Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 novembre 2016 4 10 /11 /novembre /2016 12:09
Les étudiants du Master cultivent une rumeur poétique à la Courneuve !
Les étudiants du Master cultivent une rumeur poétique à la Courneuve !
Les étudiants du Master cultivent une rumeur poétique à la Courneuve !
Les étudiants du Master cultivent une rumeur poétique à la Courneuve !
Les étudiants du Master cultivent une rumeur poétique à la Courneuve !
Les étudiants du Master cultivent une rumeur poétique à la Courneuve !
Les étudiants du Master cultivent une rumeur poétique à la Courneuve !
Les étudiants du Master cultivent une rumeur poétique à la Courneuve !
Les étudiants du Master cultivent une rumeur poétique à la Courneuve !
Les étudiants du Master cultivent une rumeur poétique à la Courneuve !
Les étudiants du Master cultivent une rumeur poétique à la Courneuve !

Quelques nouvelles de la 12ème promotion du Master Projets culturels dans l'espace public ! 

La rentrée fut balnéaire et néanmoins urbaine : sur la plage du 6b à Saint-Denis (voir la photo du groupe en apesanteur). Les étudiant-e-s ont ensuite participé au festival Vis-à-Vis du collectif BLBC, au lancement de la saison culturelle de la Courneuve à la friche Babcock (avec le Groupe Acrobatique de Tanger, Claudio Stellato, Johann le Guillerm…), ont vu les apparitions des Souffleurs commandos poétiques avenue de Flandres, découvert les Palissades du Phun à Saint-Blaise, arpenté Paris pendant la Nuit Blanche, découvert Qu'est-ce qu'il y a juste après ? de KMK, assisté à une répétition publique de la cie BIB-Jack Souvant. Ils et elles ont aussi pris les rênes de l'association Objet(s) Public(s), rencontré Pauline Gacon d'Houdremont, Thomas Renaud et Stéphanie Braka (ancienne étudiante du Master) de la Maison des Jonglages, Matthias Tronqual de la MC93, Malte Martin, Christophe Blandin-Estournet et Fanny Duwez (ancienne étudiante du Master) du Théâtre de l'Agora, scène nationale d'Evry et de l'Essonne, Romain Arditi (ancien étudiant du Master, Le Phun), Jean-Christophe Choblet (mission PAVEX Ville de Paris), l'équipe du festival L'appel de la lune, ont participé à la journée art et aménagement organisée par le pOlau et Plaine Commune, assisté au colloque sur le Bien commun politisé, au colloque Oxymores III sur l'état de l'art urbain, à la restitution du collectif FAITES place des Fêtes (19e) dans le cadre de Réinventons nos places… Et bien sûr, ils et elles sont suivi les cours et ateliers des intervenants du Master du premier semestre : Gustave Galeote, Antoine Cochain, Elsa Vivant, Serge Saada, Fabienne Quéméneur, Pascal Le Brun-Cordier… 

 
Parallèlement, le groupe a été invité à travailler avec la Maison des Jonglages, le Collectif Protocole et le collectif Double M. Ces trois structures, qui ont répondu à un appel d’offre passé par Plaine Commune Développement début 2016 portant sur l’accompagnement artistique du chantier de l’ilot du marché de La Courneuve, ont imaginé un projet appelé [ Monument en Partage ] qui va se déployer jusqu'au printemps 2018. Ce projet va conduire l’équipe du projet (jongleurs, architectes et coordinateurs, et les étudiants du Master) à se présenter comme des enquêteurs poétiques et sensibles tentant d’expliquer la multiplication d’étranges Hommes à tête de cheval dans tout le quartier des Quatre Routes. [ Monument en Partage ] s’appuie sur la rumeur autour de l’apparition inexpliquée de ces Hommes à tête de cheval pour raconter le quartier et ses habitants au cours de ces deux années. Le travail réalisé par les étudiants depuis la rentrée a consisté à imaginer une stratégie de diffusion d'une rumeur en lien avec ce projet, à la diffuser à l’échelle du quartier des Quatre Routes, et enfin à mettre en récit cette expérience et à l’analyser. 
 
Pour en savoir plus sur ces hommes à tête de cheval..., rendez-vous ici : https://www.facebook.com/monumentenpartage
 
Les étudiants du Master cultivent une rumeur poétique à la Courneuve !

Partager cet article

Published by Master Projets culturels dans l'espace public
6 septembre 2016 2 06 /09 /septembre /2016 11:56
Entretien avec Victoire Bech (8e promotion du Master) : «Pour développer de nouvelles esthétiques dans l’espace public, il faut revisiter les conditions de la commande.»

1. Qu’avez-vous fait depuis votre année de formation au sein du Master, et quelle est votre activité actuelle ? 

 

J’ai travaillé pendant trois ans (depuis avril 2013) pour l’artiste plasticien Stefan Shankland qui initie des projets artistiques dans des situations de mutations urbaines. Je l’ai accompagné dans la coordination de projets réalisés dans le cadre de la démarche HQAC (Haute Qualité Artistique et Culturelle). Ces projets, de nature pérenne, temporaire ou événementielle ont été conduits en collaboration avec des acteurs de l’aménagement (Grand Paris aménagement, EPA Plaine de France), des collectivités (Ville d’Ivry-sur-Seine, Ville d’Aubervilliers, Plaine Commune notamment), ou encore des acteurs culturels (Marseille Provence 2013, COAL, Domaine de Chamarande).

 

 

J’ai eu beaucoup de plaisir à m’impliquer dans le projet Marbre d’ici qui consiste à revaloriser des gravats issus des démolitions d’immeuble pour en faire un nouveau matériau de construction. Ce projet nous a aussi permis de solliciter le monde de la recherche et de l’innovation (CERIB - Centre d’Etudes et de Recherche de l’Industrie du Béton ; Paris &Co). Nous avons fait évoluer ce matériau jusqu’à une intégration pérenne dans l’espace public à Ivry-sur-Seine en tenant compte des contraintes d’un projet urbain. Nous avons développé des relations de travail très étroites avec la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre, c’est-à-dire avec le commanditaire et toutes les instances qui ont permis d’aller jusqu’à la réalisation concrète d’une œuvre d’art dans l’espace public faite à partir de déchets du BTP issus des démolitions locales. 

 

 

Depuis avril 2016, je travaille au CENTQUATRE, établissement artistique de la Ville de Paris situé dans le 18e arrondissement. Cet espace de 39 000m2 anciennement dédié aux pompes funèbres, reconverti en un lieu de rencontre entre les sphères artistiques, économiques et sociales est pour moi un espace singulier qui fait évoluer les relations entre les disciplines artistiques. C’est un lieu d’innovation qui crée du lien entre l’art, la culture et les réalités de nos sociétés. C’est un espace ouvert à ce qui se passe sur son territoire de proximité pour créer de nouvelles relations entre l’art et le public. Pour favoriser les conditions de rencontre au sein de ce lieu culturel et artistique et en faire un quasi espace public, l’équipe du CENTQUATRE accorde un temps précieux à l’accompagnement des artistes et entrepreneurs en résidence ainsi qu’au développement de pratiques amateurs. Je suis aujourd’hui chargée de mission ingénierie rattachée à la direction déléguée au développement et à l’innovation. Mon rôle consiste ainsi à valoriser l’expertise du CENTQUATRE auprès d’acteurs publics et privés, français ou étrangers, intéressés par les spécificités et la flexibilité de ce lieu. Cette mission pourrait les aider à favoriser l’ouverture au territoire d’autres lieux culturels existants ou à venir. Parmi ses missions actuelles, le CENTQUATRE accompagne la Société du Grand Paris dans la définition d’une programmation artistique et culturelle innovante pendant les phases de chantier du GRAND PARIS EXPRESS. Sous la direction artistique de José-Manuel Gonçalves, directeur du CENTQUATRE, et Jérôme Sans, co-fondateur du Palais de Tokyo, et en partenariat avec les agences Eva Albarran, Manifesto et Smile & Co, le CENTQUATRE est en charge des enjeux d'innovation et de la production des grands évènements et des  spectacles.

 

INCUBATEUR 104 FACTORY http://www.104factory.fr/

GROUPE CREATIF http://www.groupecreatif-grandparisexpress.org/

 

 

2. Que défendez-vous, fondamentalement, en matière de création artistique en espace public ? 

 

 

Mon objectif est de favoriser les conditions de l’insertion urbaine et sociale de l’art dans l’espace public et de lieux culturels. Je souhaite sincèrement faire des lieux en mutation des espaces d’expérimentations pour les artistes ou entrepreneurs qui se situent eu croisement de l’art, de la recherche et de l’innovation. Pour cela, l’enjeu est de développer des compétences transversales pour apprendre à travailler avec une diversité d’acteurs : tant les acteurs locaux (publics, privés, associatifs, riverains, etc.) pour connaître leurs attentes, besoins, usages, que les acteurs de l’aménagement afin de comprendre leurs méthodes et leur langage. Pour créer ces innovations sociales, techniques et esthétiques, il nous faut très concrètement comprendre les contraintes de faisabilité, de champ de compétences des divers intervenants, de calendrier, etc.

 

Pratiques spontanées, Marion Quatrecasas, CENTQUATRE PARIS.

Pratiques spontanées, Marion Quatrecasas, CENTQUATRE PARIS.

3. Quels sont les enjeux culturels majeurs actuellement à vos yeux ?  

 

Pour développer ces nouvelles esthétiques dans l’espace public, il faut pouvoir revisiter les conditions de la commande et introduire des acteurs qui ne faisaient pas partie intégrante des projets urbains jusqu’alors. Pour construire de nouvelles formes de relations de travail, il faut développer des compétences pluridisciplinaires très opérationnelles. Pour ma part, j’ai une formation juridique et urbanistique (Paris X Nanterre et Institut d’Urbanisme de Paris), puis je me suis spécialisée dans la coordination de projets culturels transversaux grâce au Master Projets culturels dans l’espace public à la Sorbonne. Je puise aujourd’hui mes compétences tant dans l’ingénierie de projets culturels que de projets urbains.

 

 

4. Que voulez-vous faire dans les 10 prochaines années, quelles idées voulez-vous défendre ?

 

Je souhaite continuer à travailler pour des projets ou structures qui favorisent l’innovation publique et sociale, notamment dans le champ artistique et culturel. Tout cela est mouvant et une diversité d’acteurs y contribue : artistes, entrepreneurs, associations, collectivités, établissements publics, grands comptes, agences, consultants, etc. Je pense que tous aujourd’hui peuvent contribuer à faire évoluer les missions de service public. Dans dix ans, je ne sais donc pas dans quel type de structure je serai. Je pense que c’est plutôt mon instinct qui saura m’aiguiller vers des projets dans lesquels je pourrai déployer ces ambitions et compétences transversales.

 

 

Victoire Bech (8ème promotion du Master, 2012-2013) est chargée de mission ingénierie rattachée à la direction déléguée au développement et à l’innovation au CENT QUATRE, établissement artistique de la Ville de Paris.

Marbre d'ici, projet de Stefan Shankland, place du général de Gaulle, Ivry-sur-Seine

Marbre d'ici, projet de Stefan Shankland, place du général de Gaulle, Ivry-sur-Seine

Partager cet article

Published by Master Projets culturels dans l'espace public - dans Les étudiants
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 18:31

À l’occasion des 10 ans du Master Projets culturels dans l’espace public, nous avons identifié 10 lignes de force des arts en espace public pour les 10 prochaines années. Il s’agit de tendances de la création dont nous observons l’émergence et dont nous souhaitons soutenir le développement.

Ce travail collectif a été réalisé sous la direction d’Anne Gonon, auteur et chargée de cours au sein du Master, et de Pascal Le Brun-Cordier, professeur associé et directeur du Master, par les étudiants de la 10e promotion, réunis au sein de l’association Objet(s) Public(s) : Stéphanie Braka, Charlotte Cheveau, Marie Delor, Coralie Durand, Astrid Durocher, Camille Fukas, Essia Jaibi, Samir Ketila, Ariane Leblanc, Pauline Lisowski, Marie Monclus, Agathae Montecinos Pinheiro, Colombine Noébès-Tourrès, Morgane Noubel, Lou Paquet, Chloé Penha, Clémence Pierre, Marie Quelen, Ivana Rumanova, Robin Sepulcre.

Cette réflexion a été nourrie par 10 rencontres-débats organisées en 2015 à Paris et dans le Grand Paris, à Marseille et à Pilsen (République Tchèque), capitale européenne de la culture.

Découvrez le parcours-découverte réalisé à cette occasion en partenariat avec HorsLesMurs / Artcéna et la SACD : http://horslesmurs.fr/accueil/documentation-recherche/les-parcours-thematiques/les-parcours/10-lignes-de-force/

(Création graphique : Atelier Malte Martin) 

Où va la création en espace public ? L'analyse du Master en 10 points !

