Bienvenue

Le Master Projets culturels dans l’espace public fête cette année ses dix ans ! Depuis 2004, notre équipe pédagogique (20 enseignants, professionnels et universitaires) a formé plus de 200 jeunes professionnels qui travaillent aujourd’hui en France, en Europe et ailleurs, à la création et au développement de projets artistiques et culturels en espace public.

Vous découvrirez sur ce blog le projet pédagogique de notre formation, le devenir des étudiants, l’équipe des intervenants, nos partenaires, ce que la presse professionnelle dit de nous… 

Et aussi, des informations pour présenter votre candidature, nous soutenir via le versement de la taxe d'apprentissage, proposer des stages ou des emplois aux étudiants, découvrir le cycle de rencontres-débats art [espace] public où, chaque année, nous discutons publiquement avec de nombreux artistes, urbanistes, philosophes, sociologues et acteurs culturels des enjeux à nos yeux essentiels de l'art en espace public. Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester en contact ! 

Pascal Le Brun-Cordier,

professeur associé, directeur du Master

Cycle art [espace] public

 8e édition 

La fabrique artistique des imaginaires de la métropole parisienne

 Du 7 février au 14 mars 2014 à Paris et dans la métropole parisienne

 

Du 7 février au 14 mars, les étudiants du Master 2 professionnel Projets culturels dans l’espace public (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et l'association Objet(s) Public(s) organisent sous la direction de Stéphanie Lemoine et Pascal Le Brun-Cordier le 8ème cycle de rencontres-débats art [espace] public. L’édition 2014 explorera la contribution des artistes à la fabrique des imaginaires de la métropole parisienne.  

 

En écho aux débats qui accompagnent la naissance de la métropole du Grand Paris, les six rencontres du cycle art [espace] public questionneront la façon dont les projets artistiques et culturels dans l’espace public façonnent, mettent en question ou préfigurent la construction de la métropole parisienne. A travers une série de thématiques telles que la question des flux, de la participation, de l’identité ou encore du rêve, le cycle confrontera artistes, chercheurs et professionnels de l’aménagement et de la culture… Les rencontres seront précédées de temps d’immersion dans divers projets artistiques partenaires du Master (HQAC de Stefan Shankland, Point de rassemblement, etc.) et d’explorations collectives du territoire métropolitain. De la même manière, chaque rencontre-débat sera suivie d’un moment d’échanges et de convivialité autour d’un verre. 


Le programme complet (lieux, horaires, intervenants) est téléchargeable ici

 

 


QUELLE PLACE POUR LA CRÉATION ARTISTIQUE DANS LA CONSTRUCTION MÉTROPOLITAINE ?

Vendredi 7 février 2014 de 19h à 21h au Pavillon de l'Arsenal

21, boulevard Morland, 75004 Paris - Métro ligne 7 Sully-Morland

 

slinkachu


À l’heure de la transition métropolitaine généralisée, l’agglomération parisienne, point névralgique des enjeux politiques, économiques, sociaux et spatiaux du pays, se retrouve au coeur d’un grand projet de restructuration territoriale. Lancé en 2007 et toujours en discussion aujourd’hui, le Grand Paris / Paris Métropole projette pour 2016 une refonte institutionnelle destinée à repenser la gouvernance de la métropole et à renforcer sa compétitivité sur la scène internationale.

Dans quel contexte s’inscrit une telle refonte, et quelles en sont les perspectives, enjeux, limites ? Quelles pratiques créatrices naissent et se déploient dans ce phénomène de dilatation des espaces, d’accélération des flux et de mutation des identités urbaines ? En quoi déplacent-elles le regard, questionnent-elles les enjeux, déconstruisent- elles les discours politiques sur le Grand Paris ? La séance proposera une introduction aux thématiques et réflexions qui seront menées tout au long de ce cycle de rencontres.


En présence de :
 

DEUX DEGRÉS, agence d’urbanisme, auteur du Petit Paris

LAURENT PETIT, directeur de l’ANPU (Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine)

PIERRE MANSAT, adjoint au maire de Paris chargé de «Paris métropole» et des relations avec les collectivités territoriales

MÉTRO POP’!, animation d’une dynamique citoyenne métropolitaine 

 

Conférence organisée par Sofia Uguccioni, Alexandra Valet, Céline Benetos et Marion Zankowitch. 

 

 


LES FLUX MÉTROPOLITAINS AU CŒUR DE  NOUVELLES PRATIQUES ARTISTIQUES

Samedi 15 février 2014 de 18h30 à 21h aux Docks de Paris

50, avenue du Président Wilson, 93 200 La Plaine Saint-Denis - Métro ligne 12 Front Populaire


flux.jpg

 

Effet de la globalisation, la métropole s’accompagne d’un éclatement des frontières spatiales, auxquelles elle superpose l’illimité des flux – d’hommes, de matière, de marchandises, d’informations. Paris n’y échappe pas : prise dans un réseau international, elle se veut résolument ouverte, connectée, mobile, et se caractérise par son inscription dans un maillage matériel et immatériel.

Ce processus de dilatation peut devenir un terrain d’expérimentation pour certains artistes, qui s’attachent alors à le rendre visible sinon sensible, à l’interroger, à en pointer les dysfonctionnements et les richesses. Quelle image – enthousiaste ou critique – donnent-ils donner des flux qui traversent la métropole ? Comment jouent-ils avec l’illimité et les frontières spatiales et contribuent-ils à modifier la perception du Grand Paris ? Quelle place pour l’individu dans la ville des flux ?


En présence de :
 

SABINE CHARDONNET, architecte et docteur en urbanisme autour des questions de «Ville, dynamique de l’espace & mobilité»

MICHEL DUPUY, artiste du duo Dector & Dupuy

HÉLOÏSE DESFARGUES, chorégraphe et danseuse de la Débordante Compagnie

LAETITIA LAFFORGUE et NICOLAS VERCKEN, Ktha compagnie 

 

De 15h à 17h30, au départ de la Mairie d’Aubervilliers

La conférence sera précédée d’une exploration urbaine qui mettra en lumière la notion d’export-import en rapport à la créativité sur le territoire d’Aubervilliers, en partenariat avec la démarche HQAC. Avec la participation de la Compagnie Abel et de la Compagnie Méliadès. A 17h30, venez partager une soupe et des boissons chaudes sur la Place Front Populaire, avec l'association PICMAA.

Inscription à cette adresse : parcours.aubervilliers2014@gmail.com ou au 06 82 28 44 71

 

Conférence organisée par Barbara Petitjean, Aurore Stalin, Flora Vallauri, Marianne Frassati, Claire Chaperon et Grégoire Arpin-Bueria. 

 

 


LE GRAND PARIS NOUS APPARTIENT ?

Dimanche 16 février 2014 de 19h30 à 20h30 au Théatre de l'Échangeur

 59, avenue du Général de Gaulle, 93170 Bagnolet - Métro ligne 3 Galliéni

paris-nous-appartient.jpg

 

De 17h à 19h, la compagnie Moukden Théâtre interprêtera Paris nous appartient, un spectacle mêlant théâtre et musique. En confrontant La vie Parisienne, opérette prenant pour toile de fond le flamboyant Paris d’Haussmann sous le Second Empire, à un panorama du Grand Paris d’aujourd’hui, la compagnie Moukden Théâtre nous propose de voir comment s’est inventé le mythe de Paris comme capitale de la modernité au 19e siècle, et comment ce mythe continue à nous hanter à l’aube du 21e siècle.

A l’issue de la représentation prendra place un moment de convivialité et de restauration proposé par le Bar de l’Echangeur. Une rencontre-débat s’en suivra, en présence du metteur en scène Olivier Coulon-Jablonka. En mettant en perspective la fiction de l’opérette et le réel du documentaire, il s’agit en définitive de voir comment le réel de la ville continue d’être traversé par des multiples représentations, dont la plus contemporaine : le Grand Paris.

