
Published by Master Projets culturels dans l'espace public - dans Parcours d'anciens étudiants

'

merci.jpg

Recherche