Partager cet article

Published by Master Projets culturels dans l'espace public
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 17:42
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)
Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)

Images du projet EN PLACES ! Crédit : Pascal Le Brun-Cordier (1 > 3), Jérémy Buttin (4 > 30)

EN PLACES ! Exploration sensible de la place publique.

La promotion 11 du Master 2 professionnel Projets culturels dans l’espace public de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a imaginé et organisé « EN PLACES ! Exploration sensible de la place publique » les 24, 25 et 26 mars 2016 place de la République, en partenariat avec le DSAA Alternatives urbaines (Vitry-sur-Seine) et le collectif d'architectes YA+K, avec le soutien de la Ville de Paris.


➤ PERFORMANCE ARTISTIQUE + RENCONTRES-DÉBATS

À l’occasion de ses 11 ans, le Master 2 professionnel Projets culturels dans l’espace public de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne transforme son cycle de rencontres-débats habituel. Les rencontres-débats sont désormais appuyées et complétées par une action artistique, sur un site unique, autour d’une même situation.

Le projet « EN PLACES ! Exploration sensible de la place publique » a ainsi été imaginé par les 19 étudiants du Master, membres de l’association Objet(s) Public(s), avec les étudiants du DSAA Alternatives urbaines de Vitry-sur-Seine et le collectif d’architectes YA+K pour les PAD - Petites Architectures Dansantes, installations performatives développées sur trois jours.

Cette initiative s’est inscrit dans la dynamique du programme « Réinventons nos places ! » initié en juin 2015 par la Ville de Paris pour sept de ses places. Le projet s'est déroulé sur la place de la République : depuis sa métamorphose en 2013, cette place est devenue un espace public particulièrement vivant, ouvert à une grande diversité d’usages, qui nous a paru constituer un terrain de jeu et de réflexion fertile.

« EN PLACES ! » articulait pendant trois jours une rencontre-débat le matin suivie l’après-midi de la mise en mouvement des PAD - Petites Architectures Dansantes, sur la place de la République.



➤ PROGRAMME ET INFORMATIONS PRATIQUES

// Jeudi 24 mars //
> 9h30-11h30 : Rencontre-débat 1 :

Quelle place pour la place dans la ville contemporaine ?

La place est un espace public qui fait l’objet d’attentions particulières dans la ville contemporaine, en particulier à Paris avec le programme “Réinventons nos places” lancé en juin 2015 par Anne Hidalgo, maire de Paris, qui vise, après la récente rénovation de la place de la République, à rénover sept nouvelles places. Lors de cette rencontre-débat organisée sur la place de la République au café Fluctuat Nec Mergitur, nous poserons les questions suivantes : qu’est-ce qu’une place publique ? Quels sont les usages des places parisiennes aujourd’hui ? Quels sont les enjeux urbanistiques, culturels et politiques de la rénovation des places parisiennes ? La rénovation des places est-elle une simple vitrine politique ou l’amorce d’un projet urbain plus global ? 

Avec : 
-Jean Attali, philosophe, professeur à l’ENSA Paris-Malaquais en urbanisme et projet urbain, 
-Laurence Daude, Direction de la Voirie et des Déplacements de la Ville de Paris, 
-Antoine Viger-Kohler, architecte et urbaniste, agence TVK, architecte du réaménagement de la place de la République et du pavillon Fluctuat Nec Mergitur. 

Jeudi 24 mars 2016, de 9h30 à 11h30, au café Fluctuat Nec Mergitur sur la place de la République. Entrée libre dans la limite des places disponibles. 

Rencontre préparée et présentée par Urielle Abelé, Camille Bodin, Lucy Cartuero, Fanny Duwez, Clémence Jost, Eva Lechartier, étudiantes au sein du Master professionnel Projets culturels dans l’espace public de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. En présence des étudiants et des enseignants du Master Projets culturels dans l’espace public et du DSAA Alternatives urbaines de Vitry-sur-Seine.


> 14-18h : manipulation des PAD, place de la République


// Vendredi 25 mars //
> 9h30-11h30 : Rencontre
-débat 2 :

Quelle place pour les artistes dans la fabrique de la ville contemporaine ?

Les artistes et les acteurs culturels sont de plus en plus souvent invités dans la conception et la mise en œuvre des projets urbains, dans des phases de diagnostic, de concertation ou de conception. À l’heure où la MNACEP - Mission nationale pour l’art et la culture dans l’espace public s’apprête à rendre public ses propositions, alors que l’idée d’un 1% travaux publics fait son chemin et que les expériences innovantes se multiplient, nous réunissons des artistes, des acteurs culturels, des élus et des opérateurs urbains pour échanger sur les principes qui président à ces nouvelles fabriques de l’urbanité, des conditions économiques et des cadres juridiques de leur mise en œuvre. 

Avec :
-Jean-Christophe Choblet, scénographe urbain, responsable de la mission d’expérimentation et aménagement de l’espace public de la Ville de Paris,
-Kashink, street artiste,
-Laetitia Lafforgue, présidente de la Fédération nationale des arts de la rue et comédienne,
-Michel Risse, compositeur, compagnie Décor Sonore,
-des membres du collectif d’architectes YA+K. 

Vendredi 25 mars 2016, de 9h30 à 11h30, à la galerie Düo, 24 Rue du Marché Popincourt, Paris 11e, métro Parmentier, Oberkampf ou République. COMPLET * 

Rencontre préparée et présentée par Sarah Demolliens, Margot de Roquefeuil, Fanny Duwez, Marion Le Doaré, Margaux Naville, étudiantes au sein du Master professionnel Projets culturels dans l’espace public de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. En présence des étudiants et des enseignants du Master Projets culturels dans l’espace public et du DSAA Alternatives urbaines de Vitry-sur-Seine.

> 14-18h : manipulation des PAD, place de la République

// Samedi 26 mars //

> 9h30-11h30 : Rencontre-débat 3 :

Créer dans l'espace public sous l'état d'urgence : mission impossible ?

L’instauration de l’état d’urgence le 14 novembre 2015 et sa prolongation jusqu’au 26 mai 2016, complique considérablement l’organisation des projets artistiques en espace public. De nombreuses manifestations sont annulées, et au-delà même des dispositions légales, un principe de précaution semble conduire les mairies et les préfectures à limiter voire à annuler toutes les autorisations. Beaucoup d’artistes et de responsables culturels considèrent que la législation actuelle est inadaptée, que la frilosité des pouvoirs publics est excessive, et surtout que nous avons besoin, tout en assurant la sécurité des personnes, de continuer à laisser les artistes intervenir dans l’espace public. Où situer la frontière entre sécurité et liberté d’expression ? Peut-on considérer que la création artistique en espace public favorise la résilience de nos sociétés et lutte efficacement contre toutes les logiques de repli et de division qui nous minent ? Qu’en est-il des actions artistiques non autorisées ?

Avec :
-Essia Jaïbi, conceptrice et accompagnatrice de projets artistiques et culturels en Tunisie et ailleurs,
-Caroline Loire, organisatrice de projets artistiques dans l’espace public à Paris (ART’r, A suivre),
-Ludovic Nobileau, artiste, compagnie X-TNT,
-Sébastien Renauld, artiste, collectif Boijeot-Renauld,
-Julien Rosemberg, directeur de HorsLesMurs, centre national de ressources des arts de la rue et des arts de la piste. 

Samedi 26 mars 2016, de 9h30 à 11h30, à la galerie Düo, 24 Rue du Marché Popincourt, Paris 11e, métro Parmentier, Oberkampf ou République. COMPLET * 

Rencontre préparée et présentée par Betül Ilhan, Sarah Mandagaran, Pauline Semo, Arnaud Idelon, Nepheli Koskinas, Elisa Mandiola Lopez, Valia Kardi étudiants au sein du Master professionnel Projets culturels dans l’espace public de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. En présence des étudiants et des enseignants du Master Projets culturels dans l’espace public et du DSAA Alternatives urbaines de Vitry-sur-Seine.

> 14-18h : manipulation des PAD, place de la République

>> Programme détaillé des rencontres-débats disponible dans la partie "Discussion" de l'évènement

-------------------------------------

* Vous êtes intéressés par les rencontres-débats mais ne pouvez y assister ou bien la rencontre est complète ? Retrouvez les podcasts sur la page du Master 2 et de l’association Objet(s) Public(s) dès le lendemain de la rencontre !

-------------------------------------

Evénement organisé par l'association Objet(s) Public(s) et le Master 2 professionnel Projets culturels dans l'espace public, avec le soutien de la Ville de Paris.

Facebook :

https://www.facebook.com/Objets-Publics-160203370857056/?fref=ts

https://www.facebook.com/masterpcep/

Blog : http://masterpcep.over-blog.com/

➤ PARTENAIRES

DSAA Alternatives urbaines

http://alternativesurbaines.org/

Collectif d’architectes YA+K

http://www.yaplusk.org/

https://www.facebook.com/collectif.yaplusk/?fref=ts

Café Fluctuat Nec Mergitur

http://fluctuat-cafe.paris/

https://www.facebook.com/FluctuatCafe/

Galerie Düo

https://www.facebook.com/duolovesyou/

➤ SOUTIEN

Ville de Paris

Direction de la Voirie et des Déplacements

http://www.paris.fr

Partager cet article

Published by Master Projets culturels dans l'espace public
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 01:37
Ed Fairburn

Ed Fairburn


Pour présenter votre candidature au Master 2 professionnel Projets Culturels dans l'Espace Public (PCEP), à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, vous devez commencer par vous assurer que notre formation correspond bien à vos attentes. Pour cela, consultez cet article de présentation générale du Master. Prenez le temps également de consulter les autres articles de ce Journal de bord du Master. 
 
Pour déposer votre candidature : rendez-vous du 2 au 17 mai 2016 sur le site de l'université Paris 1. .
 
Attention : il n'y a qu'une session de recrutement. Les candidats pré-sélectionnés seront convoqués fin le 2 ou 3 juin 2016. 
 
Pour vous présenter au Master 2 PCEP, vous devez être titulaire d'un diplôme de Master 1 (ou équivalent), avec au moins 14/20 de moyenne. Quelques exemples de Masters dont étaient titulaires des étudiants admis au Master PCEP les années passées : Ecoles d'architecture, Masters en urbanisme, Design d'espace, Ecole du Paysage, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Ecole de théâtre, Institut d'Etudes Politiques de Paris et de régions, Master Métiers des Arts et de la Culture, Etudes urbaines, Etudes culturelles, Sociologie, Arts plastiques, Arts du spectacle, Histoire de l'architecture, DSAA Alternatives urbaines... (liste non limitative). Des étudiants ayant effectué tout ou partie de leurs curcus en Europe et dans d'autres régions du monde ont également été admis, ainsi que des étudiants ayant effectué une VAE pour un niveau M1. 
 
Important : votre parcours universitaire et/ou vos expériences professionnelles doivent nécessairement témoigner d'un intérêt manifeste pour l'art dans l'espace public (art in situ, art in vivo, art contextuel, projets participatifs, projets de territoire, art urbain, artivisme... et toutes les formes qui se déploient en dehors des lieux culturels conventionnels tels que les théâtres, les galeries, les musées...) ou les relations art / culture / population / territoire (cf. les autres rubriques de ce site). Il peut s'agir d'un mémoire de M1 ou de M2, de dossiers universitaires, de stages, d'emplois, d'expérience associative, de projets artistiques ou culturels... Les candidats dont le parcours (ou le discours) ne témoigne pas d'un intérêt manifeste pour la spécialité du Master ne sont généralement pas pré-sélectionnés. 
 
Avant d'envoyer votre candidature : prenez le temps de parcourir ce site (notamment la rubrique Présentation) afin de vous assurer que la formation répond bien à vos attentes. Rappel : il s'agit d'un Master professionnel et non recherche. 
 
Préparation — Si vous envisagez de présenter votre candidature, nous vous invitons vivement à vous familiariser avec les questions abordées dans le cadre du Master, à participer au projet EN PLACES !, à rencontrer des étudiants si vous le souhaitez, à consulter les archives des cycles de rencontres-débats art [espace] public 200720082009201020112012 + 17 entretiens vidéos réalisés en 2010. 
 
Pour toute information concernant votre candidature, vous pouvez contacter Martine Solal, au bureau des Masters professionnels : 01 44 07 84 84. 


POUR LES CANDIDATS PRESELECTIONNES : 
Les étudiants pré-sélectionnés seront convoqués à un entretien
 les 2 ou 3 juin 2016. Ils seront informés de cette convocation par mail le 26 mai 2016 dans la soirée. 