 

En présence de :

OLIVIER COULON-JABLONKA, metteur en scène du spectacle Paris nous appartient

MARC WEIL, urbaniste

Réservez vos places sur le site de l’Échangeur : http://www.lechangeur.org

 

Conférence organisée par Sofia Uguccioni.    



LA CULTURE, 4e PILIER POUR UNE VILLE DURABLE ?

Vendredi 21 février 2014 au 6B

6/10quai de seine, 93200 St Denis - RER D Saint-Denis, sortie Charles-Michels


Agence-Big---Superkilen-project---Copenhague.jpg

 

Démarches se réclamant de la Haute Qualité Artistique et Culturelle (HQAC) sur le modèle du label HQE*, résidences d’artistes au beau milieu des ZAC... : en première couronne parisienne, une poignée de projets d’aménagement sollicitent le concours d’artistes, de collectifs ou d’accompagnateurs culturels. Non contents de porter sur la fabrique de la ville un regard décalé et sensible, ces nouveaux acteurs offrent de décloisonner les pratiques, de faciliter la transversalité de l’action publique et de réinventer la coopération entre les parties prenantes d’un projet. En cela, ils répondent très exactement aux objectifs du développement durable, dont les credos imprègnent largement les modes de production ordinaires de l’urbain et modèlent les incantations qui accompagnent la naissance de la métropole parisienne. L’art et la création seraient- ils le quatrième pilier de la ville durable ? Dès lors, en quoi réinventent-ils les manières de penser et mettre en oeuvre le projet urbain ?

* Haute Qualité Environnementale 

 

En présence de :

FAZETTE BORDAGE, directrice générale de la Culture de la Ville du Havre

JULLIEN BELLER, président du 6B et membre d’Exyzt

JULIE BENOÎT, membre de Bellastock, association d’architectes 

 

Conférence organisée par Laura Athea, Alix Viala et Marion Zankowitch.    



IDENTITÉS EN CHANTIER ET ACTION ARTISTIQUE

Vendredi 28 février 2014 de 19h à 21h au Théâtre El Duende

23, rue Hoche, 94200 Ivry - Métro ligne 7 Mairie d'Ivry

 

identites.jpg


Ici une place se réaménage. Son visage change à mesure des modifications urbaines et paysagères et des transformations sociales. Il n’est pourtant pas certain que la persistance de son nom garantisse celle de son identité. Cet espace hybride, piégé dans un temps suspendu entre passé et futur, peut- il devenir générateur d’identité(s) et de mémoire(s) ? Que deviennent les souvenirs d’autrefois et où prennent place ceux d’aujourd’hui et de demain ? Ailleurs, des artistes révèlent le caractère mouvant et évolutif d’une ville ou d’un quartier dont leurs interventions finissent par devenir le premier marqueur d’identité. Chacun à leur manière, tous soulignent combien la métropolisation et les transformations urbaines bousculent les identités des territoires et les reconfigurent. En quoi l’intervention artistique met-elle en question ces mutations urbaines et à quelles conditions peut-elle leur insuffler du sens ? Contre la standardisation des espaces et la « ville générique », de quelle manière fait-elle saillir tout ce qui, de façon plus ou moins visible, participe à la fabrique des identités ?

 

En présence de :
 

ALAIN MILON, professeur de philosophie à l’université de Paris Ouest Nanterre

ETIENNE DELPRAT, architecte, co-fondateur du collectif YA+K, doctorant au sein du Laboratoire Art et Sciences, Paris 1

GUY DI MEO, géographe, spécialiste de la géographie sociale et culturelle, professeur à l’Université Montaigne, Bordeaux III

MEHDI BEN CHEIKH, directeur de la galerie Itinerrance (paris 13ème) et initiateur du projet «Tour Paris 13 


De 17h-19h, au départ de la place Général de Gaulle, Ivry

La conférence sera précédée du vernissage d’une exposition dans l’espace public sur le thème de la place.


Conférence organisée par Alexandra Valet, Céline Benetos, Juliette Dubin, Laura Doucene, Maria Hata, Nina Cholet et Maryline Tagliabue. 

 


 

LA FABRIQUE DE LA VILLE À L’ÉPREUVE DES PROJETS PARTAGÉS 

Vendredi 7 mars 2014 de 19h à 21h au Théâtre des Frères Poussière

6, rue des Noyers, 93300 Aubervilliers - Métro ligne 7 Aubervilliers-Pantin-Quatre Chemins puis bus 150/170, Mairie d’Aubervilliers 

La-fabrique-de-la-ville-_-l-_preuve-des-projets-partag_s-V2.jpg                

 

Comme tout projet urbain désormais, la naissance de Paris métropole a charrié son lot de réunions publiques avec les habitants et acteurs locaux du territoire. Sous les termes divers de concertation, de participation ou de gouvernance, l’implication du plus grand nombre dans la fabrique de la Cité est en effet devenu un passage obligé de tout aménagement, sans qu’on sache trop s’il s’agit d’un enjeu de démocratie ou un simple moyen de communication. Cette sollicitation des habitants et acteurs locaux, certains artistes l’intègrent volontiers au sein de leur démarche. D’autres sont amenés à vivre comme une contrainte l’injonction à la participation, souvent invoquée comme un critère de financement ou d’accueil en résidence. Quelle démarche, quels processus mettre en oeuvre pour que les projets artistiques fondés sur la participation aient un réel impact ? En quoi contribuentils à faire exister une autre métropole, vécue non comme territoire administré par le politique, mais comme espace sensible et lieu de l’encommun ?

 

En présence de :
 

HUGUES BAZIN, sociologue et chercheur indépendant en sciences sociales

YVAN DETRAZ, architecte et directeur de Bruit du Frigo

ANNE-CLAIRE GARCIA, directrice Démarche quartier Franc Moisin Bel Air / Direction Vie des quartiers à Saint-Denis

MARIE-SOPHIE AMASSE, responsable de l’action culturelle territorialisée / direction de la culture à Saint-Denis 

 

Conférence organisée par Justine Dumotier, Diaty Diallo et Romain Arditi.

 



 ET SI LA MÉTROPOLE ÉTAIT UN RÊVE COLLECTIF ?

 Vendredi 14 mars 2014 de 17h à 21h à Nanterre

 

Plusieurs points de rendez-vous


17h aux pieds de la Grande Arche pour une transhumance urbaine.
Suivez Roger Des Prés, fondateur de la Ferme du Bonheur, de l’autre coté de l’Arche, là où se sont enracinées des utopies urbaines et des projets de résistance poétique. Germes d’une métropole rêvée ?
Métro, ligne 1, Arrêt La Défense Grande Arche

18h30, au Champ de la Garde comme étape sur le P.R.é (Parc Rural expérimental)
En présence des Souffleurs, commando poétique et compagnie artistique.

19h30 Rencontre-débat à La Ferme du Bonheur

Et si la métropole était un rêve collectif ?

220, avenue de la République 92000 Nanterre

RER A Nanterre-Université, sortie 1 ; Traversez la Fac vers les chapiteaux 

 

_Susannah_Benjamin.jpg

Crédit photographique : Susannah Benjamin Photography    

 

De MAPAM* en CDT**, la métropole parisienne se construit sans rien changer aux représentations qu’en ont ses habitants. On naît encore Parisien, Pantinois, Dyonisien, pas métropolitain. Si le Grand Paris a accouché d’un projet politique et d’un objet administratif, il peine encore à s’affirmer comme espace symbolique. Et s’il lui manquait pour cela d’avoir su mobiliser les forces conjuguées du rêve, de la fiction, sinon de l’utopie ? Et si faire exister la métropole nécessitait d’en nourrir puissamment les imaginaires grâce à l’art et la fantaisie ?