Pour préparer cet entretien, ils doivent lire deux livres (ou plus) choisis parmi cette liste :
-Paul Ardenne, Un art contextuel : Création artistique en milieu urbain, en situation, d'intervention, de participation, Flammarion, coll. Poche, 2004.
-Jean Blaise, Jean Viard, Remettre le poireau à l'endroit, Editions de l'Aube, 2015. 
-Daniel Buren, À force de descendre dans la rue, l'art peut-il enfin y monter ?, Sens et Tonka, 1998. 
-Italo Calvino, Les Villes invisibles, Seuil, coll. Poche, 1996.
-Georges Perec, Espèces d’espaces, Galilée, 2000
-Robert M. Pirsig, Traité du zen et de l'entretien des motocyclettes, Points, 2013. 
-Jacques Rancière, Le spectateur émancipé, La Fabrique, 2008. 
 

Ils doivent également lire deux dossiers-documentaires (ou plus) des cycles art [espace] public 2009, 2010, 2011 ou 2012 (les dossiers-documentaires peuvent être téléchargés ici et ) ou deux dossiers publiés par Stradda, magazine de la création hors les murs. 

Ils seront interrogés par le jury sur ces lectures. 
 
...  
 
D'ici la rentrée universitaire, les candidats sont vivement encouragés à aller découvrir in situ les projets et œuvres pérennes du Voyage à Nantes et d'Estuaire (entre Nantes et Saint-Nazaire) et participer aux festivals ou aux diverses manifestations où sont présentées des créations en espace public ou in situ théâtre/danse/musique/arts numériques, par exemple Monumenta (les années paires), les festivals d'Avignon, de Chalon sur Saône, d'Aurillac, de Sotteville-lès-Rouen, de Graz, Terschelling..., et les manifestations organisées par le Channel à Calais, Excentrique en région Centre, les Pronomade(s) en Haute-Garonne, Culture Commune à Loos-en-Gohelle, Metropolis à Copenhague.... Les projets artistiques d'Estuaire et les principales créations 2016 présentées dans les festivals dédiés aux arts de l'espace public seront étudiées pendant l'année (une liste de spectacles et expositions à voir en priorité sera transmise courant juin aux étudiants). Des solutions d'hébergement économique sont possibles à Nantes (Auberge de jeunesse) et dans le cadre des principaux festivals (Chalon, Aurillac...). Pour info, chaque année, les futurs étudiants du Master s'organisent pour se retrouver pendant ces rendez-vous d'été, organiser des temps de rencontre (et trouver des solutions de mutualisation : transport, hébergement, repas...). 
 
Calendrier — La rentrée du Master aura lieu le 19 septembre 2016 (à confirmer). La fin de la formation à l'université est généralement début avril. Les étudiants effectuent un stage ou une mission d'au moins trois mois à partir du mois d'avril. 

Il n'est pas matériellement possible de suivre le Master tout en ayant une activité professionnelle. Le Master ne peut pas être effectué en deux ans. 


...

Pour les candidats à une VAE : consulter le site de
Paris 1. Dans le cadre de la préparation de votre dossier et de l'entretien, nous vous suggérons de lire plusieurs dossiers-documentaires du cycle art [espace] public (disponibles sur ce site) et plusieurs ouvrages de la bibliographie présentée plus loin. 

...
 
 
Le Master Projets Culturels dans l'Espace Public est un Master professionnel, qui présuppose un certain nombre de connaissances générales dans le champ de l'histoire et de l'actualité des arts plastiques et des arts du spectacle, de l'histoire et de l'actualité des politiques culturelles, des approches sociologiques, urbanistiques et poétiques de la ville notamment.
 
Voici quelques ouvrages, dans ces différents domaines, dont la lecture est vivement suggérée aux étudiants avant chaque rentrée. 
 
En premier lieu, quelques articles généraux sur la notion d'espace public :
-Antoine Fleury, article Espace public de l'encyclopédie en ligne Hypergeo : ici.
-Ilaria Casillo, article Espace public de DicoPart : ici
 
 
1. Arts plastiques et arts du spectacle au XXe et au XXIe siècle, notamment depuis cinquante ans :
Daniel Buren, À force de descendre dans la rue, l'art peut-il enfin y monter ?, Sens et Tonka, 1998. 
Stéphanie Lemoine et Samira Ouardi, Artivisme. Art, action politique et résistance culturelle, Editions Alternatives, 2010. 
Anne Gonon, In vivo, Les figures du spectateur des arts de la rue, Ed. L'Entretemps, collection Carnet de rue, 2011. 
Paul Ardenne, Un art contextuel : Création artistique en milieu urbain, en situation, d'intervention, de participation, Flammarion, coll. Poche, 2004.
Daniel Buren, A force de descendre dans la rue, l'art peut-il enfin y monter ?, Sens et Tonka, 1998.
Christophe Biet, Christophe Triau, Emmanuel Wallon, Qu’est-ce que le théâtre ?, Gallimard, coll. Folio-essais, 2006.
Philippe Chaudoir, Discours et figures de l'espace public à travers les arts de la rue. La ville en scènes, L'Harmattan, 2000. 
André Degaine, Histoire du théâtre dessinée, Editions Nizet, 2000. Ou, du même auteur, Le théâtre raconté aux jeunes : Le grand théâtre a toujours été civique, des Grecs à nos jours, Editions Nizet, 2006.
Jacques Livchine, Griffonneries, Les Solitaires Intempestifs, 2002.
Tartar(e), Grand Fictionnaire du théâtre de la rue et des boniments contemporains, Editions L'Entretemps, 2011. 
Voir également le web documentaire d'Antoine Viviani, IN SITU 
 
2. Histoire et actualité des politiques culturelles, enjeux culturels contemporains. 

Collectif, Déclaration de Fribourg : les Droits Culturels, 2007. En ligne

Collectif, Institutions et vie culturelles, La Documentation Française, 2007.

Nadia Arab, Burcu Özdirlik et Elsa Vivant, Expérimenter l’intervention artistique en urbanisme, Presses Univ. de Rennes, Collection : Espace et Territoires, 2016. 

Fabrice Lextrait et Frédéric Kahn, Nouveaux territoires de l'art, Editions Sujet/objet, 2006.

Françoise Lucchini (sous la dir.), La mise en culture des friches industrielles, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, 2016. 

Philippe Poirrier, L’Etat et la culture en France au XXe siècle, LGF - Livre de Poche, 2ème édition, 2006.

 
3. La ville, l'espace : approches poétiques, sociologiques, politiques
Ouvrage collectif sous la direction de Thierry Paquot, Yvette Masson Zanussi, Marco Stathopoulos, AlterArchitectures Manifesto, Infolio, 2012. 
Marc Augé, Non-Lieux, Seuil, 1992. 
Jean Blaise, Jean Viard, Remettre le poireau à l'endroitEditions de l'Aube, 2015. 
Italo Calvino, Les Villes invisibles, Seuil, coll. Poche, 1996.
Anne Clerval, Paris sans le peuple, La gentrification de la capitale, Ed. La Découverte, 2013. 
Michel Lussault, L'Homme spatial, La construction sociale de l'espace humain, Seuil, Paris 2007. 
Olivier Mongin, La Condition urbaine. La ville à l'heure de la mondialisation, Seuil, 2005. 
Georges Perec,
Espèces d’espaces, Galilée, 2000.
Laurent Petit, La ville sur le divan, Introduction à la psychanalyse urbaine du monde entier!, Editions La Contre Allée, 2013. 
Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de Paris, La Découverte, coll. Repères.
Nicolas Soulier, Reconquérir les rues. Exemple à travers le monde et pistes d’actions, Editions Ulmer, 2012. 
Revues : Stradda, Mouvement, Mouvements, Esprit, Urbanisme, Cassandre, Vacarme, La Scène...
Notamment : Reconquérir l'espace public, revue Esprit, novembre 2012. 
 
4. Le montage et le développement des projets artistiques et culturels 
Philippe Barthélemy, Financer son projet culturel (2° édition), Collection Dossiers d’Experts, Territorial Editions, 2012 ; Mobiliser le mécénat culturel, Collection Dossiers d’Experts, Territorial Editions, 2012. 
 
 
Cf. également les articles et ouvrages suivants :
Collectif, L'art, le territoire, Editions du CERTU, 2009.
Collectif, L'espace public, CNRS-Editions, coll. Les essentiels Hermès, 2008.

Hakim Bey, TAZ. Zone Autonome Temporaire, traduit de l’anglais par Christine Tréguier. En ligne

Serge Chaumier, Arts de la rue. La faute à Rousseau, L'Harmattan, 2007.

Yves Citton, Pour une écologie de l’attention, Paris, Seuil, 2014 

Thierry Davila, Marcher, Créer. Déplacements, flâneries, dérives dans l’art de la fin du XXème siècle, Editions du Regard, 2002
Michel Foucault, "Des espaces autres", Dits et écrits, tome 2, Gallimard, 1984. En ligne.

Carole Gayet-Viaud, « Les espaces publics démocratiques à l’épreuve du terrorisme », Métropolitiques, 20 novembre 2015. En ligne

Oskar Negt, L'espace public oppositionnel, Payot & Rivages, 2007.

Thierry Paquot, L’espace public, Paris, La Découverte, « Repères », 2009. 

Henri-Pierre Jeudy, Les usages sociaux de l'art, Circé, coll. poche, 1999.
Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques, 2008. En ligne.
Jacques Rancière, Le spectateur émancipé, La Fabrique, 2008. 
Christian Salmon, Storytelling : La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, La Découverte/Poche, 2008. 
Pierre Sansot, Poétique de la ville, Petite Bibliothèque Payot - poche, 2004.
Bernard Stiegler, notamment De la misère symbolique, tome 1 et 2, Galilée, 2004 et 2005.
Thierry Paquot, Des corps urbains, sensibilités entre béton et bitume, Editions Autrement, 2006.
Constantin Petcou et Doina Petrescu, « Au rez-de-chaussée de la ville », Multitudes, 2006. En ligne.
Luc Gwiazdzinski, La nuit dernière frontière de la ville, Editions de l’Aube, 2007 ; Périphéries, Voyage à pied autour de Paris, Editions de l’Aube, 2007 ; Si la ville m’était contée, Editions Eyrolles, 2005 ; Si la route m’était contée, Editions, 2007. 
Jean-Claude Wallach, La culture, pour qui ? Essai sur les limites de la démocratisation culturelle, Editions de l’Attribut, 2006.
Les ouvrages de la collection "Carnet de rue", publiés par les éditions de l'Entretemps.
Les articles publiés par Philippe Chaudoir : voir son site.
Consulter le Blog de la ville. La revue Métropolitiques
Et la documentation du Laboratoire Cresson, centre de recherche sur l'espace sonore et l'environnement urbain. 
 
Également :
-Tous les numéros de Stradda, magazine de la création hors les murs. 
-Cassandre notamment n°68, Un espace de moins en moins public, hiver 2007.
-Territoires n°470, Artistes, militants, habitants... Les nouveaux débatteurs de rue, septembre 2006.
-Les Cahiers Via Europea, revue pour la création dans l'espace public européen, n°1, Territoires, janvier 2008. En ligne.
 
Lire les dossiers documentaires réalisés dans le cadre des rencontres art [espace] public. Ils sont téléchargeables sur ce site. 
 
Bibliographie non exhaustive, complétée par les différents intervenants du Master tout au long de l'année. 
 
 
 
Rencontre-débat sur la création artistique contextuelle organisée par le Master avec Christophe Blandin-Estournet, directeur du Théâtre de l’Agora, Didier Ruiz, directeur de la Compagnie des Hommes, Danielle Bellini, directrice des affaires culturelles et de l’Education populaire de Tremblay-en-France, docteur en sciences sociales (Paris 7 Diderot), Olivier Landes, urbaniste, concepteur du projet d’art urbain In Situ à Aubervilliers, vendredi 13 février 2015 au théâtre de l’Agora, Scène nationale d’Evry-Essonne.

Rencontre-débat sur la création artistique contextuelle organisée par le Master avec Christophe Blandin-Estournet, directeur du Théâtre de l’Agora, Didier Ruiz, directeur de la Compagnie des Hommes, Danielle Bellini, directrice des affaires culturelles et de l’Education populaire de Tremblay-en-France, docteur en sciences sociales (Paris 7 Diderot), Olivier Landes, urbaniste, concepteur du projet d’art urbain In Situ à Aubervilliers, vendredi 13 février 2015 au théâtre de l’Agora, Scène nationale d’Evry-Essonne.

Partager cet article

Published by masterpcep - dans Actualité du Master
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 18:29
WALL DEMOCRACY : Arts urbains & temps de crises

Les étudiants du Master, réunis au sein de l'association Objet(s) Public(s), vont partir à Athènes fin mars à la rencontre de graffeurs, engagés ou non, pour recueillir dans un court film leurs propos et positions vis-à-vis de leur pratique artistique. Pour en savoir sur leur projet, et pour les aider, c'est ici !

Partager cet article

Published by Master Projets culturels dans l'espace public
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 15:41

Il vous reste une semaine pour contribuer au développerment du Master professionnel Projets culturels dans l'espace public ! Pour cela, demandez l'affectation de la taxe d'apprentissage de votre employeur à notre formation, en totalité ou en partie, et pour cela téléchargez ce dossier


Qu’est-ce que la taxe d’apprentissage ? 