En guise d’épilogue au 8ème cycle art [espace] public, ce sixième volet va à la rencontre d’artistes et d’initiatives qui ont fait du rêve et de l’imagination les leviers indispensables de tout grand projet urbain et politique. En écho à un contexte marqué par les élections municipales, il propose d’imaginer ensemble les formes et les contours d’une métropole désirable et entend dresser un véritable programme de projets culturels dans l’espace public à destination des futurs élus et de tous ceux qui font l’urbain métropolitain !

*MAPAM : loi de modernisation de l’action publique et d’affirmation des métropoles
**CDT : contrat de développement territorial 

 

En présence de :

 

Transhumance au départ de l'Arche de la Défense et à la Ferme du Bonheur

 

ROGER DES PRES, agro-poète, à l'origine de la création de la Ferme du Bonheur

ANDREI FERRARU, architecte, acteur dans l'Atelier du Grand Paris 

LUC GWIAZDZINSKI, géographe et enseignant-chercheur en urbanisme à l’Université de Grenoble, président du pOlau

 
BAPTISTE LANASPEZE et PAUL-HERVE LAVESSIERE pour leurs projets de marche, La Révolution de Paris

 

Sur le P.R.é

LES SOUFFLEURS, commando poétique et compagnie artistique

 

Dans la Favela de La Ferme du bonheur,  projection du film Et si

narration de DANIELLE BELLINI, Directrice des Affaires Culturelles de Tremblay- en-France (93), docteur et maître de conférences associée à Paris 7, thèse sur la Fabrique du possible

 

Conférence organisée par Sofia Uguccioni, Nina Cholet et Maryline Tagliabue    

 




 

 


Vendredi 7 février 2014, la première rencontre du cycle art [espace] public a réuni 300 participants au Pavillon de l'Arsenal, autour de la question de la place de la culture dans la construction métropolitaine. Sont intervenus : Pierre Mansat, adjoint au Maire de Paris chargé de la métropole et de la coopération territoriale, l'Agence Deux Degrés, l'association MétroPop et Laurent Petit, de l’ANPU, Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine, qui a lancé la psychanalyse urbaine du Grand Paris. Une vaste "opération divan" menée avec les étudiants du Master Projets culturels dans l'espace public a permis à l’ANPU de récolter une précieuse matière première pour explorer l'inconscient grand parisien…

 

Téléchargez ici l'ensemble du programme du cycle art [espace] public.  

 

1496825 10202169720303024 188325073 n

 

1556293_10202168759319000_519296729_o.jpg

 




Pour présenter votre candidature au Master 2 Projets Culturels dans l'Espace Public (PCEP), vous devez vous connecter via un logiciel d'application intitulé SESAME qui est accessible en ligne début avril 2015. Rendez-vous sur le
site de l'université Paris 1.

Attention : il n'y a qu'une session de recrutement. Les candidats pré-sélectionnés seront convoqués début juin 2015. 

Pour vous présenter au Master 2 PCEP, vous devez être titulaire d'un diplôme de Master 1 (ou équivalent), avec au moins 14/20 de moyenne. Quelques exemples de Master 1 dont étaient titulaires des étudiants admis au Master PCEP les années passées : Métiers des Arts et de la Culture, Etudes urbaines, Etudes culturelles, Sociologie, Arts plastiques, Arts du spectacle, Urbanisme, Histoire de l'architecture, Ecoles d'architecture, Design d'espace, Ecole du Paysage, Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Institut d'Etudes Politiques de Paris et de régions, Ecole de théâtre, etc. (liste non limitative). Des étudiants ayant effectué tout ou partie de leurs curcus en Europe et dans d'autres régions du monde ont également été admis, ainsi que des étudiants ayant effectué une VAE pour un niveau M1. 

Important : votre parcours universitaire et/ou vos expériences professionnelles doivent nécessairement témoigner d'un intérêt manifeste pour l'art dans l'espace public (art in situ, art contextuel... et toutes les formes qui se déploient en dehors des lieux culturels conventionnels tels que les théâtres, les galeries, les musées...) ou les relations art / culture / population / territoire (cf. les autres rubriques de ce site). Il peut s'agir d'un mémoire de M1 ou de M2, de dossiers universitaires, de stages, d'emplois, d'expérience associative, de projets artistiques ou culturels... Les candidats dont le parcours (ou le discours) ne témoigne pas d'un intérêt manifeste pour la spécialité du Master ne sont généralement pas pré-sélectionnés. 

Avant d'envoyer votre candidature : prenez le temps de parcourir ce site (notamment la rubrique Présentation) afin de vous assurer que la formation répond bien à vos attentes. Rappel : il s'agit d'un Master professionnel, et non recherche. 

Préparation — Si vous envisagez de présenter votre candidature, nous vous invitons vivement à participer aux rencontres art [espace] public afin de vous familiariser avec les questions abordées dans le cadre du Master, de rencontrer des étudiants si vous le souhaitez. Vous pouvez également consulter les archives du cycle 200720082009201020112012 + 17 entretiens vidéos réalisés en 2010. 

Pour toute information concernant votre candidature, vous pouvez contacter Martine Solal, au service des Masters professionnels : 01 44 07 84 84. 


POUR LES CANDIDATS PRESELECTIONNES : 
Les étudiants pré-sélectionnés seront convoqués à un entretien fin mai ou début juin 2015. Ils seront informés de cette convocation par mail le xx mai 2015 (confirmation par courrier postal).

Pour préparer cet entretien, ils doivent lire deux livres (ou plus) choisis parmi cette liste :
-Paul Ardenne, Un art contextuel : Création artistique en milieu urbain, en situation, d'intervention, de participation, Flammarion, coll. Poche, 2004.
-Daniel Buren, À force de descendre dans la rue, l'art peut-il enfin y monter ?, Sens et Tonka, 1998. 
-Italo Calvino, Les Villes invisibles, Seuil, coll. Poche, 1996.
-Georges Perec, Espèces d’espaces, Galilée, 2000
-Robert M. Pirsig, Traité du zen et de l'entretien des motocyclettes, Points, 2013. 
-Jacques Rancière, Le spectateur émancipé, La Fabrique, 2008. 


Ils doivent également lire deux dossiers-documentaires (ou plus) des cycles art [espace] public 2009, 2010, 2011 ou 2012 (les dossiers-documentaires peuvent être téléchargés
 ici et ) ou deux dossiers publiés par Stradda, magazine de la création hors les murs. 

Ils seront interrogés par le jury sur ces lectures. 

...  

D'ici la rentrée universitaire, les candidats sont vivement encouragés à aller découvrir in situ les œuvres pérennes d'Estuaire (entre Nantes et Saint-Nazaire) et participer aux festivals ou aux diverses manifestations où sont présentées des créations en espace public ou in situ (théâtre/danse/musique/arts numériques, par exemple Monumenta, les festivals d'Avignon, de Chalon sur Saône, d'Aurillac, de Sotteville-lès-Rouen, de Graz, Terschelling..., et les manifestations organisées par le Channel à Calais, la ZAT de Montpellier, Excentrique en région Centre, les Pronomade(s) en Haute-Garonne, Culture Commune à Loos-en-Gohelle, Metropolis à Copenhague...). Les projets artistiques d'Estuaire et les principales créations 2014 présentées dans les festivals dédiés aux arts de l'espace public seront étudiées pendant l'année (une liste de spectacles et expositions à voir en priorité sera transmise courant juin aux étudiants). Des solutions d'hébergement économique sont possibles à Nantes (Auberge de jeunesse) et dans le cadre des principaux festivals (Chalon, Aurillac...). Pour info, chaque année, les futurs étudiants du Master s'organisent pour se retrouver pendant ces rendez-vous d'été, organiser des temps de rencontre (et trouver des solutions de mutualisation : transport, hébergement, repas...).