Elle permet de faire participer les employeurs au financement des formations technologiques et professionnelles. Elle représente 0,5 % de la masse salariale brute de l’année précédente. C'est le seul impôt pour lequel l’entreprise peut décider une affectation autre qu'au Trésor Public ! Notre Master, le seul en Europe dédié à l'art en espace public, peut en bénéficier. 
 
Qui est assujetti à cette taxe ?
Les personnes physiques et morales imposées au titre des bénéfices industriels et commerciaux, et les sociétés et autres personnes morales passibles de l'impôt sur les sociétés, quel que soit leur objet. 

À quoi sert la taxe d’apprentissage qui nous est affectée ?
Elle nous aide à développer notre action pédagogique en faveur de la création artistique en espace public. Nous pouvons également par ce biais développer des liens privilégiés avec les structures qui nous soutiennent. 

Comment affecter votre taxe d'apprentissage au Master ?
Le versement s'effectue par l’intermédiaire d’un organisme collecteur de la taxe d’apprentissage - OCTA. Cf. le document à télécharger (ou demandez à votre expert comptable). Date limite de versement : 29 février 2016. 

Pour toute autre précision, n'hésitez pas à nous contacter.

Les étudiants ainsi que les professionnels et les universitaires de l'équipe pédagogique vous remercient pour votre aide !
Affecter la taxe d'apprentissage de votre employeur au Master : c'est facile.

Partager cet article

Published by - dans Actualité du Master
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 11:15
 
LES STAGES  

Les étudiants du Master Projets culturels dans l'espace public effectuent un (ou plusieurs) stage(s) à temps plein à partir du mois d'avril.

Dans le cadre de leurs stages, les étudiants effectuent des missions de production, médiation, administration, gestion, recherche de partenariats, accompagnement de programmation...  

Rappel du cadre réglementaire

Nous transmettre vos offres de stage. 


LES EMPLOIS

A l’issue de la formation de Master 2, les étudiants peuvent exercer des fonctions de
conception, production, administration ou médiation de projets artistiques et culturels, en particulier dans l’espace public, au sein de structures privées (associations, entreprises, coopératives…) ou publiques (État, collectivités territoriales, EPCI, EPCC), à des postes de chargé de mission (pour le 1% notamment), chargé de production, administrateur, DAC, responsable de projet, responsable d’équipement

Afin de favoriser concrètement l’insertion professionnelle des étudiants, le Master Projets Culturels dans l'Espace Public à ceux qui voudraient créer leur propre structure, et par là même leur emploi, un enseignement d’accompagnement à la création d’entreprise et d’association : choix des statuts, modes de gestion, aides bancaires, fiscalité, présentation d’expériences… 


Informations sur l'insertion professionnelle des étudiants du Master.

Transmettez-nous votre demande ; nous la ferons suivre aux étudiants ou aux anciens étudiants du Master Projets Culturels dans l'Espace Public. 

 
Vous proposez un stage ou un emploi ?

Partager cet article

Published by masterpcep - dans Stages-Emplois
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 14:04

Les 19 étudiants de la 11ème promotion du Master Projets culturels dans l’espace public ont commencé leur formation cette semaine, sur les chapeaux de roue et sur le terrain :

-à l'Atelier du Territoire de la culture et de la création de Plaine Commune : un lieu d'expression et d’expérimentation "pour fabriquer ensemble la ville de demain",

-au 6b, lieu de création et de diffusion à Saint-Denis, où travaillent 161 résidents, dont d’anciens étudiants du Master comme Laura Doucène, qui développe ses créations graphiques et culinaires dans l’espace public avec Goûte-moi ça !

HorsLesMurs, centre national de ressources pour les arts de la rue et les arts de la piste,

-dans les rues de Paris à l’occasion du Parking Day, un événement qui mobilise citoyens, artistes, activistes pour transformer temporairement des places de parking payantes en espaces artistiques et conviviaux.

-et bien sûr à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, notamment avec d’anciens étudiants de la formation membres de l’association Objet(s) Public(s).

Suivez-nous ici ou sur Facebook !

La 11ème promotion du Master est sur le terrain !
La 11ème promotion du Master est sur le terrain !
La 11ème promotion du Master est sur le terrain !
La 11ème promotion du Master est sur le terrain !
La 11ème promotion du Master est sur le terrain !
La 11ème promotion du Master est sur le terrain !
La 11ème promotion du Master est sur le terrain !
La 11ème promotion du Master est sur le terrain !

Partager cet article

Published by
19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 13:50
Article de La Scène, numéro été 2015, p. 74

Article de La Scène, numéro été 2015, p. 74

Article de La Scène, numéro été 2015, p. 75

Article de La Scène, numéro été 2015, p. 75

Partager cet article

Published by
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 09:58

Banniere-cycle-aep-2015.png 

D'ici à demain 

 

Chaque année, le Master professionnel Projets culturels dans l’espace public de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (UFR 04 Arts plastiques et sciences de l'art) propose un cycle de rencontres-débats et d’expériences singulières autour des enjeux de l’art et de la création en espace public. 

 

En 2015, le Master fête ses 10 ans. La tentation est grande de regarder dans le rétroviseur et d’analyser de façon rétrospective les évolutions des projets artistiques et culturels dans l’espace public que le Master accompagne depuis 2005. Mais plus grande est l’envie de se projeter de façon prospective. Quelles seront les lignes de force des arts en espace public dans les 10 ans qui viennent ? Quelles tendances sont en train d’émerger ? Lesquelles souhaitons-nous valoriser et encourager ? 

 

Pour présenter ces 10 lignes de force pour les 10 prochaines années, nous organisons 10 rencontres-débats publiques, à Paris et dans le Grand Paris, à Marseille et à Pilsen (République Tchèque), capitale européenne de la culture, en février, mars et avril 2015. Ces rencontres ouvertes à tous réuniront des artistes, des penseurs et des concepteurs de l’espace public. Entrée libre, dans la limite des places disponibles.  

  

Le cycle art [espace] public est organisé par le Master Projets culturels dans l’espace public (responsable : Pascal Le Brun-Cordier), avec l’association Objet(s) Public(s). Les étudiants de la 10ème promotion du Master : Stéphanie Braka, Charlotte Cheveau, Marie Delor, Coralie Durand, Astrid Durocher, Camille Fukas, Essia Jaibi, Samir Ketila, Ariane Leblanc, Pauline Lisowski, Marie Monclus, Agathae Montecinos Pinheiro, Colombine Noébès-Tourrès, Morgane Noubel, Lou Paquet, Chloé Penha, Clémence Pierre, Marie Quelen, Ivana Rumanova, Robin Sepulcre. Des entretiens consacrés à ces 10 tendances, filmés par les étudiants du Master et réalisés en partenariat avec HorsLesMurs, seront mis en ligne parallèlement aux rencontres-débats sur ce site, ainsi que sur le site de la MNACEP - Mission Nationale pour l’Art et la Culture dans l’Espace Public. Le cycle 2015 est dirigé par Anne Gonon, chargée de cours, et Pascal Le Brun-Cordier, professeur associé et directeur du Master. 

 

 

#1 Marcher 

Les territoires dessinés par la marche

 

Encore souvent réduite à la question de la mobilité, la marche a pourtant depuis longtemps dépassé sa vocation strictement utilitaire. À travers de nombreuses formes artistiques, elle est plus que jamais poétisée et déclinée. Marche esthétique, elle est mise en scène dans des parcours guidés. Marche sensible, elle active nos sens à la découverte de micro-détails de notre environnement, souvent inaperçus au quotidien. Marche physique, elle met le corps à l’épreuve de l’espace et de ses représentations. Quelle alternative l’art de marcher propose-t-il face à une société en permanente accélération ? Dans quelle mesure les cartographies sensibles proposées par les artistes, souvent activées par des habitants, peuvent-elles nourrir et déplacer les cartes classiques ? Comment les politiques publiques peuvent-elles s’emparer de ces nouvelles pratiques artistiques ? 


Avec Nawal Guendouz, architecte et collaboratrice de Bel Horizon dans le cadre des marches urbaines d’Oran, Karen O’Rourke, professeur à l'université Jean-Monnet (Saint-Etienne), Véronique Pény, directrice artistique de la compagnie KMK, Michel Risse, directeur artistique de la compagnie Décor Sonore. 

 

Vendredi 6 février 2015, à la Villa Mais d’Ici, 77 Rue des Cités à Aubervilliers (métro ligne 7, station Aubervilliers - Pantin - Quatre Chemins), 19h-21h.

De 16h à 18h, nous vous proposons une balade "Borderliners" avec la compagnie Décor Sonore. Inscription par mail à artespacepublic2015@gmail.com (places limitées). Le lieu de départ sera indiqué par mail aux inscrits. 

 

Rencontre préparée par Stéphanie Braka et Agathae Montecino.

 

 

#2 Créer In Situ

Des projets artistiques et culturels au cœur du contexte

 

Entretenant un lien étroit au réel, des artistes visuels ou du spectacle vivant font du contexte — humain, urbain, paysager... — l’essence de leur démarche. Ce processus de création in situ impacte les habitants, souvent invités à s’impliquer, qui redécouvrent ainsi leur quotidien. Les artistes sont, eux aussi, déstabilisés, questionnés dans leur pratique, influencés par le terrain dont ils s’imprégnent. Dans un élan similaire, les opérateurs culturels développent une action culturelle contextuelle qui s’inscrit dans la durée. En quoi la démarche des artistes et des opérateurs est-elle modifiée par la mise en oeuvre de ces projets ? Comment font-ils évoluer le paysage de la création et de la culture ? Quels sont les effets sur la population ? De tels projets permettent-ils une certaine forme d’émancipation ? 

 

Avec Christophe Blandin-Estournet, directeur du Théâtre de l’Agora, Didier Ruiz, directeur de la Compagnie des Hommes, Danielle Bellini, directrice des affaires culturelles et de l’Education populaire de Tremblay-en-France, docteur en sciences sociales (Paris 7 Diderot), Olivier Landes, urbaniste, concepteur du projet d’art urbain In Situ à Aubervilliers.


Vendredi 13 février 2015, Théâtre de l’Agora, Scène nationale d’Evry-Essonne, dans le Centre Commercial Evry 2 (RER D station Evry-Courcouronnes), 18h-19h30. 

Du 1er au 7 février 2015, 7 clowns sont accueillis par des familles d’Evry. Ce projet de L’apprentie compagnie, proposé par le Théâtre de l’Agora, s’achève le 13 février par La soirée des 7 familles. Assistez-y après la rencontre-débat, à 20h, dans la grande salle du théâtre (2 euros, réservation auprès du Théâtre au 01 60 91 65 65). Restauration possible sur place. 

Rencontre préparée par Coralie Durand, Marie Delor, Lou Paquet. 

 

 

#3 Jardiner le monde

Comment la nature travaille le genre urbain

 

En réponse aux questionnements environnementaux qui animent nos sociétés, de nombreuses actions brouillent les frontières entre bitume et nature, renouvelant ainsi la perception et l’expérience de la ville par ses habitants. Guerrilla gardening, installations d’art végétal, jardins partagés sont autant de formes qui s’approprient des espaces vacants, déterminent de nouveaux usages de l’espace public et activent une nouvelle écologie urbaine. Que provoque ces irruptions de la nature en ville ? Quels rôles les artistes, les paysagistes et les structures culturelles jouent-ils dans la sensibilisation au développement durable ? En quoi le végétal, matériau de l'artiste, est-il vecteur politique et/ou esthétique de structuration urbaine ? 

 

Avec Laurent Bourdereau, directeur du Domaine de Chamarande (91), Liliana Motta, artiste, botaniste, paysagiste, et Nicolas Soulier, architecte et urbaniste. 


Vendredi 20 février 2015, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Saint-Charles (amphithéâtre), 47 rue des Bergers (métro ligne 8, station Boucicaut ou Lourmel ou ligne 10, station Charles-Michels ou Javel André-Citroën), de 19h à 21h. 

Rencontre préparée par Pauline Lisowski et Marie Quelen. 

 

 

#4 Explorer l’extra-urbain 

(En)jeux artistiques et culturels d’une France pas si périphérique

 

À l’écart des métropoles en chantier, loin des villes connectées concentrant l’essentiel des richesses, les territoires extra-urbains sont depuis peu au cœur de vifs débats. 60% de la population et 80% des classes populaires vivraient dans cette “France périphérique”, péri-urbaine ou rurale, fortement précarisée et souvent oubliée. Qu’ils soient présentés comme « bucoliques », ou, plus négativement « ordinaires », voire « moches », ils souffrent de préjugés qui alimentent le mythe de leur déclin. Qu’en est-il exactement ? Comment artistes et acteurs culturels occupent-ils ces terrains ? Dans quels types de lieux et d’espaces publics et avec quels projets ? Quels enjeux identifient-ils ? Quelles difficultés rencontrent-ils ? 

 

Avec Luc Gwiazdzinski, géographe et enseignant-chercheur à l'université de Grenoble, Alice Lamy, chargée du développement territorial à Animakt, lieu de fabrique pour les arts de la rue (Saulx-les-Chartreux), Elsa Vanzande, membre du collectif La Folie Kilomètre. 

 

 

Vendredi 6 mars 2015 à Gare au théâtre, 13, rue Pierre Sémard à Vitry-sur-Seine (RER C, station Vitry-sur-Seine), de 18h30 à 20h30. 
 

À la suite de la rencontre, Gare au théâtre propose un concert de chants et musiques balkans, “EFTA” (réservations auprès de Gare au théâtre, 01 55 53 22 56). Bar et restauration légère sur place.

La veille de cette rencontre-débat, jeudi 5 mars, une marche exploratoire, à la découverte des territoires pluriels de l’Essonne, est organisée en collaboration avec Animakt, lieu de fabrique pour les arts de la rue. De la gare RER de Palaiseau-Villebon (91) jusqu’à Animakt à Saulx-les-Chartreux (91), nous traverserons ville et campagne et questionnerons les frontières de l’urbain. Rendez-vous à 14h30 à la gare RER de Palaiseau-Villebon. Réservation : artespacepublic2015@gmail.com 

Rencontre préparée par Stéphanie Braka, Charlotte Cheveau, Pauline Lisowski, Robin Sepulcre. Remerciements à Gare au théâtre, Frictions urbaines et Animakt. 

 

 

#5 Augmenter l’expérience 

Des spectateurs à l’épreuve de situations artistiques

 

L’expérience est omniprésente dans le champ artistique hors les murs. Plongé dans des situations et des interactions inédites, préméditées ou spontanées, le spectateur expérimente de nouveaux rapports au monde et aux autres. Parallèlement à ces interventions artistiques, le marketing et la publicité investissent également la sphère de l’expérience. L’attention des individus est devenue un objet de conquête, un véritable enjeu, qu’on tente de s’approprier en utilisant l’expérience comme moyen pour les uns et comme questionnement pour les autres. Quelles sont les procédés utilisés par les artistes pour augmenter l’expérience ? En quoi la réception esthétique s’en trouve-t-elle modifiée ? Le détournement des gestes artistiques par le marketing ne contribue-t-il pas à disqualifier ces expériences esthétiques vécues par les spectateurs ? 

 

Avec Gabriella Cserhatidirectrice artistique du collectif GK, Anyssa Kapeluszmaître de conférences en études théâtrales à l'université d'Aix-Marseille, Corinne Pontierartiste, fondatrice  du groupe ici-Même (Grenoble). 

 

Jeudi 12 mars 2015, Cité des arts de la rue, 225 avenue des Aygalades à Marseille, 10h-12h. 

Rencontre-débat organisée en partenariat avec la FAI-AR, Lieux publics et le Citron Jaune, dans le cadre des rencontres Delta. 

Rencontre préparée par Essia Jaibi, Ariane Leblanc, Morgane Noubel, Chloé Penha. 
 

 

#6 Activer l’espace public politique 

Des gestes artistiques révélateurs de dissensus 

 

L’espace public n’a rien d’un espace naturellement partagé et ouvert. Il se présente souvent bien au contraire comme un territoire physique et symbolique largement inégalitaire auxquels certains citoyens, invisibles ou inaudibles, n’accèdent pas ou rarement. Ici et là, des artistes ont fait le choix d’interroger la dimension politique de l’espace public en proposant d’autres représentations et d’autres usages. Comment parviennent-ils à ménager, voire imposer, des espaces de visibilité pour ceux qui demeurent hors du champ de l’attention ? Comment déjouent-ils les représentations dominantes et stigmatisantes des exclus ? Quels sont les effets de ces projets qui activent, souvent par la critique et le dissensus, la dimension politique de l’espace public ? 

 

Avec notamment Sébastien Thiéry, chercheur en sciences politiques et en architecture, confondateur du PEROU, Pôle d’Exploration des Ressources Urbaines, Valérie de Saint-Do, auteure, journaliste critique de théâtre et d'arts plastiques, Arnaud Théval, artiste. 

Vendredi 20 mars 2015, à l´Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre Saint-Charles (amphithéâtre), 47, rue des Bergers (métro : ligne 8 station Boucicaut ou Lourmel, ligne 10 station Charles-Michels ou Javel André-Citroën). De 19h à 21h. 

Rencontre préparée par Colombine Noébès-Tourrès, Marie Monclus, Clémence Pierre et Ivana Rumanova.

 

#7 Hacker les espaces publics immatériels

Quand les artistes se saisissent de la radio et des réseaux sociaux 

 

L’espace public ne se limite pas aux espaces physiques : il s’étend aussi, et de plus en plus, aux médias, au web, aux réseaux sociaux. Alors que nous y passons un temps croissant, peu de projets artistiques se sont pour le moment attachés à en explorer les potentialités, à en interroger le fonctionnement, à en détourner les usages, à en repousser les limites. En compagnie d’artistes qui se sont emparés de Facebook, de Grindr (application de drague géolocalisée) et du média radiophonique, nous nous interrogerons sur les enjeux artistiques et culturels de leurs projets et sur l’étendue du champ des possibles.

 

Avec notamment Camille Louis, Laurie Bellanca, Sylvia Fredriksson du collectif kom.post. 

 

POUR DES RAISONS TECHNIQUES, LA RENCONTRE DOIT ÊTRE REPORTÉE. NOUS VOUS TIENDRONS INFORMÉS DE LA DATE ET DU LIEU DÈS QUE POSSIBLE.


Rencontre préparée par Coralie Durand, Ariane Leblanc, Lou Paquet, Chloé Penha. 

 

 

#8 Repenser la ville 

Les fabriques alternatives de l’urbanité  

 

Depuis quelques années, les manières de penser la ville évoluent et de nouveaux acteurs émergent. En parallèle des actions menées par les institutions, de jeunes collectifs à l’image d’Exyzt, Cochenko ou Raumlabor, offrent une alternative aux pratiques traditionnelles de l’urbanisme. Artistiques, constructives, culturelles, éducatives, citoyennes ou politiques, ces démarches témoignent de l'émergence de nouveaux enjeux. En quoi cette tendance fait-elle écho aux défis de demain ? Comment ces nouvelles pratiques interrogent-elles l'action collective ? Quelles collaborations entre acteurs privés, institutions et collectifs peuvent être envisagées pour l’avenir de nos espaces publics ? 

 

Avec Marie-Pierre Bouchaudy, Plaine Commune (Mission Nuage), Hugues Bazin, chercheur indépendant en sciences sociales au Laboratoire d'Innovation Sociale par la Recherche-Action (LISRA) (blog), Pascal Ferren, chargé de projet au pOlau, Pôle des Arts Urbains (Tours), Clothilde Kullmann, doctorante EIREST, assistante directeur de projet au sein de la SEMAPA (réactante), Stéphane Vincent, délégué général de la 27ème Région (grand témoin de la rencontre). En présence de membres des collectifs YA+KDidatticaColocoQuatorzeSaprophyte, Pixel 13, Cochenko, Horizome... 

 

Vendredi 27 mars 2015, Pavillon de l'Arsenal, 21 bd Morland, Paris 4ème (métro Sully Morland ou Bastille), 18h30-21h. Sur inscription à l’adresse suivante : artespacepublic2015@gmail.com

 

Rencontre préparée par Colombine Noébès-Tourrès, Marie Monclus, Clémence Pierre et Samir Ketila 

 

 

#9 Voyager autrement 

Des protocoles d’exploration réinventent l’art du déplacement 

 

De plus en plus de touristes ne se contentent plus d’un rôle d'observateur et ne se précipitent plus exclusivement vers les sites et monuments traditionnels. Le terme même de “touriste” est perçu comme péjoratif par certains. Prônant les bienfaits du déplacement, celui qui emmène ailleurs physiquement et bouleverse mentalement, ils recherchent une véritable rencontre avec le pays visité. En somme, le tourisme de masse ne fait plus recette auprès de ceux qui sont en quête d’une expérience “authentique”, qu’ils trouvent bien souvent auprès des habitants, devenus les meilleurs ambassadeurs et “greeters” qui soient. Cette aventure du voyage, au bout de la rue comme de l’autre côté de la planète, a été investie par de nombreux artistes de l’espace public. Comment, à travers leurs interventions, contribuent-ils à révéler l’esprit d’un lieu ? En quoi modifient-ils la perception des paysages traversés ? Quelles modalités de coopération instaurent-ils à la population ? 
 

Avec Adriana Kabova (anthropologue, Université Charles à Prague), Trevor Davies (Københavns Internationale Teater), Jiří Sulženko et Christian Potiron (PLZEŇ 2015). 

 

Jeudi 2 avril 2015, de 18h à 20h, à Pilsen (République Tchèque), à Plzen – zastávkaPřeštická 1761/4. 

 
Cette rencontre-débat a lieu à Pilsen, capitale européenne de la culture 2015, à l’occasion d’un voyage des étudiants du Master. Accueillis chez l’habitant, et en collaboration avec des artistes invités au séminaire du réseau européen IN SITU, ils vont expérimenter des modalités alternatives de découverte de la ville.
 

Rencontre préparée par Charlotte Cheveau, Samir Ketila, Agathae Montecinos Pinheiro, Ivana Rumanova. 

 

 

Objevovat město jinak. Veřejná diskuze z cyklu „Art [espace] public“

 

Místo a datum konání: Čtvrtek 2. Dubna 2015, Plzeň Zastávka, Přeštická 1761/4, 18:00

 

Čím dál tím více turistů se nespokojí s rolí pozorovatelů a necestují pouze za tradičními turistickými cíli. Samotné označení „turista“ se stalo téměr hanlivým a novodobí „cestovatelé“ chtějí objevit a zažít místo jinak, v bližším kontaktu s obyvateli a specifickým kontextem. Cestovatelskými zážitky, které se dají zažít jak na ulici ve svém vlastním městě, tak na druhém konci světa, se začalo zabývat mnoho umělců tvořících ve veřejném prostoru. Jakými prostředky může umění vstoupit do hry a zviditelnit to, co je vytěsněno z oficiální reprezentace města? Cílem debaty je diskutovat možnosti, ale také limity participace v umění. Jaké jsou nástrahy přístupu, který se stal voblasti umění ve veřejném prostoru už téměř paradigmou, k jakým otázkám vybízí?

 

Hosté: Adriana Kábová (kulturní antropoložka, FHS Praha), Trevor Davies (IN SITU), Jiří Sulženko, Christian Potiron (PLZEŇ 2015). Moderují: Studenti programu „Kulturní projekty ve veřejném prostoru“ z Univerzity Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

 

 

 

#10 Fêter 

La création d'un commun éphémère 

 

Parallèlement au développement des réseaux sociaux et à l’augmentation du temps passé devant des écrans semble croître le désir de vivre des temps partagés où s’éprouve le plaisir d’être ensemble, de recréer un corps social à la fois physique et symbolique. Ces moments d’une grande diversité – exubérants ou modestes, prenant la forme de festivals, de carnavals, de déambulations néo-foraines, de grandes fêtes de ville menées tambour battants ou de rendez-vous de quartiers presqu’improvisés – se ressemblent sur un point : ils façonnent du commun. Un commun éphémère, consumé dans l’ici et maintenant, mais qui nourrit la ville et la mémoire de ses habitants, en manifestant une urbanité chaleureuse. Comment s’inventent et se partagent ces espaces-temps festifs ? Comment amener la population d’un même territoire à s’éprouver dans un “nous” ? Comment les esthétiques des fêtes traditionnelles évoluent-elles ? Dans quelle mesure ces évènements rassembleurs ont-ils une valeur de rite ? En quoi peuvent-ils être politiques ? 

 

Avec Jacques Livchine, metteur en songes, Théâtre de l’Unité, et Michel Maffesoli, sociologue, professeur à l’université Paris Descartes. 

Vendredi 10 avril 2015 à La Ferme du Bonheur à Nanterre (RER A direction St Germain en Laye, arrêt Nanterre Université, sortie 1. Traverser la Fac, longer la palissade des poètes avec des cirques derrière et des vignes devant. Entrée face aux deux pianos enfoncés dans la terre). De 19h à 21h.

Rencontre préparée par Astrid Durocher et Camille Fukas. 

 

 

 

 

En partenariat avec Radio Campus Paris

En partenariat avec Radio Campus Paris

Quelques-unes des personnes présentes le 20 février 2015 pour participer à la rencontre Jardiner le monde — Comment la nature travaille le genre urbain.

Quelques-unes des personnes présentes le 20 février 2015 pour participer à la rencontre Jardiner le monde — Comment la nature travaille le genre urbain.