Calendrier — La rentrée du Master aura lieu le XX septembre 2014 (pour info, en 2013 : 17/9). La fin de la formation à l'université est généralement fin mars ou début avril. Les étudiants effectuent un stage ou une mission d'au moins trois mois à partir du mois d'avril. 

Il n'est pas matériellement possible de suivre le Master tout en ayant une activité professionnelle. Le Master ne peut être effectué en deux ans. 


...

Pour les candidats à une VAE : consulter le site de
Paris 1. Dans le cadre de la préparation de votre dossier et de l'entretien, nous vous suggérons de lire plusieurs dossiers-documentaires du cycle art [espace] public (disponibles sur ce site) et plusieurs ouvrages de la bibliographie présentée plus loin. 

...
 

Le Master Projets Culturels dans l'Espace Public est un Master professionnel, qui présuppose un certain nombre de connaissances générales dans le champ de l'histoire et de l'actualité des arts plastiques et des arts du spectacle, de l'histoire et de l'actualité des politiques culturelles, des approches sociologiques, urbanistiques et poétiques de la ville notamment.
Voici quelques ouvrages, dans ces différents domaines, dont la lecture est vivement suggérée aux étudiants avant chaque rentrée :

1. Arts plastiques et arts du spectacle au XXe siècle, notamment depuis les années 1960 :
Daniel Buren, À force de descendre dans la rue, l'art peut-il enfin y monter ?, Sens et Tonka, 1998. 
Stéphanie Lemoine et Samira Ouardi, Artivisme. Art, action politique et résistance culturelle, Editions Alternatives, 2010. 
Anne Gonon, In vivo, Les figures du spectateur des arts de la rue, Ed. L'Entretemps, collection Carnet de rue, 2011. 
Paul Ardenne, Un art contextuel : Création artistique en milieu urbain, en situation, d'intervention, de participation,Flammarion, coll. Poche, 2004.
Daniel Buren, A force de descendre dans la rue, l'art peut-il enfin y monter ?, Sens et Tonka, 1998.
Catherine Millet, L'Art contemporain : Histoire et géographie, Flammarion, collection Poche, 2006.
Denys Riout, Qu’est-ce que l’art moderne ?, Gallimard, coll. Folio, 2000.
Christophe Biet, Christophe Triau, Emmanuel Wallon, Qu’est-ce que le théâtre ?, Gallimard, coll. Folio-essais, 2006.
Philippe Chaudoir, Discours et figures de l'espace public à travers les arts de la rue. La ville en scènes, L'Harmattan, 2000. 
André Degaine, Histoire du théâtre dessinée, Editions Nizet, 2000. Ou, du même auteur, Le théâtre raconté aux jeunes : Le grand théâtre a toujours été civique, des Grecs à nos jours, Editions Nizet, 2006.
Jacques Livchine, Griffonneries, Les Solitaires Intempestifs, 2002.
Tartar(e), Grand Fictionnaire du théâtre de la rue et des boniments contemporains, Editions L'Entretemps, 2011. 

2. Histoire et actualité des politiques culturelles :
Collectif, Institutions et vie culturelles, La Documentation Française, 2007.
Fabrice Lextrait et Frédéric Kahn, Nouveaux territoires de l'art, Editions Sujet/objet, 2006. 
Philippe Poirrier, L’Etat et la culture en France au XXe siècle, LGF - Livre de Poche, 2ème édition, 2006.

3. La ville : approches poétiques, sociologiques, politiques
Marc Augé, Non-Lieux, Seuil, 1992.
Italo Calvino, Les Villes invisibles, Seuil, coll. Poche, 1996.
Olivier Mongin, La Condition urbaine. La ville à l'heure de la mondialisation, Seuil, 2005. 
Georges Perec,
Espèces d’espaces, Galilée, 2000.
Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Sociologie de Paris, La Découverte, coll. Repères, 2004.
Revues : Mouvement, Mouvements, Esprit, Urbanisme, Cassandre, Vacarme, La Scène... 

Notamment :
-Tous les numéros de Stradda, magazine de la création hors les murs. 
-Cassandre n°68, Un espace de moins en moins public, hiver 2007.
-Territoires n°470, Artistes, militants, habitants... Les nouveaux débatteurs de rue, septembre 2006.
-Les Cahiers Via Europea, revue pour la création dans l'espace public européen, n°1, Territoires, janvier 2008. En ligne.

Lire les dossiers documentaires réalisés dans le cadre des rencontres art [espace] public. Ils sont téléchargeables sur ce site.  

Cf. également les articles et ouvrages suivants :
Collectif, L'art, le territoire, Editions du CERTU, 2009.
Collectif, L'espace public, CNRS-Editions, coll. Les essentiels Hermès, 2008.
Serge Chaumier, Arts de la rue. La faute à Rousseau, L'Harmattan, 2007.
Thierry Davila, Marcher, Créer. Déplacements, flâneries, dérives dans l’art de la fin du XXème siècle, Editions du Regard, 2002
Michel Foucault, "Des espaces autres", Dits et écrits, tome 2, Gallimard, 1984. En ligne.
Henri-Pierre Jeudy, Les usages sociaux de l'art, Circé, coll. poche, 1999.
Pascal Nicolas-Le Strat, Expérimentations politiques, 2008. En ligne.
Jacques Rancière, Le spectateur émancipé, La Fabrique, 2008. 
Christian Salmon, Storytelling. La machine à fabriquer des histoires et à formater les esprits, La Découverte, 2007.
Pierre Sansot, Poétique de la ville, Petite Bibliothèque Payot - poche, 2004.
Bernard Stiegler, notamment De la misère symbolique, tome 1 et 2, Galilée, 2004 et 2005.
Thierry Paquot, Des corps urbains, sensibilités entre béton et bitume, Editions Autrement, 2006.
Constantin Petcou et Doina Petrescu, « Au rez-de-chaussée de la ville », Multitudes, 2006. En ligne.
Luc Gwiazdzinski, La nuit dernière frontière de la ville, Editions de l’Aube, 2007 ; Périphéries, Voyage à pied autour de Paris, Editions de l’Aube, 2007 ; Si la ville m’était contée, Editions Eyrolles, 2005 ; Si la route m’était contée, Editions, 2007. 
Jean-Claude Wallach, La culture, pour qui ? Essai sur les limites de la démocratisation culturelle, Editions de l’Attribut, 2006.
Les ouvrages de la collection "Carnet de rue", publiés par les éditions de l'Entretemps.
Les articles publiés par Philippe Chaudoir : voir son site.
Consulter le site du Réseau Arts de Ville. Et le Blog de la ville
Et la documentation du Laboratoire Cresson, centre de recherche sur l'espace sonore et l'environnement urbain. 

Bibliographie non exhaustive, complétée par les différents intervenants du Master en cours d'année. 

1507278_591760527565741_97081881_o-copie-1.jpg

 

     1618270 591760624232398 1579905879 o

Facebook art [espace] public

Programme complet : à télécharger.


Le Master 2 professionnel Projets Culturels dans l’Espace Public est la première formation universitaire en Europe dédiée à la conception, la production et l’administration de projets artistiques en espace public. Créé en 2005 au sein de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR Arts plastiques et sciences de l’art, le Master forme chaque année vingt étudiants.