Partager cet article

Published by - dans art [espace] public
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 00:51
Les étudiants de la 10ème promotion du Master accueillis pour le premier jour de la formation par la compagnie Les Souffleurs commandos poétiques à Aubervilliers.
Les étudiants de la 10ème promotion du Master accueillis pour le premier jour de la formation par la compagnie Les Souffleurs commandos poétiques à Aubervilliers.

À quoi ont ressemblé les trois premiers mois de la 10ème promotion du Master ? Des cours, des ateliers, avec l'équipe pédagogique du Master : Philippe Barthélemy, Gustave Galeote, Anne Gonon, Charles Ambrosino, Eric Baron, Danielle Bellini, Christophe Blandin-Estournet, Laurent Bourdereau, Olivier Comte, Etienne Delprat, Chantal Lamarre, Pascal Le Brun-Cordier, Maud Le Floch, Stéphanie Lemoine, Mathieu Maisonneuve, Samira Ouardi, Marc Patard, Laurent Petit, Michel Risse, Bénédicte Rochet, José Rubio, Serge Saada, Philippe Saunier-Borrell, Jean-Dominique Secondi. (Présentation de l'équipe pédagogique : ici)

Et, parallèlement à ces enseignements, de nombreuses rencontres avec des artistes, des responsables culturels, des visites d'exposition, des spectacles...

16 septembre 2014 : rentrée de la 10ème promotion du Master. Première journée : nous sommes chez les Souffleurs, commandos poétiques, à Aubervilliers, avec Olivier Comte. Découverte de leur univers et de leurs diverses "tentatives de ralentissement du monde", échanges sur l'acte poétique en espace public, présentation des étudiants, échanges sur les spectacles vus pendant l'été (photo).

17 septembre 2014 : participation au lancement du festival Temps d'images au CENTQUATRE, vernissage de l'exposition Passé simple, futurs composés, des images en contrechamp. L'exposition a été conçue par Amanda Abi khalil, ancienne étudiante du Master, aujourd'hui curatrice indépendante et fondatrice de Temporary Art Platform au Liban.

20 septembre 2014 : découverte d'URBAPHONIX, de la cie Décor Sonore, à Montreuil, dont le directeur artistique, Michel Risse, est un des intervenants du Master.

24 septembre 2014 : rencontre avec Christophe Blandin-Estournet, directeur de l'Agora, scène nationale d'Evry et de l'Essonne, membre de la MNACEP, Mission nationale pour l'art et la culture dans l'espace public. Présentation du projet de l'Agora. En soirée, spectacle "mise en bouche", cie Kiaï, cie Indisciplinée.

25 septembre 2014 : rencontre avec Loyce Hébert et Carmen Camboulas, anciennes étudiantes du Master, fondatrices de Renard Urbain.

26 septembre 2014 : remise des diplômes de la promotion 2013. Assemblée générale de l'association Objet(s) Public(s), association des étudiants du Master, anciens et actuels, ayant pour vocation le développement de projets artistiques en espace public.

27-28 septembre 2014 : participation au festival Les arts de la rue à Châtillon. Découverte des spectacles de David Rolland Chorégraphie, Groupenfonction, Ktha cie... Participation au festival des Vendanges à Bagneux, découverte de The Color of Time de la cie Artonik, Echappées Belles : sortie de secours, de la cie Adhok.

4 octobre 2014 : participation à la Nuit Blanche.

14 octobre 2014 : rencontre avec Denis Tricot.

20 octobre 2014 : rencontre avec Tibo Labat, démarche HQAC - Haute qualité artistique et culturelle, à Aubervilliers (direction artistique : Stéfan Shankland).

6 novembre 2014 : rencontre avec Antoine Cochain, ancien étudiant du Master, directeur technique adjoint de la Nuit Blanche, et co-fondateur de l'association Point de Rassemblement.

7 novembre 2014 : rencontre à Bagneux au Plus Petit Cirque du Monde avec Loïc Julienne, architecte, dans le cadre des Vendredis Baraques.

12 novembre 2014 : rencontre avec Eleftérios Kechagioglou, directeur du Plus Petit Cirque du Monde à Bagneux, présentation du projet, visite du chantier.

19 novembre 2014 : participation à la soirée des PARIS DE L'HOSPITALITÉ au Pavillon de l'Arsenal, organisée par le PEROU, Pôle d'Exploration des Ressources Urbaines, cofondé par Sébastien Thiéry, chercheur en sciences politiques et en architecture. Découverte des projets sélectionnés.

26 novembre 2014 : Le graphisme qui se mange ! Rencontre avec Laura Doucène, ancienne étudiante du Master, co-créatrice de Goûte-moi ça !

27 novembre 2014 : participation aux ateliers des rencontres annuelles du réseau Banlieues d'Europe à Saint-Denis. Thème : Jeunesses créatives au cœur des villes européennes.

28 novembre 2014 : rencontre avec Julie De Muer, conteuse urbaine, créatrice des www.promenades-sonores.com

29 novembre 2014 : participation à la fête de la soupe organisée notamment par le collectif Cochenko.

4 décembre 2014 : rencontre avec Victor Leclère, la Magnanerie, ancien étudiant du Master. Rencontre avec Gaëtan Pellan, ancien directeur de l'Institut Français d'Oran, aujourd'hui au Pôle recrutement du Ministère des Affaires Etrangères.

5 décembre 2014 : rencontre avec Yann Toma, artiste, président à vie de Ouest-Lumières, professeur des universités à Paris 1.

9-10-11 décembre 2014 : workshop de psychanalyse urbaine avec Laurent Petit, Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine. Etude de cas : le Grand Paris. Présentation publique au Cirque Electrique le 11 décembre.

12 décembre 2014 : flash workshop avec Andre Dekker du collectif l'Observatorium, et Lucie Piard, architecte-paysagiste, ancienne étudiante du Master.

17 décembre 2014 : rencontre avec Valentine Roy et Marie-Pierre Bouchaudy, Plaine Commune. Rencontre avec Arnaud Idelon et Samuel Belfond, projet Bright Lights. Big Cities (Manchester/Paris).

18 décembre 2014 : La politique de la ville : quoi, pourquoi, qui, comment ? Présentation de Gentiane Guillot, secrétaire générale de HorsLesMurs.

15 janvier 2015. Présentation de l'exposition IN SITU à Aubervilliers (40 artistes urbains) avec son concepteur, l'urbaniste Olivier Landes.

16 janvier 2015. Visite guidée d'Actlab avec Pierre Chantereau de Bellastock.

19 janvier 2015 : présentation de l'exposition Post Carbone. L'art contemporain au service de la transition énergétique, par Alice Audouin, commissaire de l'exposition. Au siège du groupe La Poste.

22 janvier 2015. Rencontre avec Françoise Léger, directrice du Citron Jaune, Centre National des Arts de la Rue, et du festival d'art environnemental les Envies Rhônements (Camargue).

22 janvier 2015. Rencontre avec Magali Riesser, directrice de la stratégie, des partenariats et des affaires générales, responsable du projet culturel. Etablissement Public de Santé Barthélemy Durand (Etampes).

23 janvier 2015. Visite d'étude de l'abbaye de Maubuisson. Site d'art contemporain du CG du Val d'Oise. Rencontre avec Isabelle Gabach, directrice de l'abbaye.

2 février 2015. Rencontre avec Yann Toma, artiste, Ouest Lumières.

8-9-10 février 2015. Voyage d'étude Objet(s) Public(s) à Nantes. Rencontres avec François Delarozière, cie La Machine, notamment.

20 février 2015. Rencontre avec Alexandre Lamothe, ancien étudiant du Master, sur la question de la participation.

3 mars 2015. Rencontre avec Alice Audouin, fondatrice d'Artofchange21.

10-11-12 mars 2015. Voyage d'études à Marseille, participation au panorama des chantiers de la FAI-AR, organisation d'une rencontre-débat du cycle art [espace] public.

10 mars 2015. Visite de la Friche de la Belle de Mai. Rencontre avec Béatrice Simonet, directrice de la production et de la programmation.

11 mars 2015. Rencontre avec Pierre Sauvageot, compositeur, directeur de Lieux publics, centre national de création. Rencontre avec Ariane Bieuou, In Situ, réseau européen pour la création artistique en espace public.

18 mars 2015. Rencontre avec Bianca Farrugia, chargée de production et de coordination à l'agence ARTEVIA. Urbaniste, ancienne étudiante du Master.

18 mars 2015. Participation à une rencontre publique à l'Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, avec Sébastien Thiéry, Marc Partouche (directeur de l'ENSAD), de nombreux artistes et journalistes. En lien avec Stradda.

19 mars 2015. Rencontre avec Lucille Ribaudeau, chargée de production et de communication de l'association TANGIBLE (ancienne étudiante du Master) et Edwine Fournier, dir. artistique. L'archéographie : méthode et réalisations.

24 mars 2015. Rencontre avec Jean Faucheur, artiste.

25 mars 2015. Rencontre avec Virginie Pringuet, Atlasmuseum.

30 mars > 3 avril 2015. Voyage d'études à Pilsen, capitale européenne de la culture (République Tchèque).

30 mars 2015. Rencontre à Pilsen avec Christian Potiron, co-directeur des programmes en charge des projets participatifs pour Pilsen 2015, capitale européenne de la culture.

8 avril 2015. Rencontre avec Agathe Ottavi et Sandra Cohen, ARTER.

Les étudiants du Master au travail à Pilsen, capitale européenne de la culture (République Tchèque), pour préparer un parcours urbain qui sera proposé aux professionnels membres du réseau européen pour l'art en espace public IN SITU (31 mars 2015).

Les étudiants du Master au travail à Pilsen, capitale européenne de la culture (République Tchèque), pour préparer un parcours urbain qui sera proposé aux professionnels membres du réseau européen pour l'art en espace public IN SITU (31 mars 2015).

Les étudiants de la 10ème promotion avec d'anciens étudiants du Master réunis pour une assemblée générale d'Objet(s) public(s), association développant des projets artistiques et culturels dans l'espace public dont ils sont membres.

Les étudiants de la 10ème promotion avec d'anciens étudiants du Master réunis pour une assemblée générale d'Objet(s) public(s), association développant des projets artistiques et culturels dans l'espace public dont ils sont membres.

Partager cet article

Published by - dans Actualité du Master
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 13:45
À lire : entretien avec Victoire Bech (8e promotion du Master). 
 
 
Le Master Projets Culturels dans l'Espace Public distingué par le Nouvel Observateur

Le Nouvel Observateur a publié une liste de 450 "diplômes gagnants", “pépites de l’université”, parmi lesquels figure le Master Projets Culturels dans l'Espace Public.


"L'université, une voie sans issue ? Le cliché a la vie dure mais ne correspond en rien à la réalité. (...) Le Master Projets Culturels dans l'Espace Public > Atouts : La sélectivité du diplôme (350 dossiers pour 20 reçus), et l'accompagnement des élèves (préparation aux concours de la fonction publique territoriale, enseignement d'accompagnement à la création d'entreprise et d'association, atelier CV, rencontres de professionnels, etc...)" La suite, c'est ici. D'autres articles sur le Master : c'est .
 
La_Sc__ne_n___59_4d0a1da18362c-copie-3.jpgDans le magazine La Scène n°59 (hiver 2010-2011), une enquête est consacrée aux Masters "culture" : Comment en tirer profit. Deux anciennes étudiantes du Master Projets Culturels dans l'Espace Public témoignentExtraits : Amanda Abi Khalil : "J'ai très vite trouvé du travail, et je n'ai pas connu une journée de chômage depuis la fin de mes études." (p. 82) "Administratrice de production depuis un an, Alice Caze est titulaire du Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public Paris 1 Panthéon-Sorbonne, une formation qu'elle a suivi dans le but de "finir d'acquérir  les principaux réflexes en terme de montage de projets culturels et de multiplier les rencontres avec des professionnels pour fonder un véritable réseau de départ." (p. 81)
L'article de La Scène évoque les salaires des jeunes diplômés, souvent peu élevés. "J'ai fait et je fais toujours des concessions concernant mon salaire, même si je ne suis aucunement surprise sur le fait de ne pas avoir de bureau fixe, sans parler des heures supplémentaires, mais je ne vis pas ces dernières comme une concession, plutôt comme un investissement personnel incontournable. Cependant j'observe une évolution positive en partie grâce à mes propres efforts et là se situe la dimension passionnante de mon poste." explique Alice Caze. "Le salaire, c'est le bémol" reconnaît Amanda Abi Khalil. "Elle prône un activisme culturel fort qui permet dès l'université de rester en phase constante avec le milieu professionnel. "J'ai pour cela réalisé un maximum de stages, participé à beaucoup de rencontres, des conférences..."

Enquête sur l'insertion professionnelle des anciens étudiants du Master Projets Culturels dans l'Espace Public. Tous ont trouvé un emploi, soit à l'issue du stage, soit dans les mois suivants la fin du stage. 
 
-Chargée de communication et de production du réseau CIRCOSTRADA et auparavant chargée de la coordination du réseau IN SITU, réseaux européens dédiés aux arts de l'espace public
-Directrice de production au sein de l'agence ARTEVIA
-Coordinateur de développement local pour un groupement associatif du 12ème Arr.
-Secrétaire général du CIPAC, Fédération des professionnels de l'art contemporain
-Directrice de l'Alliance Française de Belo Horizonte - Brésil 
-Curatrice indépendante au Liban, Temporary Art Platform
-Chargé de production dans une agence de production d'événements artistiques et culturels 
-Directrice adjointe et directrice culturelle de l'Alliance Française de Guatemala Ciudad (CDD de deux ans)
-Coordinatrice régionale de l'association Cultures du Coeur en région Centre (CDI)
-Chargé de mission culture pour un Pays regroupant 66 communes (CDI)
-Chargé d'administration et de production d’une structure de production de projets artistiques en espace public (CDD)
-Administrateur d’une structure culturelle en région parisienne (CDD de 2 ans).
-Chargée de développement, Pulsart, association nationale d'action artistique (CDI)
-Chargé de développement d’une association nationale d'action artistique (CDI)
-Chargée de diffusion et des relations avec les publics, Ensemble 2e2m (CDI)
-Chargé de développement d'une association spécialisée dans l’approche sociologique de la culture (CDI)
-Documentaliste, KM Prod (société travaillant pour Canal+, "Le Grand Journal"), (CDD de 10 mois), et formatrice occasionnelle, compagnie du Bredin.
-Chargée de mission à la Fédération Française des Ecoles de Cirque (CDD de 6 mois)
-Secrétaire général d’une collectivité territoriale, avec rang d'attaché territorial (CDD de deux ans)
-Chargé des relations publiques d'un théâtre de la région parisienne (CDD de 4 mois)
-Chargé de mission dans un espace culturel (CDD)
-Chargée de mission action artistique dans un centre culturel - scène conventionnée en la région parisienne (CDD 8 mois à mi-temps)
-Assistant de production d’un festival en région parisienne
-Vacations régulières pour une association de développement des arts du cirque.
-Attachée territoriale, directrice adjointe du service culturel d'une collectivité territoriale, chargée de la programmation d'un café-culture, du développement du jeune public et des relations aux associations (78)
-Chargée de mission service production du Pôle Culture & Manifestations de la Ville de Lille (interim).
-Chargée des publics au sein de l'association Emmetrop, friche L'antre-peaux, à Bourges (18).
-Attachée aux relations avec les publics, Théâtre de l'Odéon.
-Administratrice d'une compagnie de théâtre à La Rochelle (CDI), et enseignante en théâtre (CDI). 
-Attachée culturelle à l'Ambassade de France au Honduras.
-Chef de projet Le Hub, agence d'ingénierie culturelle ; chargée d'évaluation de projets pour la Fondation de France (prestataire)
-Chargé de communication et des relations aux publics dans un Centre national de création musicale en Ile-de-France (CDI).
-Chargée de mission dans un festival dédié aux arts de la rue en Ile-de-France (CDD 6 mois).
-Chargée de mission mécénat, Vocatif, Agence spécialisée dans le conseil en mécénat et la gestion de partenariat d’entreprises (CDD).
-Chargée des actions culturelles de la manifestation La Folle Histoire des Arts de la Rue qui aura lieu du 29 septembre au 9 novembre 2008 et assistante de direction artistique à Karwan, pôle de développement des arts de la rue et arts du cirque en PACA (CDD  de treize mois).
-Responsable de la communication terrain et médiation, association Comme Vous Emoi, Montreuil (93) (emploi tremplin).
-Chargée de l'administration, de la production et de la coordination des projets d'une compagnie installée à Paris (CDI, emploi tremplin).
-Coordinatrice de projets - chargée de communication à la Fédération Française des Ecoles de Cirque à Paris (CDD, contrat d'avenir) 
-Coordinatrice, Maîtrise de Radio-France - Site de Bondy (CDD, 11 mois). 
-Chargée de mission "Projets de décentralisation et projets socio-culturels dans l'espace public" au Centre Culturel Espagnol à Guatemala, missionnée par le Ministère des Affaires Etrangères.
-Enseignante à l'Institut Français de Valence (Espagne) (CDD, 9 mois) + missions pour le Festival International d’art de la scène Valencia Escena Oberta (CDD).
-Chargé de production au sein de l'agence Eva Albarran, agence de production d’art contemporain, producteur délégué de la Nuit Blanche 2008 avec le Troisième Pôle. 
-Responsable des actions "Education populaire" (éveil politique et citoyen) au sein de MACAQ (Mouvement d'Animation Culturelle et Artistique de Quartier) en volontariat associatif (SCV), sur 9 mois. 
-Chargé de communication / relations aux publics à La Muse en Circuit (CDI)
-Conseillère culturelle et coordinatrice du Réseau départemental de diffusion culturelle en milieu rural. Agence technique départementale. Lille. CDD 18 mois 
-Responsable du Centre de Ressources du VIP, Scène de musiques actuelles, Saint Nazaire (CDI)
-Chargée de développement à SEA EUROPE, Sociologues et Ethnologues Associés, centre de ressources pour la recherche en sciences humaines 
-Chargée de la communication d'un projet dans le domaine de la lecture publique à la direction "culture et politique de la ville" d'une communauté d'agglomération de la région parisienne (CDD). 
-Chargé d'étude au sein d'un cabinet d'étude et de conseil, travaillant notamment pour des associations culturelles (DLA) et des collectivités publiques (CDD). 
-Chargé de mission à la direction de l'action culturelle d'une grande entreprise nationale (CDD).
-Chargée de projet, l'Avant Rue, lieu de résidence, Paris (CDD). 
-Chargée de développement et de médiation culturelle pour la compagnie KMK (CDD 6 mois). 
-Coordinateur - programmateur de la salle de concert le Marché Gare - MJC Perrache à Lyon.
-Chargée de mission, POlau (Pôle des arts urbains) / Projet TRANS305 pour le développement d'une étude sur les démarches d'accompagnement artistique et culturel de projets urbains (indépendant)
-Chargée des relations avec le public, accompagnement de projets, Culture O Centre, Ateliers de développement culturel - Festival Excentrique (CDD 3 mois 1/2)
-Assistante de Production, CENTQUATRE, établissement artistique de la Ville de Paris (CDD 9 mois) 
Assistante de la directrice et du directeur adjoint, Centre National de Danse Contemporaine (CDD, 5 mois)
Association CirQ'ônflex-Dijon, Coordinateur (CDD) 
Le Hub, agence, SARL, chargée de projet/consultante (CDI)
Cie T.Public, association d'idées (asso loi 1901), Marseille, Coordinatrice de projet/assistante de production, CDD (12 mois)
Ramdam (association), lieu de résidence, administratrice et coordinatrice (CDD, 24 mois)
Les Souffleurs, commandos poétiques, association, Changement de Décor, coordinatrice (CDI) 
Conseil Régional Rhône-Alpes, Direction de la Culture, service Médiation et nouveaux publics, Médiatrice Carte M'ra, (CDD) 
Association Les Concerts de Poche, Seine et Marne (77), Assistante d'administration et coordinatrice du projet d'opéra itinérant Carmen (CDD 6 mois) 
LE CENTQUATRE, Etablissement artistique de la Ville de Paris, attachée de Production (CDD 18 mois) 
Derrière Le Hublot, chargée de mission administration, réseau, évaluation (CDI)
Culture O Centre, Ateliers de développement culturel - Festival Excentrique 
Le Nombril du Monde, chargée des relations avec le public, accompagnement de projet (CDD) 
- Suivi et coordination des évènements, festival et formations (CDD)  
Friches théâtre urbain / l'Avant Rue, Chargée de production (CDI) 
La Ferme du Buisson - scène nationale de Marne la Vallée, assistante au secrétariat général.

Compagnie KMK, chargée de développement et de la médiation culturelle (CDI) 
POlau (Pôle des arts urbains) / Projet TRANS305 pour le développement d'une étude sur les démarches d'accompagnement artistique et culturel de projets urbains (indépendant) 
Centre Français de Culture et de Coopération en Egypte - Le Caire, Adjoint à l'attaché culturel (coordination, programmation, diffusion, communication)
CDD.  
Salle de concert le Marché Gare - MJC Perrache Lyon. Coordinateur - programmateur
Représentation de la Région Malopolska (Pologne) à Bruxelles, Policy Officer (culture, creative industries, tourism) (CDI) 
 
 

 

Une étude sur l'emploi des étudiants et leur conception de la réussite : ici.

Lire des témoignages d'anciens étudiants du Master. 

Découvrir Objet(s) Public(s), l'association des étudiants du Master. 



Vous souhaitez faire parvenir une offre d'emploi aux étudiants ? Contactez-nous.


 

Partager cet article

Published by masterpcep - dans Les étudiants
12 mars 2014 3 12 /03 /mars /2014 10:30

Cycle art [espace] public

 8e édition 

La fabrique artistique des imaginaires de la métropole parisienne

 Du 7 février au 14 mars 2014 à Paris et dans la métropole parisienne

 

Du 7 février au 14 mars, les étudiants du Master 2 professionnel Projets culturels dans l’espace public (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et l'association Objet(s) Public(s) organisent sous la direction de Stéphanie Lemoine et Pascal Le Brun-Cordier le 8ème cycle de rencontres-débats art [espace] public. L’édition 2014 explorera la contribution des artistes à la fabrique des imaginaires de la métropole parisienne.  

 

En écho aux débats qui accompagnent la naissance de la métropole du Grand Paris, les six rencontres du cycle art [espace] public questionneront la façon dont les projets artistiques et culturels dans l’espace public façonnent, mettent en question ou préfigurent la construction de la métropole parisienne. A travers une série de thématiques telles que la question des flux, de la participation, de l’identité ou encore du rêve, le cycle confrontera artistes, chercheurs et professionnels de l’aménagement et de la culture… Les rencontres seront précédées de temps d’immersion dans divers projets artistiques partenaires du Master (HQAC de Stefan Shankland, Point de rassemblement, etc.) et d’explorations collectives du territoire métropolitain. De la même manière, chaque rencontre-débat sera suivie d’un moment d’échanges et de convivialité autour d’un verre. 


Le programme complet (lieux, horaires, intervenants) est téléchargeable ici

 

 


QUELLE PLACE POUR LA CRÉATION ARTISTIQUE DANS LA CONSTRUCTION MÉTROPOLITAINE ?

Vendredi 7 février 2014 de 19h à 21h au Pavillon de l'Arsenal

21, boulevard Morland, 75004 Paris - Métro ligne 7 Sully-Morland

 

slinkachu


À l’heure de la transition métropolitaine généralisée, l’agglomération parisienne, point névralgique des enjeux politiques, économiques, sociaux et spatiaux du pays, se retrouve au coeur d’un grand projet de restructuration territoriale. Lancé en 2007 et toujours en discussion aujourd’hui, le Grand Paris / Paris Métropole projette pour 2016 une refonte institutionnelle destinée à repenser la gouvernance de la métropole et à renforcer sa compétitivité sur la scène internationale.

Dans quel contexte s’inscrit une telle refonte, et quelles en sont les perspectives, enjeux, limites ? Quelles pratiques créatrices naissent et se déploient dans ce phénomène de dilatation des espaces, d’accélération des flux et de mutation des identités urbaines ? En quoi déplacent-elles le regard, questionnent-elles les enjeux, déconstruisent- elles les discours politiques sur le Grand Paris ? La séance proposera une introduction aux thématiques et réflexions qui seront menées tout au long de ce cycle de rencontres.


En présence de :
 

DEUX DEGRÉS, agence d’urbanisme, auteur du Petit Paris

LAURENT PETIT, directeur de l’ANPU (Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine)

PIERRE MANSAT, adjoint au maire de Paris chargé de «Paris métropole» et des relations avec les collectivités territoriales

MÉTRO POP’!, animation d’une dynamique citoyenne métropolitaine 

 

Conférence organisée par Sofia Uguccioni, Alexandra Valet, Céline Benetos et Marion Zankowitch. 

 

 


LES FLUX MÉTROPOLITAINS AU CŒUR DE  NOUVELLES PRATIQUES ARTISTIQUES

Samedi 15 février 2014 de 18h30 à 21h aux Docks de Paris

50, avenue du Président Wilson, 93 200 La Plaine Saint-Denis - Métro ligne 12 Front Populaire


flux.jpg

 

Effet de la globalisation, la métropole s’accompagne d’un éclatement des frontières spatiales, auxquelles elle superpose l’illimité des flux – d’hommes, de matière, de marchandises, d’informations. Paris n’y échappe pas : prise dans un réseau international, elle se veut résolument ouverte, connectée, mobile, et se caractérise par son inscription dans un maillage matériel et immatériel.