Le Master s’adresse à de futurs professionnels de la conception et de la production de projets culturels, ouverts à la diversité des propositions artistiques contemporaines, en particulier dans les domaines des arts voués à l’espace public, engagés dans une réflexion sur les relations entre arts, cultures, populations et territoires, en France et en Europe. 

ecole_crayons_large.pngL'AERES, Agence d'Evaluation de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur, a attribué en 2008 au Master Projets Culturels dans l'Espace Public l'évaluation positive la plus élevée (A+) : "formation excellente", "organisation pédagogique dynamique", "ouverture sur l'extérieur remarquable", "attractivité importante", "formation très complète", "ancrage professionnel fort" (le rapport de l'AERES dans son intégralité).  


The Professional Masters 2 Cultural Projects in Public Space is directed towards future professionals for the conception and production of cultural projects. Open to the diversity that contemporary art offers, the masters focuses primarily on artistic fields dedicated to public space, and engaged in a reflection upon the relationships between arts, cultures, populations and territories, in France and Europe.


OBJECTIFS DU MASTER 

 

L’objectif de l’équipe pédagogique du Master est de former des professionnels ayant aiguisé leurs compétences réflexives (capables de développer une analyse critique des relations entre arts, cultures, populations et territoires), créatives (à même d’imaginer et d’accompagner des projets originaux, au sein d’équipes pluridisciplinaires, en dehors des schémas de production et de diffusion traditionnels) et techniques (ayant la maîtrise opérationnelle des principaux outils de la conception et du développement de projets artistiques, notamment dans l’espace public).


The objective of the Masters faculty is to train professionals to sharpen their analytic skills (the ability to develop a critical analysis of the relationships between arts, cultures, populations and territories), theircreative skills (so as to invent and accompany original projects, within interdisciplinary teams, outside traditional production and diffusion systems), and their technical skills (a working mastery of the principal tools for the conception and development of artistic projects, especially in public spaces).



ORGANISATION PÉDAGOGIQUE

D’octobre à mars, chaque semaine, trois à quatre jours sont dévolus aux enseignements (ateliers, cours, séminaires : 480 heures ; voir plus loin la liste des intervenants) et un à deux jours sont réservés à des missions (accompagnement d’artistes, réponse à des appels à projets, réalisation d’études, de recherche-action, missions de production...) réalisées par les étudiants pour des professionnels (structures partenaires du Master, collectivités territoriales, associations, compagnies...) ou dans le cadre de leurs projets personnels.

A partir de début avril, les étudiants réalisent un stage/mission d’une durée d’au moins trois mois, qui peut être le prolongement des projets engagés pendant l'année.

Certaines années, un travail collectif est proposé aux étudiants (étude de cas, réponse à un avis d'appel à concurrence, comme en 2006/2007 avec le projet Besançon). En 2007/2008, les étudiants ont effectué un travail en commun pendant une semaine à Marseille avec les apprentis de la FAI AR, Formation Avancée et Itinérante des Arts de la Rue, en lien avec la candidature de Marseille-Provence 2013 capitale européenne de la culture et la Friche de la Belle de Mai. En 2008-2009, plusieurs projets ont été organisés, en partenariat avec le CENTQUATRE, établissement artistique de la ville de Paris, avec Stefan Shankland (projet TRANS305 à Ivry-sur-Seine), avec l'équipe de la Biennale Estuaire à Nantes, avec la ville de Champigny-sur-Marne, avec l'Avant-Rue... En 2009-2010 : réponse à l'appel à projets du Théâtre National de Chaillot (Imaginez Maintenant !), observation de l'opération menée par l'affichiste Michel Quarez et la ville de Bobigny (collage de plusieurs centaines d'affiches sur le canal de l'Ourcq et le canal Saint-Martin), workshops avec le collectif de performeurs Ornic'Art (dans l'espace public, dans le 20ème arrondissement) et la compagnie Sans Titre (au WIP Villette). En 2010-2011, les étudiants ont participé à la 1ère ZAT de Montpellier, et sont engagés dans une recherche-action animée par Olivier Marbœuf (Khiasma) et Nathalie Viot (Ville de Paris) dans le cadre du programme artistique accompagnant l'extension du tramway T3 Est. En 2011-2012, un premier voyage d'étude a été organisé à Montpellier pour la 3ème ZAT, un second à Nantes à l'occasion de la BIS - Biennale internationale des spectacles (rencontres avec l'équipe du Lieu unique, de la compagnie La Machine et du Voyage à Nantes...). En novembre 2012, destination Montpellier pour la 5ème édition de la ZAT. Un séjour à Marseille 
a été réalisé en février 2013 pour rencontrer l'équipe de Marseille-Provence 2013. Une étude sur l'art dans l'espace public à Paris et dans sa métropole a été menée à bien en 2013. En 2014, des projets ont été menés à bien avec l'artiste Stephan Shankland (à Aubervilliers et Ivry-sur-Seine), Maud Le Floch (à Montreuil) et l'association Point de Rassemblement (à Aubervilliers). 


En janvier, février et mars, chaque année, le Master conçoit et organise une série de rencontres publiques sur les enjeux des projets artistiques et culturels dans l’espace public. Voir http://www.art-espace-public.c.la

Chaque année, un voyage d'étude est organisé. Destinations : LilleMarseilleToulouse-Tournefeuille, Nantes, Bruxelles, Calais, Montpellier... 



PROGRAMME DES COURS  

Télécharger le programme des cours, ateliers et séminaire (ce document est régulièrement actualisé).

 


LES PROJETS ARTISTIQUES ET CULTURELS DANS L'ESPACE PUBLIC

 

L’espace public est ici défini comme espace physique, ouvert ou couvert, lieu commun situé entre les espaces privés, mais également comme espace socio-politique, symbolique, lieu de visibilités et de débats publics. Dans les deux cas, c’est un lieu dont les artistes peuvent activer ou réactiver la dimension publique, sensible, poétique ou politique, contrecarrant peu ou prou des logiques d’aseptisation, de privatisation ou de dégradation symbolique dont il est souvent affecté, et touchant une population différente de celle habituellement concernée par l’offre artistique et culturelle institutionnelle.

Si tout au long du XXe siècle, des artistes ont voulu créer hors les murs, explorer d’autres territoires, inventer d’autres relations aux publics, le domaine des arts de l’espace public et pour sites spécifiques — où se croisent plasticiens, performeurs, musiciens, chorégraphes, circassiens, street artistes, scénographes urbains… — connaît en France et en Europe un développement significatif depuis une trentaine d’années.

Cet essor, dont témoigne de nombreuses initiatives (cf. les nombreux projets présentés et étudiés dans le cadre des rencontres art [espace] public organisées chaque année par le Master ; cf. également les projets des intervenants professionnels du Master, le projet Urban Art Program à New York, le programme Recyclart à Bruxelles, ZAT à Montpellier...), stimulé en France par la relance de la politique de commande publique par l'État dans les années 1980, puis par des collectivités territoriales (à l’occasion notamment de la construction des tramways de Strasbourg, Montpellier, Paris, Nice…) ou par la Fondation de France (programme Nouveaux Commanditaires, en France, en Belgique, Italie, Grande-Bretagne, Suède, Finlande), par le développement de réseaux européens (In SituCircostrada, ZEPA...), par le lancement de grands programme d'art en espace public comme Estuaire et le Voyage à Nantes, et par l'essor des démarches artivistes, rencontre l’intérêt croissant d’un large public, constitué tout autant de passants de hasard que de spectateurs avertis et d’amateurs impliqués.

 

Au-delà des projets artistiques dans l’espace public et pour sites spécifiques, un intérêt particulier est porté par l’équipe du Master aux logiques de développement culturel territorial (cf. notamment Culture Commune, scène nationale du bassin minier du Pas-de-Calais, Les Pronomade(s), scène conventionnée pour les arts publics en Haute-Garonne, Derrière le Hublot à Capdenac et tous les signataires du manifeste On est un certain nombre...), aux créations « contextuelles », aux projets développés dans l’esprit des « nouveaux territoires de l’art », aux projets portés par des collectifs d'architectes (Coloco, Bruit du Frigo, YA+K...), par les initiatives visant à associer des artistes à la fabrique de l'urbain, par les lieux de débat et de réflexion sur de nouvelles articulations possibles entre art et société : Cassandre / HorschampArtfactories « Plate-forme internationale de ressources pour les lieux de culture et d’art, nés de projets artistiques citoyens et fondés sur un engagement avec des populations », le réseau TransEuropeHalles, le PEROU... 

 

L’Université Paris 1 (UFR 04) est la première université à proposer une formation de Master professionnel dans ce secteur des arts de l’espace public en Europe. Il existe par ailleurs un Master of Public Art Studies à Los Angeles ; un programme de recherche spécialisé dans les pratiques artistiques de l'espace public à la Haute école d'art et de design de Genève ; un Master "Espace Public : design, architecture, pratiques" au sein de l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Saint-Etienne ; la FAI AR, formation artistique dédiée aux arts de la rue, à Marseille. 


Le Master dans la presse professionnelle : ici.


Public space is defined as a physical space, open or covered, a communal place situated between private spaces. It also signifies a social political and symbolic space, a place of images and public debates. In both cases, it is a place where artists can activate or reactivate the public, responsive, poetic, or political dimension while opposing the logics of sterilization, privitization, or the symbolic degradation often associated with public spaces, while touching a different population than that usually concerned by the artistic and cultural offer of institutions.

Throughout the 20th century, artists wanted to create outside closed walls, explore other territories, invent other relationships with the public, the domaine of art in public spaces and site specific — the meeting place of visual artists, performers, musicians, choreographers, circus performers, street artists, urban scenographers... —  has shown significant growth in France and in Europe over the past twenty years.

This boom, as seen in numerous initiatives (for example, the projects presented within the framework of the conferences art [espace] public organized by the Masters...), stimulated by the rivived political policy of public commissions by the french State in the 1980's, then by the territorial collectivities (notably for the construction of tramways in Strasbourg, Montpellier, Paris, Nice…) or by the France Foundation (the New Patrons program, in France, Belgium, Italy, Great Britain, Sweden, Finland), by the development of european networks (In Situ, Circostrada...), has met growing public interest, whether it be passers-by, informed viewers, or involved enthusiasts.

The Masters faculty's interests go beyond artistic projects in public spaces or specific sites to include a particular focus on the logics of territorial cultural development (notably Culture Commune, national theater in the miner basin of Pas-de-Calais, Les Pronomade(s), nationally registered theater for public arts in Haute-Garonne), on "contextual" creations, on projects developed in the spirit of "new art territories",  on projects art and urbanism, and on places of debate and reflexion upon the new bridges possible between art and society : les Rencontres de La Villette, the resource centers Cassandre / Horschamp, Artfactories "Platform of international resources for creative centres formed from grassroots artistic initiatives and founded with the involvement of communities", the network TransEuropeHalles, Actes If "the solidary network of cultural places in Ile-de-France", Autre(s)pARTs "Actors united for the Transformation, Research and Experimentation (of the relationships between) Populations, Art and Society"… More about territory and artistic projets

Paris 1 University (UFR 04) is the first university to propose a professional Masters program in the domaine of the arts in public spaces.

The Masters in the trade press:
 here.


L'ÉQUIPE PÉDAGOGIQUE DU MASTER 

L'équipe pédagogique du Master rassemble en 2013/14 une vingtaine d'universitaires et de professionnels qui interviennent dans le cadre des différents EP (éléments pédagogiques) de la formation.

Eric Baron, avocat au barreau de Paris, spécialisé dans les régimes juridiques et fiscaux applicables aux acteurs et activités culturels. 
 
Philippe Barthélemy, maître de conférences associé à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR 04, consultant, directeur de Mémoire et Patrimoine Expositions, initiateur de projets soutenus dans le cadre de programmes européens.

Danielle Bellini, directrice des affaires culturelles de Tremblay en France, présidente des Souffleurs, commandos poétiques. 

Christophe Blandin-Estournet, directeur de l'Agora, Scène nationale à Evry (ancien directeur de Culture O Centre, Ateliers de développement culturel, Observation / Débats, Rencontres / Productions, et d'Excentrique, festival pluridisciplinaire en région Centre). 
Membre de la MNACEP

Philippe Chaudoir, professeur en sociologie des politiques urbaines à l'Institut d'Urbanisme de Lyon (Université Lumière Lyon II), responsable du Master « Politiques Urbaines : Gouvernance, médiation et gestion de la ville », président de Lieux public, Centre National de Création des Arts de la Rue.

Etienne Delprat, architecte, collectif YA+K
 
Gustave Galeote, maître de conférences associé à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Chantal Lamarre, directrice de Culture Commune, scène nationale du bassin minier du Pas-de-Calais.

Pascal Le Brun-Cordier, professeur associé à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre du CRICC/LETA,
 directeur artistique des ZAT à Montpellier, directeur du Master. Membre de la MNACEPInterventions et publications : blog.

Maud Le Floch, directrice du pOlau, urbaniste. Membre de la MNACEP

Stéphanie Lemoine, co-auteur de In situ : Un panorama de l'art urbain de 1975 à nos jours (éditions Alternatives, 2005), Artivisme. Art, action politique et résistance culturelle, éditions Alternatives, 2010), L'art urbain : du graffiti au street art (Gallimard, 2012). 

Mathieu Maisonneuve, directeur de L'Usine, lieu conventionné dédié aux arts de la rue (Tournefeuille). 

Samira Ouardi, chercheuse en sciences de l'information et de la communication, co-auteur de Artivisme. Art, action politique et résistance culturelle, éditions Alternatives, 2010.  

Marc Patard, professeur de philosophie, chercheur en sciences politiques.
 
Thierry Paquot, professeur des universités (Institut d'urbanisme de Paris, Paris XII Val-de-Marne), éditeur de la revue Urbanisme, producteur à France Culture. Auteur de nombreux ouvrages dont La ville et l'urbain. L'état des savoirs, La Découverte, 2000, Des corps urbains. Sensibilités entre béton et bitume, Autrement, 2006. Autres publications

Laurent Petit, psychanalyse urbain, ANPU - Agence Nationale de Psychanalyse Urbaine. 

Michel Risse, compositeur, directeur de la compagnie Décor Sonore. 

Bénédicte Rochet, avocate. 

José Rubio, directeur technique de l’EPPGHV - Etablissement public du parc et de la grande halle de La Villette.

Serge Saada, responsable du programme de formation national à la médiation culturelle de l’association Cultures du cœur, auteur de
 Essai sur la médiation culturelle et le potentiel du spectateur (L'Attribut, 2010). 

Philippe Saunier-Borrell, co-directeur de « Pronomade(s) en Haute-Garonne », Scène conventionnée pour les arts publics depuis 2003, Centre national des arts de la rue depuis 2006. 

Jean-Dominique Secondi, directeur de ARTER - Art Public Contemporain, architecte, producteur délégué (notamment) de la Nuit Blanche.

Des rencontres sont organisées pendant l'année, dans le cadre de la formation, avec d'anciens étudiants du Master. 