Ce processus de dilatation peut devenir un terrain d’expérimentation pour certains artistes, qui s’attachent alors à le rendre visible sinon sensible, à l’interroger, à en pointer les dysfonctionnements et les richesses. Quelle image – enthousiaste ou critique – donnent-ils donner des flux qui traversent la métropole ? Comment jouent-ils avec l’illimité et les frontières spatiales et contribuent-ils à modifier la perception du Grand Paris ? Quelle place pour l’individu dans la ville des flux ?


En présence de :
 

SABINE CHARDONNET, architecte et docteur en urbanisme autour des questions de «Ville, dynamique de l’espace & mobilité»

MICHEL DUPUY, artiste du duo Dector & Dupuy

HÉLOÏSE DESFARGUES, chorégraphe et danseuse de la Débordante Compagnie

LAETITIA LAFFORGUE et NICOLAS VERCKEN, Ktha compagnie 

 

De 15h à 17h30, au départ de la Mairie d’Aubervilliers

La conférence sera précédée d’une exploration urbaine qui mettra en lumière la notion d’export-import en rapport à la créativité sur le territoire d’Aubervilliers, en partenariat avec la démarche HQAC. Avec la participation de la Compagnie Abel et de la Compagnie Méliadès. A 17h30, venez partager une soupe et des boissons chaudes sur la Place Front Populaire, avec l'association PICMAA.

Inscription à cette adresse : parcours.aubervilliers2014@gmail.com ou au 06 82 28 44 71

 

Conférence organisée par Barbara Petitjean, Aurore Stalin, Flora Vallauri, Marianne Frassati, Claire Chaperon et Grégoire Arpin-Bueria. 

 

 


LE GRAND PARIS NOUS APPARTIENT ?

Dimanche 16 février 2014 de 19h30 à 20h30 au Théatre de l'Échangeur

 59, avenue du Général de Gaulle, 93170 Bagnolet - Métro ligne 3 Galliéni

paris-nous-appartient.jpg

 

De 17h à 19h, la compagnie Moukden Théâtre interprêtera Paris nous appartient, un spectacle mêlant théâtre et musique. En confrontant La vie Parisienne, opérette prenant pour toile de fond le flamboyant Paris d’Haussmann sous le Second Empire, à un panorama du Grand Paris d’aujourd’hui, la compagnie Moukden Théâtre nous propose de voir comment s’est inventé le mythe de Paris comme capitale de la modernité au 19e siècle, et comment ce mythe continue à nous hanter à l’aube du 21e siècle.

A l’issue de la représentation prendra place un moment de convivialité et de restauration proposé par le Bar de l’Echangeur. Une rencontre-débat s’en suivra, en présence du metteur en scène Olivier Coulon-Jablonka. En mettant en perspective la fiction de l’opérette et le réel du documentaire, il s’agit en définitive de voir comment le réel de la ville continue d’être traversé par des multiples représentations, dont la plus contemporaine : le Grand Paris.

 

En présence de :

OLIVIER COULON-JABLONKA, metteur en scène du spectacle Paris nous appartient

MARC WEIL, urbaniste

Réservez vos places sur le site de l’Échangeur : http://www.lechangeur.org

 

Conférence organisée par Sofia Uguccioni.    



LA CULTURE, 4e PILIER POUR UNE VILLE DURABLE ?

Vendredi 21 février 2014 au 6B

6/10quai de seine, 93200 St Denis - RER D Saint-Denis, sortie Charles-Michels


Agence-Big---Superkilen-project---Copenhague.jpg

 

Démarches se réclamant de la Haute Qualité Artistique et Culturelle (HQAC) sur le modèle du label HQE*, résidences d’artistes au beau milieu des ZAC... : en première couronne parisienne, une poignée de projets d’aménagement sollicitent le concours d’artistes, de collectifs ou d’accompagnateurs culturels. Non contents de porter sur la fabrique de la ville un regard décalé et sensible, ces nouveaux acteurs offrent de décloisonner les pratiques, de faciliter la transversalité de l’action publique et de réinventer la coopération entre les parties prenantes d’un projet. En cela, ils répondent très exactement aux objectifs du développement durable, dont les credos imprègnent largement les modes de production ordinaires de l’urbain et modèlent les incantations qui accompagnent la naissance de la métropole parisienne. L’art et la création seraient- ils le quatrième pilier de la ville durable ? Dès lors, en quoi réinventent-ils les manières de penser et mettre en oeuvre le projet urbain ?

* Haute Qualité Environnementale 

 

En présence de :

FAZETTE BORDAGE, directrice générale de la Culture de la Ville du Havre

JULLIEN BELLER, président du 6B et membre d’Exyzt

JULIE BENOÎT, membre de Bellastock, association d’architectes 

 

Conférence organisée par Laura Athea, Alix Viala et Marion Zankowitch.    



IDENTITÉS EN CHANTIER ET ACTION ARTISTIQUE

Vendredi 28 février 2014 de 19h à 21h au Théâtre El Duende

23, rue Hoche, 94200 Ivry - Métro ligne 7 Mairie d'Ivry

 

identites.jpg


Ici une place se réaménage. Son visage change à mesure des modifications urbaines et paysagères et des transformations sociales. Il n’est pourtant pas certain que la persistance de son nom garantisse celle de son identité. Cet espace hybride, piégé dans un temps suspendu entre passé et futur, peut- il devenir générateur d’identité(s) et de mémoire(s) ? Que deviennent les souvenirs d’autrefois et où prennent place ceux d’aujourd’hui et de demain ? Ailleurs, des artistes révèlent le caractère mouvant et évolutif d’une ville ou d’un quartier dont leurs interventions finissent par devenir le premier marqueur d’identité. Chacun à leur manière, tous soulignent combien la métropolisation et les transformations urbaines bousculent les identités des territoires et les reconfigurent. En quoi l’intervention artistique met-elle en question ces mutations urbaines et à quelles conditions peut-elle leur insuffler du sens ? Contre la standardisation des espaces et la « ville générique », de quelle manière fait-elle saillir tout ce qui, de façon plus ou moins visible, participe à la fabrique des identités ?

 

En présence de :
 

ALAIN MILON, professeur de philosophie à l’université de Paris Ouest Nanterre

ETIENNE DELPRAT, architecte, co-fondateur du collectif YA+K, doctorant au sein du Laboratoire Art et Sciences, Paris 1

GUY DI MEO, géographe, spécialiste de la géographie sociale et culturelle, professeur à l’Université Montaigne, Bordeaux III

MEHDI BEN CHEIKH, directeur de la galerie Itinerrance (paris 13ème) et initiateur du projet «Tour Paris 13 


De 17h-19h, au départ de la place Général de Gaulle, Ivry

La conférence sera précédée du vernissage d’une exposition dans l’espace public sur le thème de la place.


Conférence organisée par Alexandra Valet, Céline Benetos, Juliette Dubin, Laura Doucene, Maria Hata, Nina Cholet et Maryline Tagliabue. 

 


 

LA FABRIQUE DE LA VILLE À L’ÉPREUVE DES PROJETS PARTAGÉS 

Vendredi 7 mars 2014 de 19h à 21h au Théâtre des Frères Poussière

6, rue des Noyers, 93300 Aubervilliers - Métro ligne 7 Aubervilliers-Pantin-Quatre Chemins puis bus 150/170, Mairie d’Aubervilliers 

La-fabrique-de-la-ville-_-l-_preuve-des-projets-partag_s-V2.jpg                

 

Comme tout projet urbain désormais, la naissance de Paris métropole a charrié son lot de réunions publiques avec les habitants et acteurs locaux du territoire. Sous les termes divers de concertation, de participation ou de gouvernance, l’implication du plus grand nombre dans la fabrique de la Cité est en effet devenu un passage obligé de tout aménagement, sans qu’on sache trop s’il s’agit d’un enjeu de démocratie ou un simple moyen de communication. Cette sollicitation des habitants et acteurs locaux, certains artistes l’intègrent volontiers au sein de leur démarche. D’autres sont amenés à vivre comme une contrainte l’injonction à la participation, souvent invoquée comme un critère de financement ou d’accueil en résidence. Quelle démarche, quels processus mettre en oeuvre pour que les projets artistiques fondés sur la participation aient un réel impact ? En quoi contribuentils à faire exister une autre métropole, vécue non comme territoire administré par le politique, mais comme espace sensible et lieu de l’encommun ?

 

En présence de :
 

HUGUES BAZIN, sociologue et chercheur indépendant en sciences sociales

YVAN DETRAZ, architecte et directeur de Bruit du Frigo

ANNE-CLAIRE GARCIA, directrice Démarche quartier Franc Moisin Bel Air / Direction Vie des quartiers à Saint-Denis

MARIE-SOPHIE AMASSE, responsable de l’action culturelle territorialisée / direction de la culture à Saint-Denis 

 

Conférence organisée par Justine Dumotier, Diaty Diallo et Romain Arditi.

 



 ET SI LA MÉTROPOLE ÉTAIT UN RÊVE COLLECTIF ?

 Vendredi 14 mars 2014 de 17h à 21h à Nanterre

 

Plusieurs points de rendez-vous


17h aux pieds de la Grande Arche pour une transhumance urbaine.
Suivez Roger Des Prés, fondateur de la Ferme du Bonheur, de l’autre coté de l’Arche, là où se sont enracinées des utopies urbaines et des projets de résistance poétique. Germes d’une métropole rêvée ?
Métro, ligne 1, Arrêt La Défense Grande Arche

18h30, au Champ de la Garde comme étape sur le P.R.é (Parc Rural expérimental)
En présence des Souffleurs, commando poétique et compagnie artistique.

19h30 Rencontre-débat à La Ferme du Bonheur

Et si la métropole était un rêve collectif ?

220, avenue de la République 92000 Nanterre

RER A Nanterre-Université, sortie 1 ; Traversez la Fac vers les chapiteaux 

 

_Susannah_Benjamin.jpg

Crédit photographique : Susannah Benjamin Photography    

 

De MAPAM* en CDT**, la métropole parisienne se construit sans rien changer aux représentations qu’en ont ses habitants. On naît encore Parisien, Pantinois, Dyonisien, pas métropolitain. Si le Grand Paris a accouché d’un projet politique et d’un objet administratif, il peine encore à s’affirmer comme espace symbolique. Et s’il lui manquait pour cela d’avoir su mobiliser les forces conjuguées du rêve, de la fiction, sinon de l’utopie ? Et si faire exister la métropole nécessitait d’en nourrir puissamment les imaginaires grâce à l’art et la fantaisie ?

En guise d’épilogue au 8ème cycle art [espace] public, ce sixième volet va à la rencontre d’artistes et d’initiatives qui ont fait du rêve et de l’imagination les leviers indispensables de tout grand projet urbain et politique. En écho à un contexte marqué par les élections municipales, il propose d’imaginer ensemble les formes et les contours d’une métropole désirable et entend dresser un véritable programme de projets culturels dans l’espace public à destination des futurs élus et de tous ceux qui font l’urbain métropolitain !

*MAPAM : loi de modernisation de l’action publique et d’affirmation des métropoles
**CDT : contrat de développement territorial 

 

En présence de :

 

Transhumance au départ de l'Arche de la Défense et à la Ferme du Bonheur

 

ROGER DES PRES, agro-poète, à l'origine de la création de la Ferme du Bonheur

ANDREI FERRARU, architecte, acteur dans l'Atelier du Grand Paris 

LUC GWIAZDZINSKI, géographe et enseignant-chercheur en urbanisme à l’Université de Grenoble, président du pOlau

 
BAPTISTE LANASPEZE et PAUL-HERVE LAVESSIERE pour leurs projets de marche, La Révolution de Paris

 

Sur le P.R.é

LES SOUFFLEURS, commando poétique et compagnie artistique

 

Dans la Favela de La Ferme du bonheur,  projection du film Et si

narration de DANIELLE BELLINI, Directrice des Affaires Culturelles de Tremblay- en-France (93), docteur et maître de conférences associée à Paris 7, thèse sur la Fabrique du possible

 

Conférence organisée par Sofia Uguccioni, Nina Cholet et Maryline Tagliabue    

 




 

 

Partager cet article

Published by - dans art [espace] public
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 21:16

Vendredi 7 février 2014, la première rencontre du cycle art [espace] public a réuni 300 participants au Pavillon de l'Arsenal, autour de la question de la place de la culture dans la construction métropolitaine. Sont intervenus : Pierre Mansat, adjoint au Maire de Paris chargé de la métropole et de la coopération territoriale, l'Agence Deux Degrés, l'association MétroPop et Laurent Petit, de l’ANPU, Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine, qui a lancé la psychanalyse urbaine du Grand Paris. Une vaste "opération divan" menée avec les étudiants du Master Projets culturels dans l'espace public a permis à l’ANPU de récolter une précieuse matière première pour explorer l'inconscient grand parisien…

 

Téléchargez ici l'ensemble du programme du cycle art [espace] public.  

 

1496825 10202169720303024 188325073 n

 

1556293_10202168759319000_519296729_o.jpg

 


Partager cet article

Published by - dans Actualité du Master