Sont également intervenus dans le cadre du Master les années passées : Yann Toma, artiste (Ouest Lumière), maître de conférences à Paris 1. Fred Sancerre, directeur de Derrière le Hublot (Capdenac). Max Leguem, directeur de la MJC de Ris Orangis. Elena Dapporto, chargée de mission pour les arts de la rue, les arts du cirque et de la marionnette, Ministère de la Culture et de la Communication. Pedro Garcia, directeur artistique de Chalon dans la rue / L'Abattoir (Chalon sur Saône). Jean-Sébastien Steil, coordinateur du réseau européen In Situ / Lieux publics, centre national de création, Marseille). Bruno Caillet, directeur de l'agence multimédia Watoo. Luc Gwiazdzinski, géographe, Maître de conférences en géographie urbaine à l'Université J. Fourier de Grenoble, Laboratoire Pacte territoire (UMR CNRS Pacte 5194), fondateur de l’agence Sherpaa, Président du Pôle des Ars urbains, auteur notamment de La ville 24h/24, 2003, L’Aube ; Si la ville m’était contée, 2005, Eyrolles ; La nuit dernière frontière de la ville, 2005, L’Aube ; Périphéries, voyage à pied autour de Paris, L’Harmattan, 2007 ; Nuits D’Europe, 2007, UTBM Editions ; Si la route m’était contée, 2007, Eyrolles. Guy Tortosa, inspecteur de la création artistique, direction générale de la création artistique, ministère de la culture et de la communication. Stefan Shankland, artiste plasticien, initiateur de la démarche HQAC, haute qualité artistique et culturelle. Fabrice Lextrait, chargé de mission, Architectures Jean Nouvel, auteur du rapportFriches, laboratoires, fabriques, squats, projets pluridisciplinaires... Une nouvelle époque de l’action culturelle, destiné au secrétaire d’Etat au Patrimoine et à la Décentralisation culturelle (2001). Marc Gauchée, directeur de la communication et des publics de l’EPPGHV - Etablissement public du parc et de la grande halle de La Villette, co-auteur de Culture rurale, cultures urbaines, Cherche-midi éditeur, 2006 ; Brice Gessler, chef de projet, agence Le Hub ; Fanny Georges, Centre de recherche Images, Cultures et cognition (CRICC), Paris I, Observatoire des ondes Numériques en Sciences Humaines (OMNSH) ; Floriane Gaber, chercheuse, consultante, spécialiste des arts de la rue à l'international ; Antoine Billaud, juriste, spécialisé dans le domaine des projets artistiques dans l’espace public, association Rouge, accompagnement de projets artistiques et culturels ; Yann Métayer, spécialiste des questions de prévention des risques dans le domaine des projets artistiques dans l’espace public, ancien directeur technique de la Maison de la Culture de Nantes, du Printemps de Bourges, du Festival Interceltique de Lorient ; Pierre Oudart, chargé de mission au CNAP, Centre National des Arts Plastiques ; Emmanuel Vinchon, sherpa et conseiller artistique, notamment au sein de Lille 2004 et Lille 3000 ; Julie Desprairies, chorégraphe, compagnie Des Prairies ; Frank Piquard, directeur délégué de la compagnie DCA (Philippe Decouflé), co-programmateur de Jazz à la Villette ; Eve Plenel, responsable de l'insertion et de la prévention au CENTQUATRE, établissement artistique de la ville de Paris ; Bénédicte Ramade, historienne de l'art, critique d'art, rédactrice pour les magazines L'œil et 01 Magazine, commissaire d'exposition ; Anne Gonon, titulaire d'un doctorat sur les publics des arts de la rue soutenu à l'Université de Bourgogne ; Sandra Fiori, maître-assistante titulaire à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier (ENSAM), champ « urbanisme et projet urbain », chercheuse au laboratoire CRESSON (centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain – UMR CNRS 1563 / école d’architecture de Grenoble) ; Mark Etc, artiste, directeur artistique du groupe ICI-MEME, producteur d’événements artistiques ; Patrick Brenner, ancien secrétaire de la commisssion juridique du Conseil de l'Europe, administrateur de programmes FEDER de la Commission européenne et de services de ministères français, il dirige actuellement la mission du Grand Bassin parisien et enseigne dans les écoles de la fonction publique (CNFPT, ENA) ; Isabel Andreen, consultante en production et développement de projets culturels européens, coordinatrice de projets de coopération interculturelle.

 
Quelques-unes des personnalités rencontrées depuis 2006 : Jean-Claude Pompougnac, Directeur d’Arcadi ; Françoise Billot et Gilles Alvarez, Arcadi ; Jean Digne, président de HorsLesMurs ; Stéphane Simonin, directeur de HorsLesMurs ; Baptiste Monsaingeon, Art Public Contemporain ; Frédéric Hocquard, Actes-If et Confluences ; Mehdi Idir et Jasmine Franck, La Villette ; Mathieu Maisonneuve, L'Usine ; Yann Toma, artiste ; Hervée de Lafond, comédienne et co-directrice du théâtre de l'Unité ; Malte Martin, plasticien et graphiste ; Joëlle Barbaresi, secrétaire générale de la Mission départementale de la culture de l'Aveyron ; Xavier Montagnon, Art public contemporain ; Ricardo Esteban, projet Petit Bain ; Aurélie Haberey, artiste ; Julien Travaillé, directeur artistique de la compagnie Serial Théatre, à propos de son projet FACES ; Christine Spianti et  Christophe D'Hallivillée, Studio de Sculpture sociale ; Jean-Marie Songy, co-directeur artistique de la Nuit Blanche 2007, directeur du festival international de théâtre de rue d’Aurillac, du festival Furies à Chalon en Champagne, du festival Sortie de Rue à Saint Jean de Védas, du festival d’Ax les Thermes ; Jean-Dominique Secondi, directeur de APC-Art Public Contemporain, société chargée de la production de Nuit Blanche notamment en 2007...
 
Entre octobre 2005 et mars 2006, les étudiants ont rencontré Olivier Darné, artiste "graphiculteur" ; Michel Verjux, plasticien ; Mari Linnman, médiatrice du programme "Nouveaux Commanditaires" (Fondation de France), présidente de l'association 3-CA ; Philippe Saunier-Borrell, directeur des Pronomades ; Catherine Contour, artiste chorégraphique ; Jean Digne, président de HorsLesMurs ; Stéphane Simonin, directeur de HorsLesMurs ; Rémy Bovis, Gérant de la coopérative De rue et de Cirque ; Séverine Dardel, Chargée de l’action culturelle de De rue et de Cirque ; Didier Le Corre, directeur de l'Espace Simone Signoret, scène conventionnée de Vitry-le-François ; Karine Delorme, maire-adjointe de Chalon sur Saône, membre de la FNCC - Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture ; Marie-Thérèse François-Poncet, conseillère municipale d'Agen, vice-présidente de la FNCC ; Florian Salazar-Martin, maire-adjoint de Martigues, président de la FNCC ; Marion Druart, directrice de l'action culturelle de la ville de Saint-Ouen ; Catherine Vaudour, conservateur en Chef du Patrimoine, directrice de la Culture et du Patrimoine du Conseil Général des Alpes-Maritimes ; Alexia Fabre, conservatrice du MAC/VAL, Musée d'art contemporain de Vitry-sur-Seine ; Mathieu Maisonneuve, directeur de l'Usine, Tournefeuille, lieu de fabrication, de création et de production de théâtre de rue et de spectacle vivant ; Thierry Pariente, conseiller technique du Ministre de la Culture et de la Communication, pour le Théâtre, le Cirque et les Arts de la Rue ; Nathalie Viot, conseiller artistique, Direction des affaires culturelles, Sous direction des nouveaux projets, Département de l'Art dans la Ville, Ville de Paris. Productrice d'événements artistiques pluridisciplinaires ; Virginie Buronfosse, responsable des relations avec le public aux Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis...

En février, mars et avril 2006, les étudiants du Master ont organisé huit rencontres-débats publiques sur des questions articulant arts, cultures, populations et territoires. Parmi les artistes, acteurs culturels et observateurs du monde de l’art invités : Grégory Chatonsky : artiste numérique, membre fondateur de la plateforme expérimentale incident.net ; Bernard Lubat, musicien, fondateur de la Compagnie Lubat de Gasconha et du Festival d’Uzeste Musical ; Mark Etc, directeur artistique du Groupe Ici Même ; Guy Benisty, cofondateur et directeur du Githec – Groupe d’Intervention Théâtral Et Cinématographique (Pantin - 93) ; Pedro Garcia, directeur artistique du festival Chalon dans la Rue et de l'Abattoir ; Catherine Boskowitz, metteur en scène, codirectrice du Collectif 12 / Friche A. Malraux à Mantes-la-Jolie ; Danièle Bellini, directrice des affaires culturelles de Champigny-sur-Marne (94) ; La Caution, groupe de rap ; Serge Chaumier, professeur à l’université de Bourgogne ; Philippe Henry, maître de conférences HDR à l’Université Paris 8 Saint-Denis, département théâtre ; Stephen Wright, enseignant en esthétique, critique d'art et commissaire d'exposition indépendant ; Hervé Lelardoux, scénographe et metteur en scène, Théâtre de l’Arpenteur ; Gabi Farage, urbaniste-inventeur, directeur de l’association Bruit du Frigo ; Palmira Picon-Archier, directrice de l’APSOAR ; Dominique Lemaître, comédienne, codirectrice artistique de la compagnie des Chercheurs d’Air ; Françoise Léger, codirectrice artistique de la compagnie Ilotopie ; L’Atlas, artiste ; Stéphanie Lemoine, auteure de In Situ, un panorama de l'art urbain de 1975 à nos jours ; Anne Vergneault, co-directrice artistique de la compagnie KMK ; Rémy Bovis, gérant de la coopérative De rue et de Cirque…

En janvier, février et mars 2007, les étudiants du Master ont organisé dix rencontres-débats : voir la liste des quarante invités du cycle 2007.

En janvier, février et mars 2008, a eu lieu un nouveau cycle art [espace] public. Les invités étaient Thierry Davila historien de l’art et commissaire d’expositions, Thierry Paquot philosophe, professeur à l’Institut d’Urbanisme de Paris (Paris XII), éditeur de la revue Urbanisme, Hendrik Sturm artiste promeneur, enseignant à l’École des Beaux-Arts de Toulon, Luc Gwiazdzinski géographe, université J. Fourier de Grenoble, Jean-François Augoyard directeur de recherche au CNRS, fondateur du CRESSON (Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain), Nicolas Frize compositeur, directeur des Musiques de la Boulangère, Michel Risse artiste sonore, directeur de la compagnie Décor Sonore et de la Fabrique Sonore, Constantin Petcou architecte et chercheur, cofondateur de l’Atelier d’architecture autogéré, Stefan Shankland plasticien, initiateur de la démarche HQAC, Haute Qualité Artistique et Culturelle (projet Trans305, Ivry sur Seine), Philippe Vasset écrivain, auteur de Un livre Blanc, Fayard, 2007, co-fondateur de l’Atelier de Géographie Parallèle, Jean-Christophe Aguas chargé des évènements métropolitains, délégation générale à la coopération territoriale, ville de Paris, Ami Barak commissaire d’expositions et critique d’art, co-directeur artistique de Nuit Blanche en 2003 et 2004, Hervé Breuil directeur du Lavoir Moderne Parisien, Christophe Girard adjoint au maire de Paris, chargé de la culture, André Rouillé maître de conférences à l’université Paris VIII, critique d’art et fondateur du site Paris-art.com, Jérôme Sans commissaire d’expositions, co-directeur artistique de Nuit Blanche 2006, Jean-Dominique Secondi directeur d’Art Public Contemporain, producteur de Nuit Blanche en 2004, 2006 et 2007, Jean-Marie Songy directeur artistique du festival d’Aurillac, co-directeur artistique de Nuit Blanche en 2007, Xavier Veilhan artiste plasticien ayant participé à Nuit Blanche en 2006 et 2007, Marc Blieux artiste multimédia, chercheur, dirige le projet AIRE et AIRE-Second Life (http://aire-europe.org), Agnès de Cayeux net artiste, chargée du projet x-réseau initié par le Théâtre Paris-Villette en faveur de la création artistique de spectacle vivant en réseau, Michel Lussault géographe, professeur à l’université François-Rabelais de Tours, Ernest Pignon-Ernest, artiste, Alberto Abruzzese université de Milan, Richard Conte université Paris 1, Filippo Fimiani université de Salerne, Camille Gendrault université Paris III, Carlo Grassi université de Venise, Rossana Rummo directrice de l’Institut Culturel Italien de Paris, Pappi Corsicato cinéaste, Stefano de Matteis université d’Urbino, Jean Mottet université Paris 1, Achille Pisanti scénariste, Jean-Noël Schifano écrivain et éditeur, Martine Segonds-Bauer Institut Français de Naples, Jean-Marc Barbieux rédacteurs en chef du magazine Tracks (Arte), Sonja Kellenberger directrice de recherches et d’études, SEA Europe, Pierre Sauvageot compositeur, directeur de Lieux publics, centre national de création des arts de la rue (Marseille), Jean Bojko directeur de Téatr’éprouvête (Corbigny, Nièvre), Proserpine clown, projet La Fabrique de Liens (L’Apprentie Compagnie), Marc Gauchée co-auteur de Culture rurale, cultures urbaines ?, Le Cherche Midi, 2006, André Gattolin essayiste, enseignant et doctorant, spécialisé dans les techniques de communication activistes, Brian Holmes critique d’art et essayiste, spécialisé dans les croisements entre art, économie politique et mouvements sociaux, Samuel Wahl journaliste revue Cassandre, Renaud Auguste-Dormeuil artiste plasticien, Eric Heilmann maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Louis Pasteur de Strasbourg, Manu Luksch artiste, réalisatrice du long-métrage FACELESS *, Nicolas Thély maître de conférences à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et auteur de Vu à la webcam. Essai sur la web-intimité, Les Presses du Réel, 2002. Voir le programme détaillé sur le site des rencontres art [espace] public.

Lors de la pré-rentrée du Master en septembre 2008, à la Villette, dans le cadre des Pop's, "festival pour des arts turbulents", les étudiants ont pu rencontrer : François Delarozière, La Machine, Laurent Chanel, artiste, Yveline Rapeau, programmatrice des Pop's, Mehdi Idir, chargé de mission à la direction des spectacles, Jasmine Francq, responsable des visites et ateliers. Ils ont aussi pu assister au séminaire Fresh Circus et à la conférence Smart City dans le cadre du festival Emergences 2008. 

Directeur du Master : Pascal Le Brun-Cordier, professeur associé à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur artistique des ZAT. Blog.
 
Pour une présentation plus précise de la formation : enseignements,versement de la taxe d'apprentissagerecrutementVAE... démocratie culturelle projets culturels de territoire master direction de projet culturel master direction de projets culturels master projet culturel master projets culturels master gestion culturelle master administration de projet culturel master administration de projets culturels master management culturel master management de la culture master développement culturel master développement territorial master gestion du spectacle vivant master administration du spectacle vivant master management culture master développement culturel et direction de projet master gestion des entreprises culturelles master administration des institutions culturelles master métiers des arts et de la culture master conception et mise en œuvre de projets culturels master gestion des institutions culturelles master ingénierie culturelle master ingénierie de la culture master développement de la culture dans les territoires master conduite de projets culturels  master culture master art et culture  éducation populaire master culture master projet culturel master administration de la culture master mapping réalité augmentée ville pervasive

'

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Recherche

Nous soutenir

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

W3C

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés